Dix graffeurs peignent « Le Rungis », train de fret. Travail en cours + oeuvres finies

Je les ai photographiés samedi après-midi au début de leur travail, gare d’Austerlitz où pendant 24 heures plus aucun train ne roulait. J’y suis retournée ce dimanche après-midi, j’ajoute à la fin les images du beau résultat (sous la pluie).

D’abord la face non peinte, puis les artistes et les couleurs à l’oeuvre sur l’autre face :

le-rungisgraffeurs-train-rungis graffeurs-train-rungis-2 graffeurs-train-rungis-3 graffeurs-train-rungis-4 graffeurs-train-rungis-5 graffeurs-train-rungis-6 graffeurs-train-rungis-7 graffeurs-train-rungis-8 graffeurs-train-rungis-9 graffeurs-train-rungis-10

*

Et le travail fini : une nouvelle vie ! de la joie pour le conducteur et les passants

train-le-rungis-graffe train-le-rungis-graffe-2 train-le-rungis-graffe-3 train-le-rungis-graffe-4 train-le-rungis-graffe-5 train-le-rungis-graffe-6 train-le-rungis-graffe-7 train-le-rungis-graffe-8 train-le-rungis-graffe-9 train-le-rungis-graffe-10photos Alina Reyes

*

Michelle Obama, présentez-vous dans quatre ans

Dans Les Âmes fortes de Giono, Firmin, qui pourtant se croit malin, ne comprend rien. Firmin et tout le village ne comprennent rien aux Numance, à leur façon désintéressée d’être et de vivre, qui les unit. Parce qu’ils sont pleins de grâce on les détruit. Mais ils ne sont pas détruits. Obama, revenez à la gratuité, à la grâce, et continuez à l’apporter.

*

Un nobel de génie : le Nobel de littérature attribué à Bob Dylan

C’est toute la poésie, toute notre éternelle et universelle jeunesse qui est récompensée, Homère y compris ! Bravo et merci au jury !

Je voudrais avoir encore le portrait que je fis de lui au crayon, encore adolescente. Je l’ai en tête, et je suis heureuse de l’avoir fait. Thank you Mr Tambourine Man !

– 14 octobre 2016 : à lire, une interview de Christophe Lebold, maître de conférences à l’Université de Strasbourg, spécialiste de littérature américaine. Il a consacré sa thèse de doctorat à Léonard Cohen et Bob Dylan, et est l’auteur du livre Leonard Cohen : l’Homme qui voyait tomber les anges : dans Le Monde

Smells Like Teen Spirit et les beautés du temps d’Okinawa

nevermindimage trouvée ici

Sur l’île d’Okinawa, dans les ruines du château Katsuren, des archéologues viennent de retrouver des pièces romaines datant du troisième ou quatrième siècle avant notre ère. On ignore comment elles sont arrivées là.

Dans une grotte de la même île, ont été aussi retrouvés les plus vieux hameçons du monde : ils ont 23 000 ans. On ignorait que les hommes préhistoriques étaient si avancés à cette époque.

À Okinawa, pays de centenaires, soixante ans signe une renaissance, et l’âge est une fête aux secrets ouverts.

L’odeur de la merde

https://youtu.be/gnBP9xkx2-w

Joséphine Baker, une résistante dans un monde de collabos

*

Nahed Hattar, écrivain jordanien, a été assassiné devant le tribunal d’Amman où il était jugé pour blasphème contre l’islam. Les chrétiens modernes sont plus hypocrites : ils éliminent et tuent à petit feu, en coupant parole et vivres à qui ils jugent coupable de blasphème ou d’insoumission.

Inauguration du premier musée afro-américain à Washington. Il faudrait lire l’histoire autrement. L’histoire répétitive et compulsive de l’humanité, c’est que les véritables esclaves (ceux qui sont esclaves de leurs passions) punissent les hommes et les femmes libres en les privant de leurs droits.

Image – répugnante – de samedi dernier résumant l’état du monde actuel : celle de Michelle Obama faisant un câlin à George W. Bush, notre fossoyeur.

*

Sexe, mensonge et vidéo (actualisé)

Vendredi soir : j’ajoute ce lien France Inter comprenant des récits de témoins et des PV d’audition accablants pour Di Falco, et pour sa mère la pute l’église qui comme d’habitude n’a rien fait, l’a au contraire promu.
*
Mgr Di Falco de nouveau accusé de viols sur enfants. L’affaire est ancienne mais ce qui est actuel c’est la réitération du mensonge par cet homme, mensonge qui redouble le viol. Et le fait que la prescription en matière de pédocriminalité n’est toujours pas supprimée. Si le droit n’évolue pas, la société s’embourbe.

Mieux vaut voir un pénis sur un mur que le pénis du curé dans la sacristie. L’œuvre d’un street artist belge va être effacée dans les semaines qui viennent – d’ici là, les jeunes filles du lycée catholique d’en face et les femmes voilées dans la rue, entre autres, auront eu, s’il leur arrive de lever le nez, l’occasion de songer.

 

Un pénis géant peint sur un mur embarrasse Bruxelles
*