Ramadan, Cahuzac, et autres hyènes de l’actualité

paris post 13 nov,,
photo Alina Reyes

photo Alina Reyes

*

Tout sonne faux dans l’affaire Ramadan. D’abord lui, tartuffe avéré, manipulateur et piètre intellectuel comme tant d’autres piètres intellectuels médiatiques dont toute l’habileté consiste à se faire passer pour ce qu’ils ne sont pas. Et son entourage, ses défenseurs – soit fourbes, soit, plus souvent, dupes. Mais aussi ses accusateurs, tous plus préoccupés de son influence politique que de ses abus sexuels, lesquels ne leur servent que de prétexte pour tenter de le neutraliser – une méthode lâche, antidémocratique et méprisable pour se débarrasser de quelqu’un dont on ne sait pas combattre les idées et l’influence par la pensée et l’action.

L’actualité ressemble à un combat de hyènes. J’ignore si les hyènes combattent, ces animaux paraissent si lâches – mais les combats de tant de célébrités en tous genres sont tout aussi lâches, ne présentant jamais ni leur vrai visage ni le vrai visage des combattants. Pour en revenir à Ramadan, le voilà maintenant, au bout de quelques jours derrière les barreaux, paraît-il malade et très affaibli. Il aurait dû apprendre à prier avant de se retrouver en difficulté, il s’en sortirait mieux et surtout plus dignement ; son attitude ressemble à celle de Cahuzac se répandant en confidences ignobles au tribunal sur ses désirs de suicide. À quoi comparer les escrocs de la finance ou de l’esprit qui, pris la main dans le sac, essaient de provoquer l’apitoiement sur leur malheureuse personne ? Je ne vois nulle bête qui se conduise de façon aussi méprisable.

Au moment où j’écris cette note, c’est la nuit, il pleut, il fait froid. Macron a reconnu n’avoir pas réussi à mettre à l’abri ceux qui dorment dehors. Encore une phrase trompeuse, honteuse : qu’a-t-il fait, qui n’aurait pas réussi ? Rien n’a été fait. Le portefeuille à la place du cœur sert de pensée à ce gouvernement, à ses soutiens, à ses pareils. Nouvelle fusillade dans une école, en Floride, on déplore de nombreux morts.

*