Madame Terre chez Zola à Paris et à Médan

Les joueurs appelaient cette salle-là l’hôpital. On y avait entreposé un billard hors d’usage et le matériel déglingué. (…) il jouait là, tout seul. Je lui ai dit : « Monsieur Numance, vous n’avez pas froid ? » (…) Il avait même reprisé le billard (…) Il me dit : « C’est simplement plus difficile, mais on y arrive. »
Jean Giono, Les âmes fortes
*

zola-rue-de-bruxelles zola-21-bis-rue-de-bruxelles mme-terre-chez-zola-a-parisAprès être allé chez Zola à Paris, au 21 bis rue de Bruxelles dans la maison et le jardin où se trouvent aujourd’hui l’AGESSA (caisse de cotisation des auteurs), et où il est mort (voir plus loin dans la note), O est allé à vélo jusqu’à Médan accomplir la 24ème action poélitique de Madame Terre chez Zola, qui travaillait du printemps à l’automne en haut de la tour carrée, derrière la baie vitrée qu’on voit sur la photo.

jardin-zola-medanmme-terre-fondation-zola

mme-terre-maison-zola mme-terre-chez-zola-medan prise-de-terre-chez-zola mise-de-terre-chez-zolaPuis il a fait un tour au château de Médan où ont vécu les poètes Ronsard, Du Bellay, Maeterlinck, et que Cézanne a peint :

chateau-medan-cezannechateau-medan-motard mme-terre-porte-chateau-medanmme-terre-chateau-medan mme-terre-fleurs-chateau-medan oiseau-chateau-medan*

Voici une vidéo où l’on aperçoit notamment le billard de Zola. Je publierai bientôt une note où il sera question, par la bande, du billard de Giono.

Zola fut insulté par La Croix et l’extrême-droite à sa mort- vraisemblablement un assassinat – (au lendemain d’une nouvelle Manif pour tous qui s’acharne et de la canonisation d’un « martyr » de la Révolution française, l’Histoire a de la suite dans les idées) mais rappelons l’hommage que lui rendit Anatole France :

« Devant rappeler la lutte entreprise par Zola pour la justice et la vérité, m’est-il possible de garder le silence sur ces hommes acharnés à la ruine d’un innocent et qui, se sentant perdus s’il était sauvé, l’accablaient avec l’audace désespérée de la peur ?
Comment les écarter de votre vue, alors que je dois vous montrer Zola se dressant, faible et désarmé devant eux ?
Puis-je taire leurs mensonges ? Ce serait taire sa droiture héroïque.
Puis-je taire leurs crimes ? Ce serait taire sa vertu.
Puis-je taire les outrages et les calomnies dont ils l’ont poursuivi ? Ce serait taire sa récompense et ses honneurs.
Puis-je taire leur honte ? Ce serait taire sa gloire.
Non, je parlerai.
Envions-le : il a honoré sa patrie et le monde par une œuvre immense et un grand acte.
Envions-le, sa destinée et son cœur lui firent le sort le plus grand.
Il fut un moment de la conscience humaine. »

*

Voir aussi mes notes sur Zola photographe et un passage de La Fortune des Rougon-Macquart.

Zola photographe

zolaautoportrait

*

zola familleZola avec Jeanne Rozerot et leurs enfants, autoportrait

*

zola denisesa fille Denise

*

zola jacquesson fils Jacques

*

Zola chateau deau et palais de lelectricite tirage dieuzaide« Château d’eau et palais de l’électricité » (tirage Jean Dieuzaide)

*zola tour eiffel brasserieBrasserie vue de la Tour Eiffel, 1900

*

Zola disait à propos de son temps de préparation de ses romans : « Je fais le travail d’un commissaire de police, qui veut sur un léger indice découvrir un crime mystérieux ».

Écrire n’est-il pas traquer le crime pour en libérer le monde et le rendre à sa pureté ? À rapprocher de la phrase d’un autre écrivain, Michel Tournier, sur Zola photographe :

« Pour lui, la photographie répond à une fonction de célébration »(Le vol du vampire, notes de lecture, Idées Gallimard 1983)

On peut voir beaucoup d’autres photos faites par Zola (et protégées par copyright), ici sur le compte du Château d’eau, galerie de Toulouse qui l’exposa

*

Émile Zola, La Fortune des Rougon

J’ai lu que l’une des étudiants tués le 13 novembre aimait particulièrement Zola. J’y pense en relisant (pour préparer l’agrégation) l’excellent roman La Fortune des Rougon, où il est question aussi de jeunesse sacrifiée. Je lui dédie ce passage, ainsi qu’à toutes les victimes de cette nuit de mort.

*

Quand tous deux ils nageaient sans bruit, Miette croyait voir, aux deux bords, les feuillages s’épaissir, se pencher vers eux, draper leur retraite de rideaux énormes. Et les jours de lune, des lueurs glissaient entre les troncs, des apparitions douces se promenaient le long des rives en robe blanche. Miette n’avait pas peur. Elle éprouvait une émotion indéfinissable à suivre les jeux de l’ombre. Tandis qu’elle avançait, d’un mouvement ralenti, l’eau calme, dont la lune faisait un clair miroir, se froissait à son approche comme une étoffe lamée d’argent ; les ronds s’élargissaient, se perdaient dans les ténèbres des bords, sous les branches pendantes des saules, où l’on entendait des clapotements mystérieux ; et, à chaque brassée, elle trouvait ainsi des trous pleins de voix, des enfoncements noirs devant lesquels elle passait avec plus de hâte, des bouquets, des rangées d’arbres, dont les masses sombres changeaient de forme, s’allongeaient, avaient l’air de la suivre du haut de la berge. Quand elle se mettait sur le dos, les profondeurs du ciel l’attendrissaient encore. De la campagne, des horizons qu’elle ne voyait plus, elle entendait alors monter une voix grave, prolongée, faite de tous les soupirs de la nuit.

*