Nouveau front populaire : face au précipice

Heureusement, je cours. Comment ne pas tomber malade, sinon, à ne rien pouvoir faire que lire la presse, scroller sur X, à la recherche de parole sur ce qui se passe, sur la catastrophe en cours, sur l’espoir en cours aussi ? Comment ne pas désespérer quand ce contre quoi on a alerté de son mieux depuis un quart de siècle finit pourtant par arriver ? La victoire de l’extrême-droite, si elle n’est pas encore acquise à l’assemblée, si elle peut y être encore repoussée, a quand même eu lieu dans les urnes le 9 juin, et dans les esprits, depuis, n’a fait que gagner encore, gagner quasiment toute la droite, dont une grande partie de ce qui reste de la macronie. Macron avait déjà marché dans les pas du RN avec ses lois scélérates ; le 9 juin au soir, en leur ouvrant un boulevard, il a sauté des deux pieds dans leur trace nauséabonde, sans aucune chance que cela puisse lui porter bonheur. Ces sept dernières années cauchemardesques nous auront donc menés, sans surprise mais avec une immense tristesse quand même, là, tout au bord du précipice.

La haine que Macron s’est acquise dans le peuple à force de le mépriser et de piétiner la démocratie a poussé massivement le peuple au suicide politique. Son omniprésence condescendante, verbeuse et pleine de fausseté, on l’a vécue comme un harcèlement. Et les gens harcelés finissent souvent par se suicider. En réponse à sa politique et à sa personnalité insupportables, une partie du peuple s’est livrée à la haine, aux pulsions morbides. En dissolvant brutalement l’assemblée, sans laisser le temps aux forces politiques de se préparer à de nouvelles élections, Macron exécute une vengeance collective sur le peuple de France, parce qu’il a poussé une partie de ce peuple à se venger de ses mépris, de ses violences, en votant contre cette démocratie qui les bafoue. Cercle vicieux.

Heureusement, pendant que je cours, j’évacue un peu l’énorme peine qui nous est tombée dessus. L’énorme peine pour notre pays et pour nos enfants. Et je suppose que tous ceux qui, à gauche, ont eu le réflexe de se réunir et finalement de s’unir, en courant eux aussi d’une certaine façon, en courant au secours de notre démocratie et de nous tous, dans l’urgence, ont trouvé eux aussi le geste salvateur pour ne pas sombrer dans le désespoir ou, comme on l’a vu à droite, dans la folle farce. Qu’ils et elles en soient remerciées encore ! Et que nous sachions accompagner ce mouvement, ce sursaut, avec semblable dignité ! Il en va de la survie de notre société, de notre paix, de notre citoyenneté.

Rien ne va être facile. Quelle que soit l’issue, le 7 juillet prochain, il faudra s’atteler à réparer ce qui aura été détruit, peut-être aussi ce qui continuera à être détruit. Combattre inlassablement, par la vie, les forces de destruction. Je ne sais plus qui, parmi tous ceux que j’ai pu lire ou entendre ici ou là, a dit qu’il fallait penser à ce que nous pourrions dire à nos enfants ou à nos petits-enfants, plus tard. Comment nous avons réagi, personnellement. Oui. On dit souvent « l’histoire jugera ». Mais qu’est-ce que l’histoire, sinon ce qui passe de nous à travers notre descendance ? Chez Homère, comme le dit Athéna à ses personnages « au cœur magnanime » : agis bien, noblement, et loin dans le futur, ta descendance sera fière de toi.

texte écrit le 14 juin 2024 et proposé à Libération, qui n’a pas donné suite

Les ateliers d’artistes du 59 Rivoli en 22 images

Squat à l’origine, le 59 rue de Rivoli est aujourd’hui occupé par un collectif d’artistes, avec ateliers et expositions, une galerie un peu sauvage comme aux Frigos. Les artistes changent, les œuvres aussi, voici quelques-unes de celles que j’y ai vues aujourd’hui.
*

aujourd’hui à Paris 1er, photos Alina Reyes

Parlons guerre, avec Marc Eichinger

En ce 11 novembre, et tandis que se poursuit le procès des attentats du 13 novembre, écoutons l’agent de renseignement Marc Eichinger dire, d’après son expérience de terrain, ce qu’est la guerre aujourd’hui, et éclairer ainsi, notamment, les sources réelles du terrorisme – celles qui ne seront pas mises en question au cours du procès.
D’abord dans cet entretien général :

puis plus précisément à propos du rôle du Qatar :

*

Beauté, bonté et joie du monde, pour aujourd’hui et pour demain : « Wave of change », le film

Prenez plaisir à regarder ce petit film d’une bonne et belle aventure « à bord du désormais célèbre « Nomade des mers », un catamaran en plein tour du monde, à la découverte de l’innovation Low-tech et pionnier de l’innovation durable et solidaire ». À voir jusqu’au générique de fin, où l’on apprend comme faire de la bière au gingembre à la maison – je vais tenter !
*

*
Et pour en savoir plus sur la low-tech, c’est ici
Il y a aussi un livre : Ma biosphère

*