Cancer, thèse et amour

vignette

Recommençant à travailler à ma thèse, dont je dois rendre la version définitive dans les prochains jours pour une soutenance en septembre. Retardée par un épisode de fatigue qui s’est soldé par un épisode « Cancer, le retour » – spéciale dédicace à l’Éducation nationale qui m’a envoyée travailler à quatre heures de transports (métro + RER + bus de banlieue) par jour de chez moi, soit plus loin que toutes et tous les autres nouveaux profs de lettres de l’académie, alors que j’avais soixante et un ans : pourquoi ? – et qui récidive cette année en m’envoyant presque aussi loin – grâce à quoi ils risquent de devoir me payer encore une longue période d’arrêt de travail tout en payant d’autres profs pour me remplacer – aux dépens des élèves, donc, et des contribuables : des as de la gestion des ressources humaines !

Si l’hôpital fonctionnait aussi mal que l’Éducation nationale, beaucoup d’entre nous seraient morts depuis longtemps. Heureusement j’ai de très bonnes raisons d’avoir toute confiance en la médecine, mais la comparaison entre le soin des corps et celui des esprits, des intelligences, est cruellement révélatrice du manque de sérieux de l’instruction publique dans notre pays. J’ai regardé hier un documentaire sur la Garde républicaine qui m’a amplement réjouie : voilà une institution exemplaire, tant par l’entraînement et le travail des gardes eux-mêmes que par ceux des divers artisans, musiciens et chevaux qui participent précieusement à l’œuvre.

Travaillant aux derniers détails de ma thèse (c’est très bon et très long), je me sens un peu comme la Garde républicaine. « Il faut que tout soit impeccable » et efficace. Et je vois aussi que ce qui se trame à l’intérieur des centaines de pages de ce texte, c’est l’amour, un amour réalisant des unions a priori disparates, comme dans ces peintures signées HeartCraft que j’ai photographiées sur des bornes Autolib.

 

amoureux 01,

amoureux 01

amoureux 02

amoureux 03

amoureux 04avant-hier à Paris, photos Alina Reyes

*

Cancer et rémission

C’est un nouveau et jeune médecin beau comme un dieu méditerranéen qui m’a annoncé hier à la Pitié-Salpêtrière que j’étais en rémission. Je veux témoigner de mon expérience, sachant que tout témoignage peut aider. Mon cancer au sein était petit (7 mm) et non agressif. Je l’ai découvert moi-même (je faisais rarement les mammographies de dépistage) il y a bientôt deux ans. Je ne regrette pas de l’avoir fait enlever, mais je sais maintenant qu’il arrive que des cancers de ce type n’évoluent pas ou même régressent et se résorbent d’eux-mêmes. Après l’opération j’ai suivi une radiothérapie, puis j’ai commencé une hormonothérapie qui devait durer cinq ans. Les premiers mois tout s’est bien passé malgré quelques effets secondaires consistant surtout en douleurs articulaires. Puis les fatigues sont devenues de plus en plus fréquentes et lourdes. Je n’arrivais plus à travailler. Insomnies et migraines si intenses que rien ne pouvait les calmer. Quinze jours avant de passer l’agrégation, que cet état m’avait empêché de préparer correctement, je me suis décidée à arrêter le traitement, voyant que sinon je ne tiendrai pas le coup aux épreuves (7 heures pour chaque dissertation). Je n’ai pas été reçue au concours mais bien que le chirurgien, revu quelques semaines après, m’ait ordonné un nouveau traitement, je ne l’ai pas pris non plus. Il y a donc plus de huit mois que je l’ai arrêté. Les fatigues ne se sont pas arrêtées d’un coup, mais l’amélioration est évidente. Et finalement, si les médecins ne me disent pas franchement que j’ai bien fait, ils me disent maintenant qu’ils comprennent et que ce n’est pas grave, étant donné les bons résultats de tous les examens que je viens de repasser.

Cependant rémission n’est pas forcément guérison et il faut tout de même veiller à limiter les risques de récidive. Voici les bons conseils que je suis ou essaie de suivre et que je transmets : garder la ligne, une bonne alimentation, un bon sommeil et de l’exercice. Et dans l’alimentation, des anti-oxydants naturels sont excellents (et pas seulement contre les risques de cancer) : thé vert, épices (curcuma + gingembre, cannelle, piment… on peut les associer selon son goût dans des plats ou dans le thé), fruits rouges. Pour ce qui est de l’exercice, je marche tous les jours d’un bon pas, au moins une demi-heure pour aller travailler et en revenir, parfois deux heures ou plus si j’ai davantage de déplacements à faire ou si je me promène ; de temps en temps je me déplace à vélo ; je n’ai pas d’activité sportive proprement dite mais j’ai rêvé cette nuit que je me remettais à la danse orientale :)

*