Haïkus des marronniers

corbillard

corbillard

C’est la saison des morts-vivants, des croque-mort de l’édition, du couronnement des cornaqués. Le haïku est le poème des saisons. En voici donc trois nouveaux, dédiés aux courtisan.e.s, au traîtres, aux aplati.e.s, aux faussaires, aux plagiaires, aux mous et aux molles de la plume qui confortent le monde auquel ils et elles sont soumis.e.s.

*

Scribes soumis.e.s

Les prix littéraires tombent

sur leurs feuilles mortes

*

Têtes de gondole

Couronnées de chrysanthèmes

Odeurs de pourri

*

Traces de limaces

Sur la place bétonnée

Le vent les efface

*

*

*

Haïku de la carpe

carpe

Bouche de la carpe

Entre herbes et eaux d’été

ses baisers de bulles

*

carpeces jours-ci au jardin des Plantes, photo Alina Reyes

*

Qui a dit muet comme une carpe ? Écoutez-la venir et converser dans l’eau des rêves vrais :

vidéo Alina Reyes

*

Sensation d’été

vignette

Sensation d’été

Les reins d’une reine ondulent

dans l’ombre à mes pieds

*

sethje marche dans la ville, de temps en temps je vais voir où en est cette œuvre de Seth, avec l’herbe qui pousse à ses pieds

camionje rencontre un camion stylé

camion,

toujours dans le treizième, vaste arrondissement dont je photographie depuis longtemps les murs peints, au détour d’une rue une nouvelle œuvre du collectif Lézarts de la Bièvre :

lézarts

et puis cet immeuble dont j’aime bien les couleurs :

immeubleaujourd’hui à Paris 13e, photos Alina Reyes

*

俳句 Haïku des vacances : en images et en mots

vignette

Rues et jardins vides

Ville en vacance d’été

Les lotus fleurissent

*

fougères

lotus et feuilles

lotus

poisson rougeCet après-midi au Jardin des Plantes, photos Alina Reyes

Haïku en mots : trois segments de 5-7-5 syllabes

Avec 4 photos, nous avons 7 segments, et 4 phrases en plus, 11 segments

Mes 10 doigts de pied repeints de frais dans mes tongs rouge de Chine neuves, je me sens très haïku (pour voir tous mes haïkus, c’est ici)

*

Haïkus des révisions de grammaire

Évanouie pluie

dans les prairies de girafes

tournesols paissant

*

Fleurettes jolies

s’arqu’encièle la lumière

sous les doigts des pieds

*

Un vers transparent

glisse dans l’éclaboussure

des rosées crachées

*

Éléments mêlés

la langue est le paradis

le jardin la langue

*

Haïkus des pluies de mars

J’écoute la pluie

son bruit doux dans la couleur

de perle du ciel

*

Des gouttes tapotent

la vitre puis longuement

s’écoulent en dansant

*

La fin de l’hiver

mimosa d’eau et lumière

entre averses brusques.

*