Violence des CRS contre des intermittents du spectacle pacifiques au théâtre de l’Odéon

emma
C’était ce lundi 25 avril, en fin d’après-midi.
Ensuite, toute la soirée, toujours cernés par les forces de l’ordre brutales, et malgré la violence qu’ils venaient d’encaisser, malgré le froid et la pluie, ils ont chanté, joyeux, des chansons du répertoire, ceux qui étaient dans le théâtre, en haut sur le balcon, avec ceux qui étaient en bas, empêchés d’entrer pour tenir une réunion dans l’un des lieux de leur travail et même d’en approcher.
La ministre de la Culture leur en avait refusé l’autorisation. Elle mérite, ainsi que les autres ministres et le chef de l’État, que les intermittents n’acceptent plus de se produire en spectacle, de donner leur art et leur métier en leur présence.
Ces lieux publics ne sont pas aux dirigeants politiques. Ils sont à qui les fait vivre, les anime, et au public. Il nous faut réinvestir tous les lieux que nous avons le droit d' »habiter » de notre présence.
*

alinareyes