Nouvelles du front

Le peuple américain n’est pas tombé tout entier dans le panneau, et le peuple européen sait aussi repérer ses ennemis réels.


*
À Barcelone, la maire Ada Colau met le holà à la destruction du quartier par l’expansion de la Sagrada Familia et demande aux propriétaires de ce château en Espagne qu’est devenue la cathédrale de cesser de chasser les habitants et de payer des impôts comme tout le monde : l’article dans Libé.
*

Aux riches

Misérables riches, avec vos bras longs aux doigts

Pleins de merde par grosses et petites coupures,

Quelle tristesse roule en vos longues voitures,

Quel abyssal ennui dans le sans foi ni loi

De la marchandise qu’est en vos cœurs le monde,

Quelle très secrète et vile déréliction

Vous pavane, fétus, en toute direction

Où brille, stupide comme une fausse blonde,

Votre non-être qui se la pète, mauvais

Vent, haleine chargée malgré ses maquillages

De ce fondamental mensonge dans les âges

Qui annonce la fin, dont vous vivez crevés.

Alors, où est la joie dedans les limousines

Lourdes comme des tombes où vous êtes assis,

Où donc, dans les avions où votre esprit rassis

Cherche à se divertir, s’élève un peu la fine

Flamme d’amour vive ? Quel présent dans vos mains

Autre que des pourboires, quelle miséricorde

Vous est donnée, à vous qui ne tendez que corde

Pour se pendre aux enfants du monde de demain ?

Où est la joie dans vos trafics d’êtres et d’âmes,

Vos chairs bistourisées, vos industries du faux,

Vos cervelles droguées, vos allures d’appeaux,

Dans tous vos simulacres, exploitations infâmes

Du vivant dont vous vous enivrez et narguez

Les pauvres, les jeunes, toutes les multitudes

Affamées, assoiffées, masses de solitudes

Trébuchant dans les pièges que vous leur larguez.

Voyez, tricheurs voleurs, comme monte l’angoisse

Autour de vos palais, comme la mort étend

Son ombre et sa menace au cœur de notre temps,

Riche de vos esprits vendus, portant la poisse

Sortie de vos usines sur terre comme au ciel.

Misérables pillards, qui transformez les hommes

En aveugles haineux ou en bêtes de somme,

Dépouillez-vous, que vienne vous sauver l’appel.

*

Dix graffeurs peignent « Le Rungis », train de fret. Travail en cours + oeuvres finies

Je les ai photographiés samedi après-midi au début de leur travail, gare d’Austerlitz où pendant 24 heures plus aucun train ne roulait. J’y suis retournée ce dimanche après-midi, j’ajoute à la fin les images du beau résultat (sous la pluie).

D’abord la face non peinte, puis les artistes et les couleurs à l’oeuvre sur l’autre face :

le-rungisgraffeurs-train-rungis graffeurs-train-rungis-2 graffeurs-train-rungis-3 graffeurs-train-rungis-4 graffeurs-train-rungis-5 graffeurs-train-rungis-6 graffeurs-train-rungis-7 graffeurs-train-rungis-8 graffeurs-train-rungis-9 graffeurs-train-rungis-10

*

Et le travail fini : une nouvelle vie ! de la joie pour le conducteur et les passants

train-le-rungis-graffe train-le-rungis-graffe-2 train-le-rungis-graffe-3 train-le-rungis-graffe-4 train-le-rungis-graffe-5 train-le-rungis-graffe-6 train-le-rungis-graffe-7 train-le-rungis-graffe-8 train-le-rungis-graffe-9 train-le-rungis-graffe-10photos Alina Reyes

*

Michelle Obama, présentez-vous dans quatre ans

Dans Les Âmes fortes de Giono, Firmin, qui pourtant se croit malin, ne comprend rien. Firmin et tout le village ne comprennent rien aux Numance, à leur façon désintéressée d’être et de vivre, qui les unit. Parce qu’ils sont pleins de grâce on les détruit. Mais ils ne sont pas détruits. Obama, revenez à la gratuité, à la grâce, et continuez à l’apporter.

*

Un nobel de génie : le Nobel de littérature attribué à Bob Dylan

C’est toute la poésie, toute notre éternelle et universelle jeunesse qui est récompensée, Homère y compris ! Bravo et merci au jury !

Je voudrais avoir encore le portrait que je fis de lui au crayon, encore adolescente. Je l’ai en tête, et je suis heureuse de l’avoir fait. Thank you Mr Tambourine Man !

– 14 octobre 2016 : à lire, une interview de Christophe Lebold, maître de conférences à l’Université de Strasbourg, spécialiste de littérature américaine. Il a consacré sa thèse de doctorat à Léonard Cohen et Bob Dylan, et est l’auteur du livre Leonard Cohen : l’Homme qui voyait tomber les anges : dans Le Monde

Smells Like Teen Spirit et les beautés du temps d’Okinawa

nevermindimage trouvée ici

Sur l’île d’Okinawa, dans les ruines du château Katsuren, des archéologues viennent de retrouver des pièces romaines datant du troisième ou quatrième siècle avant notre ère. On ignore comment elles sont arrivées là.

Dans une grotte de la même île, ont été aussi retrouvés les plus vieux hameçons du monde : ils ont 23 000 ans. On ignorait que les hommes préhistoriques étaient si avancés à cette époque.

À Okinawa, pays de centenaires, soixante ans signe une renaissance, et l’âge est une fête aux secrets ouverts.