À propos des haikus

vignette

haiku cazals ligou 1

haiku cazals ligou 3

haiku cazals ligou 2

haiku cazals ligou 4

haiku cazals ligou 5

Roland Barthes écrit dans L’empire des signes : « Ne décrivant ni ne définissant, le haiku (j’appelle ainsi finalement tout trait discontinu, tout événement de la vie japonaise, tel qu’il s’offre à ma lecture), le haiku s’amincit jusqu’à la pure et seule désignation. C’est cela, c’est ainsi, dit le haiku, c’est tel. » (1970)

Exposition à la bibliothèque Buffon, à Paris 5e de photographies de Pierre Ligou accompagnées de haikus de Thierry Cazals. J’ai photographié parmi eux mes préférés. D’habitude je donne ici mes propres haikus, à mesure que je les écris (ici). Contrairement à Thierry Cazals, j’essaie pour ma part de respecter la composition en 5/7/5 syllabes (mores en japonais) et l’obligation du mot de saison, le kigo, qui donne une indication sur la saison à laquelle le haiku est écrit. Mais il m’arrive aussi de prendre des libertés, du moment que je me suis d’abord exercée à la règle.

Et je me prends à rêver que ce journal en ligne a quelque chose du haiku, dans son mélange d’immédiateté et de contemplation, de légèreté et de profondeur, de discontinu et de suite. C’est en tout cas une œuvre littéraire et en cela, un bonheur à vivre.

« Lac de montagne
L’eau est si pure
Qu’on ne la voit pas. »

Thierry Cazals

*