O déplace Madame Terre, Alina peint

breze 2-min

Dans la chaleur, O est aujourd’hui parti en vélo avec Madame Terre à une trentaine de kilomètres de Paris, pour un endroit tout simple et tout noble, la croix qui fait souvenir du lieu où le sénéchal Pierre de Brézé est mort en 1465, lors de la bataille de Montlhéry. (Si vous n’êtes pas familier de Madame Terre, suivre le mot-clé). Voici ses images, suivies d’une photo qu’il a faite de moi il y a deux ou trois jours alors que je commençais à repeindre mon grand panneau autrefois intitulé « Apocalypse » et qui a déjà changé de nom – et je continue, tout en continuant à m’intéresser à la peinture préhistorique en écoutant cette conférence de Carole Fritz. Préhistoire et histoire continuent à cohabiter la Terre.
*
breze 1-min
breze 5-min
brézé-min
breze 2-min
breze 3-min
breze 4-min
work in progress 4,

Madame Terre sur la tombe d’Erik Satie à Arcueil. Avec aussi René Clair, Marcel Duchamp et Man Ray, et Matisse, et C215, et une et trois poires

sur la tombe de satie 6-min

sur la tombe de satie 1-min
Sur la tombe de Satie à Arcueil, il y a
sur la tombe de satie 2-min
une poire… pour ses « Trois morceaux en forme de poire »


sur la tombe de satie 3-min
une bague figurant « La Danse » de Matisse, rappelant ses « Gymnopédies » – dont une interprétation se trouve à la fin du premier pèlerinage de Madame Terre chez Satie

sur la tombe de satie 4-min
des pièces d’un jeu d’échecs, pour sa musique du film de René Clair où Marcel Duchamp et Man Ray jouent aux échecs


sur la tombe de satie 5-min

Et dehors, sur une porte du cimetière, ce portrait du musicien signé C215
sur la tombe de satie 6-min
Hier à Arcueil, photos O, comme toujours pour ses pérégrinations à vélo avec Madame Terre (suivre le mot-clé !)

À Coubron sur les traces de Corot et à la fontaine du frère Jean

coubron 3-min

Jean-Baptiste-Camille Corot, « La forêt de Coubron » (1872)

Jean-Baptiste-Camille Corot, « La forêt de Coubron » (1872)


*
Tandis que j’arpentais Ivry à vélo (note précédente) O partait plus loin (55 km aller-retour), à vélo aussi, en Seine-Saint-Denis, avec Madame Terre sur les traces de Corot, qui a peint de nombreuses toiles à Coubron, et dans la forêt de Bondy à la légendaire et magique « fontaine du frère Jean ». Voici ses images.
*
coubron 1-min

coubron 2-min

coubron 3-min

coubron 4-min

coubron 5-min

coubron 6-min

Madame Terre à Chambourcy chez André Derain

mme terre chez derain 6

le reveur de la foret 2-min
J’ai photographié cette œuvre de Derain illustrant un texte d’Apollinaire en novembre dernier lors de l’exposition « Le rêveur de la forêt » au musée Zadkine

Ce grand fauve, cet expérimentateur et inventeur de génie, ce peintre de la couleur et du mouvement, est à redécouvrir. Son œuvre, plus protéiforme et moins facilement saisissable, plus inclassable, reste moins bien connue que celle de certains de ses contemporains qu’il a inspirés, les Fauves bien sûr, les surréalistes, les cubistes (dont Picasso à qui il a révélé notamment les arts premiers)… avant de se détourner des mouvements qu’il avait impulsés pour créer et explorer encore de nouvelles formes, réalisme magique, décors de théâtre, etc. J’aime tout particulièrement sa façon de peindre les arbres, de leur donner vie et dynamisme puissant. Son travail si varié comporte quelques toiles modestes mais surtout, par tous les stades où il est passé, d’éclatantes manifestations de sa puissante vision, de sa puissante exécution, de la rapidité et de l’intelligence supérieure de son esprit. Je joins à cette note une vidéo faisant défiler 169 de ses toiles – que j’aurais accompagnée du Sacre du Printemps plutôt que de Satie.

Il y avait presque trois ans que Madame Terre n’était pas partie en pérégrination. Je rends grâce à O de l’avoir emmenée, pour ce retour, chez Derain. Rappel du principe : O parcourt la région parisienne à vélo, chaque sortie étant une sorte de pèlerinage sur les traces d’une personne qui s’est illustrée d’une manière ou d’une autre. Alfred Jarry, Samuel Beckett, Marie Curie… il a parcouru ainsi des milliers de kilomètres et visité des dizaines de lieux marqués par une personnalité ou par un événement historique (à découvrir en suivant le mot-clé Madame Terre). Emportant chaque fois avec lui Madame Terre, une figure en forme de « bouteille à la terre » que j’ai peinte, qui contient un petit manuscrit, et dans laquelle il met chaque fois une pincée de terre du lieu. Cette fois il a parcouru quelque 80 kilomètres aller-retour, par la chaude journée d’hier, ce qui n’est pas mal pour une reprise (reprise due à l’interruption du travail pour cause de pandémie). Voici donc ses images, suivies de la vidéo des œuvres de Derain.
*
mme terre chez derain 1
mme terre chez derain 7
mme terre chez derain 2
mme terre chez derain 3
mme terre chez derain 4

Photos O (avec l'ombre de sa coiffure post-confinement, dans l'attente d'un rendez-vous chez son coiffeur débordé :-)

Photos O (avec l’ombre de sa coiffure post-confinement, dans l’attente d’un rendez-vous chez son coiffeur débordé :-)


*

Madame Terre à Villers-Cotterêts. En hommage à la langue française, et à ses débuts

vignette

Après une partie du trajet en transilien depuis Paris, O a parcouru 108 km à VTT par champs et forêts pour aller à Villers-Cotterêts, voir la maison où Alexandre Dumas est né, et le château où François 1er a signé, en 1539, l’ordonnance faisant de la langue française la langue officielle du pays, le libérant ainsi de l’emprise du latin et de ses clercs. Après les images faites en cours de chemin et sur place, notamment au château en ruine qui devrait être bientôt rénové, la vidéo d’une émission désuète mais bien faite, avec Claude Hagège retraçant l’histoire des débuts de la langue française.

*

mme terre va a villers cotterets 1

mme terre va a villers cotterets 2

mme terre va a villers cotterets 3

mme terre va a villers cotterets 4

mme terre va a villers cotterets 5et voici la maison natale d’Alexandre Dumasmme terre va a villers cotterets 6

De château en château… Il y a un an, le 14 juillet 2016, Madame Terre était au château d’Alexandre Dumas : c’était sa première sortie, la première action poélitique dans la catégorie Madame Terre. Elle est alors encore flambant neuve (depuis, elle a pris quelques gadins dans le sac à dos avec les intrépidités du cycliste), et la note s’accompagne des vidéos de Le comte de Monte Cristo, série télévisée de 1979, adaptation la plus fidèle du roman : ici

mme terre va a villers cotterets 7

mme terre va a villers cotterets 8

mme terre va a villers cotterets 9

mme terre va a villers cotterets 10L’immense château, aujourd’hui en ruine, demain sans doute rénové, où ont été signées les ordonnances de Villers-Cotterêts, dont celle sur la langue française (voir lien plus haut et vidéo plus bas)mme terre va a villers cotterets 11

mme terre va a villers cotterets 12

mme terre va a villers cotterets 13

mme terre va a villers cotterets 14

mme terre va a villers cotterets 15

mme terre va a villers cotterets 16

mme terre va a villers cotterets 17

mme terre va a villers cotterets 18

mme terre va a villers cotterets 19

mme terre va a villers cotterets 20

mme terre va a villers cotterets 21

mme terre va a villers cotterets 22

mme terre va a villers cotterets 23Alexandre Dumas toujours en bonne place où il est né

mme terre va a villers cotterets 24

mme terre va a villers cotterets 25

*

*

Madame Terre au moulin bibliothèque d’Aragon et Triolet, une merveille

mme terre vers triolet aragon 14,

L’eau y coule dedans comme dehors. Très beau lieu dans une très belle nature, site désormais ouvert aux visiteurs et aux artistes, cet ancien moulin de Saint-Arnoult en Yvelines fut leur maison de campagne, de repos et de travail,  avec les 30 000 livres de leur bibliothèque, toujours là et disponible pour les chercheurs. La présence d’Elsa Triolet et de Louis Aragon y est maintenue vivante, tant par les souvenirs et objets d’art qui furent leurs que par ceux qui témoignent de la continuité de la création jusqu’à nos jours.

Hier après-midi, faisant fi de la canicule, O s’y est rendu, toujours à VTT et par les chemins buissonniers depuis Paris, pour y présenter Madame Terre – qui y a été très bien comprise et reçue, merci – et accomplir le rite que les lecteurs de ce blog connaissent bien depuis l’année dernière. Avant de donner les photos qu’il a prises en chemin et sur place, voici deux vidéos – la première sur un mode poétique, la seconde reportage pour la télévision – présentant la maison : un enchantement. Puis, après les photos, nous écoutons et voyons les deux auteurs parler de littérature, notamment Triolet sur Tchekhov et Aragon sur Stendhal. Enfin, musique ! Aragon qui aimait qu’on change ses poèmes en chanson adore certainement cette interprétation de « Gazel du fond de la nuit » par Gnawa Diffusion, rejoignant le Ghazal, l’art raffiné de la poésie courtoise arabe – et le texte du poème.

*

*

mme terre vers triolet aragon 1

mme terre vers triolet aragon 2une ferme en chemin

mme terre vers triolet aragon 3

mme terre vers triolet aragon 4

mme terre vers triolet aragon 5un vestige du chemin de Compostelle

mme terre vers triolet aragon 6le chemin se poursuit par les sentiers en forêt du noble chevalier errant

mme terre vers triolet aragon 7puis c’est l’arrivée à destination

mme terre vers triolet aragon 8

mme terre vers triolet aragon 9

mme terre vers triolet aragon 10

mme terre vers triolet aragon 11

mme terre vers triolet aragon 12

mme terre vers triolet aragon 13

mme terre vers triolet aragon 14

mme terre vers triolet aragon 15

mme terre vers triolet aragon 16

mme terre vers triolet aragon 17

mme terre vers triolet aragon 18

*

*

*

Je suis rentré dans la maison comme un voleur
Déjà tu partageais le lourd repos des fleurs au fond de la nuit

J’ai retiré mes vêtements tombés à terre
J’ai dit pour un moment à mon cœur de se taire au fond de la nuit

Je ne me voyais plus j’avais perdu mon âge
Nu dans ce monde noir sans regard sans image au fond de la nuit

Dépouillé de moi-même allégé de mes jours
N’ayant plus souvenir que de toi mon amour au fond de la nuit

Mon secret frémissant qu’aveuglement je touche
Mémoire de mes mains mémoire de ma bouche au fond de la nuit

Long parfum retrouvé de cette vie ensemble
Et comme aux premiers temps qu’à respirer je tremble au fond de la nuit

Te voilà ma jacinthe entre mes bras captive
Qui bouges doucement dans le lit quand j’arrive au fond de la nuit

Comme si tu faisais dans ton rêve ma place
Dans ce paysage où Dieu sait ce qui se passe au fond de la nuit

Ou c’est par passe-droit qu’à tes côtés je veille
Et j’ai peur de tomber de toi dans le sommeil au fond de la nuit

Comme la preuve d’être embrumant le miroir
Si fragile bonheur qu’à peine on peut y croire au fond de la nuit

J’ai peur de ton silence et pourtant tu respires
Contre moi je te tiens imaginaire empire au fond de la nuit

Je suis auprès de toi le guetteur qui se trouble
A chaque pas qu’il fait de l’écho qui le double au fond de la nuit

Je suis auprès de toi le guetteur sur les murs
Qui souffre d’une feuille et se meurt d’un murmure au fond de la nuit

Je vis pour cette plainte à l’heure ou tu reposes
Je vis pour cette crainte en moi de toute chose au fond de la nuit

Va dire ô mon gazel à ceux du jour futur
Qu’ici le nom d’Elsa seul est ma signature au fond de la nuit !

 

Louis Aragon (in Le Fou d’Elsa, 1963)

*

à voir aussi : une précédente note comprenant la vidéo du film d’Agnès Varda sur Aragon et Triolet

*

À la santé du Sapiens. Madame Terre aux mégalithes de Changé

vignette

Dolmen Petit, Dolmen du Berceau, Menhir du But de Gargantua… les mégalithes de Changé, en Eure-et-Loir, ont cinq mille cinq cents ans. Ils ont servi de sépultures ou ont été utilisés pour des cérémonies. O a fait une partie du trajet en transilien depuis Paris, puis 88 km à VTT pour s’y rendre avec Madame Terre : ses photos ont été prises en chemin, puis sur le site.

Je paraphrase le titre du poème de René Char À la santé du serpent pour le titre de cette note que je dédie au Sapiens de Jebel Irhoud – 315 000 ans, la nouvelle révolutionnaire de la semaine -, à ses inventeurs et à la science (voir en bas de la note). Car je vois dans ce texte de Char une évocation héraclitéenne du « tout change », comme le fleuve coule, comme le serpent mue, grâce à quoi il continue à grandir toute sa vie.

 

 megalithes de changé 2

megalithes de changé 3

megalithes de changé 4

pont changé

megalithes de changé 5

megalithes de changé 6

megalithes de changé 7

megalithes de changé 8

megalithes de changé 9

megalithes de changé 10

megalithes de changé 11

megalithes de changé 12

megalithes de changé 13

megalithes de changé 14

megalithes de changé 15

megalithes de changé 16

megalithes de changé 17

megalithes de changé 18

megalithes de changé 19

megalithes de changé 20

megalithes de changé 21

megalithes de changé 22

Tout proche, le château de Maintenon (XII-XVIIe siècles)megalithes de changé 23 château de maintenon

*

Madame Terre à Villeneuve la Guyard, où Debussy a composé son chef d’œuvre « La Mer »

mme terre debussy 4,

À voir les champs et les nuages photographiés par O sur le site où Claude Debussy a composé son chef d’œuvre, on se dit qu’il a pu être inspiré aussi par eux, par leur ampleur et leur mouvement aussi magnifiques que ceux de la mer liquide. Ciels et terres océaniques, puissants, scintillants, vivants. Je donne à la fin de la note un enregistrement exquisement sensible de La Mer par Vladimir Ashkenazy et l’orchestre de Cleveland. Cette action poélitique me touche particulièrement : cette œuvre fut l’un des tout premiers 33 tours de musique classique que j’achetai, jeune adolescente, après en avoir entendu, subjuguée, quelques mesures en tournant au hasard le bouton d’une toute petite radio, une nuit. Le son était faible et crachotait, et la puissance de l’œuvre n’en était que plus étonnante, pleine de mystère et de familiarité, comme si j’entendais soudain parler l’océan au bord duquel je vivais alors, l’estuaire que je traversais en bateau deux fois par semaine. Debussy lui avait donné voix, ou plutôt avait su, le premier, retranscrire sa voix, son chant, sa parole symphonique.

*

mme terre debussy 1après avoir fait une partie du trajet en Transilien pour se rapprocher de sa destination en Bourgogne, O a poursuivi son chemin à VTT pendant des dizaines de kilomètres sur les sentiers de terre le long des méandres de la Seine, puis de l’Yonne, rencontrant de beaux paysages, passant aussi, tel un chevalier errant, par une forêt où il n’y avait plus de chemin…

mme terre debussy 2

mme terre debussy 3

puis il est arrivé sur le lieu :

mme terre debussy 4

mme terre debussy 5

mme terre debussy 6

mme terre debussy 7

mme terre debussy 8

mme terre debussy 9

mme terre debussy 10

mme terre debussy 11

mme terre debussy 12

mme terre debussy 13

mme terre debussy 14

Et voici La Mer, trois esquisses symphoniques pour orchestre :

1. De l’aube à midi sur la mer

2. Jeux de vagues

3. Dialogue du vent et de la mer

*

autres notes avec Debussy : cliquer sur le mot clé

Madame Terre à Chessy, là même où est né Babar

babar cornelius,

babar

Je n’ai pas lu les aventures de Babar, enfant. Les histoires d’un roi, qui plus est soupçonné de colonialisme, ne faisaient pas partie de la culture communiste. Mais laissons tomber les lectures politiques de ces contes inventés par Cécile Sabouraud pour les enfants du couple qu’elle formait avec le dessinateur Jean de Brunhoff, qui les mit en images. Ce qui véritablement éclate dans leur grâce intemporelle, c’est que la véritable royauté dont ils parlent, c’est celle de l’enfance. L’enfance reine, dans son humanité et son animalité non séparées, dans cet état qu’il est urgent pour l’humanité de protéger dans l’enfant et de remettre au jour dans l’adulte.

Sur le territoire de la commune a été implanté Eurodisney – cela fait deux conceptions de la culture, disons. Je préfère la poésie, et Babar en est. Voici les images faites par O en chemin vers Chessy, puis au village avec l’école sise juste en face de la maison des parents de Babar et portant le nom du précepteur des enfants de Babar et Céleste, Cornelius. Ensuite l’enregistrement de l’adaptation musicale de l’histoire de Babar par Francis Poulenc, portée à merveille par la voix de Jacques Brel.

 

en chemin (à vélo), des usines, la Marne…

babar marne

babar fabrique

…puis l’arrivée au village et son magnifique chêne

babar petit cirque

babar chêne

babar chêne et village

et la maison de naissance de Babar

babar maison,,

babar maison

babar portail

babar mme terre la muscadelle

babar mme terre

babar prise de terre

babar mise de terre

l’école…

babar ecole cornelius,

babar ecole

babar ecole cornelius

et Madame Terre posée sur Cornelius, sous les regards médusés des enfants jouant par là

babar cornelius

babar enfants

babar cornelius mme terre

au loin Eurodisney, dont nous saurons nous passer

babar eurodisney

*

Madame Terre à Arronville chez d’Astier de la Vigerie puis à Menouville chez un marchand de mort

chemin,

Les actions poélitiques avec Madame Terre ont repris au printemps. Hier O a fait pas moins de 115 km à VTT aller-retour depuis Paris pour aller rendre hommage au résistant Emmanuel d’Astier de la Vigerie, enterré à Arronville. Cet « homme qui ne ressemblait à personne », selon Pierre Viansson-Ponté, fut l’auteur de l’inoubliable Complainte du Partisan, reprise notamment par Leonard Cohen – voir à la fin de la note.

Sur le chemin de retour, il est passé par Menouville, où il a photographié les ruines d’une ferme faisant partie d’un château où vécut « le plus grand marchand de mort des temps modernes », comme l’appelait Romain Gary : Basil Zaharoff, malhonnête, traître et pourri qui s’enrichit et fut décoré de la Grand-Croix de la Légion d’honneur et Chevalier grand-croix de l’Ordre de l’Empire britannique – ce qu’on appelle un homme qui a réussi, dans la philosophie de la réussite de notre nouveau président et de ses pareils.

*

mme terre et les vaches

mme terre en chemin

mme terre patriam servando

mme terre cimetiere arronville

cimetiere arronville

puis Menouville…

menouville

menouville maison

menouville ferme

menouville mme terre

menouville charron

eglise 12e siecle arronville

menouville pigeonnier

menouville plafond pigeonnier

menouville ruine

menouville vieux tourne disque

menouville escalier ruine

et il est temps de repartir :

menouville petit âne gris

chemin

et de réécouter la Complainte du Partisan mise en musique par Anna Marly et interprétée par Leonard Cohen


Leonard Cohen – The Partisan par RollingPat

Madame Terre à Ozouer le Voulgis, où David a peint Le Sacre de Napoléon

Toujours par monts et par vaux sur son VTT pour courir les environs de Paris (jusqu’à des plus de 100 km aller-retour), O est allé avec Madame Terre dans cette campagne où Jacques-Louis David eut sa maison et un atelier (avec église à côté) où il peignit le Sacre de Napoléon et couronnement de l’impératrice Joséphine, œuvre de propagande telle que s’en charge aujourd’hui la télévision.

mme terre dans les blés

chez David

maison de david

mme terre chez david

eglise mitoyenne maison david

lavoir ouzouer le voulgis lavoir ouzouer, lavoir ouzouerIl a photographié le lavoir du village parce que j’aime les lavoirs, puis il a procédé au rite de la terre, et sur son chemin il a photographié Madame Terre avec un coquelicot parce que j’aime les coquelicots

prise de terre chez davidmise de terre chez david

mme terre et coquelicot

*

*

Madame Terre a fait deux escapades dans le Magazine des jours heureux, il y a quelques jours quand je ne pouvais plus accéder à ce Journal : à Ville d’Avray chez Gambetta (vs Rothschild) et dans la même ville chez Boris Vian (en déserteur de la guerre économique)

*

Madame Terre chez Léon Blum à Jouy-en-Josas, en passant par la colline d’Élancourt et l’aéroparc de Louis Blériot

mme terre colline élancourt-min

Avant d’aller rendre hommage à Léon Blum à Jouy-en-Josas où il est mort, O, toujours à vélo depuis Paris, a transporté Madame Terre sur l’Éverest de l’Île de France (231 mètres d’altitude, si si, la colline d’Élancourt est le plus haut point de toute la région !), puis il est passé par ce qui fut l’aéroparc de Louis Blériot, qui s’éleva bien plus haut. Enfin il a réalisé le rite de la terre devant la maison de Blum, qui était en travaux, raison pour laquelle on ne la voit pas entière, un peu comme la révolution sociale en ce moment. Après les photos, un excellent documentaire de Julia Brachet et Hugo Hayat, Blum-Pétain, duel sous l’Occupation - pour méditer sur ce qu’il en est du progrès véritablement humain, et de ce que peut dissimuler la formule pétainiste « ni de droite ni de gauche » aujourd’hui revendiquée tant par Le Pen que par Macron, des menaces fascisantes qu’elle peut contenir quand elle sert de paravent, dangers qui ont d’ailleurs commencé à se réaliser – pensons à la Loi Renseignement, à la Loi Travail, aux violences policières, à la propagande de masse, au système oligarchique et ploutocratique du néolibéralisme de grand banditisme et vampirique qui règne sur le monde. Plus pour longtemps, si nous sommes vaillants, vigilants, résistants.

mme terre à l'aéroparc de blériot-min

mme terre blériot-min

aeroparc de buc-min

bleriot-min

mme terre blum-min

mme terre à jouy en josas-min

mme terre chez blum à jouy-min

prise de terre chez blum-min

mise de terre chez blum-min

*

 

*

Madame Terre à la datcha de Pauline Viardot et Ivan Tourgueniev et chez Bizet à Bougival

Par la belle journée d’hier, O a repris son vélo avec Madame Terre et l’a emmenée accomplir le rituel chez Pauline Viardot, une cantatrice étoile en son temps comme Maria Callas au siècle suivant, auprès de qui vécut Ivan Tourgueniev, auteur à redécouvrir, qui contribua notamment par ses écrits à l’abolition du servage en Russie. Et, tout près de leur datcha, chez leur voisin Georges Bizet, que nous écouterons chanté par Maria Callas.

vue de la forêt au-dessus de chez eux-min

dans la foret-min

la datcha-min L’accès à la maison est clôturé par un haut grillage, mais O a trouvé un endroit où il a pu passer par-dessus et entrerle parc de la datcha-min

mme terre à la datcha-min

prise de terre à la datcha-min

mise de terre à la datcha-min

trefles à la datcha-mincherchez les trèfles à quatre feuilles !tulipier et datcha-min

jonquilles à la datcha-min

pauline viardot-min

viardot tourgueniev-min

tourgueniev-minPuis, à quelques dizaines de mètres de là, la maison de Bizetchez bizet-min

maison bizet-min

bord de seine bizet-min

prise de terre bizet-min

mise de terre bizet-min

mme terre devant chez bizet-minAujourd’hui Bizet aurait sans doute du mal à composer de ce côté de sa maison, bordé par une route très passante, mais à l’arrière, toujours la paix de la Seine…seine derrière chez bizet-min

*

Pour finir, Maria Callas, qui sait se faire attendre, et se donner :)

*

Madame Terre reprend du service avec les taxis russes de Sainte-Geneviève-des-Bois

Telle l’hirondelle, le retour de Madame Terre sur les routes annonce le printemps. Le temps redevenant assez doux, O a repris son vélo pour aller cette fois visiter les taxis du cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois, à une trentaine de kilomètres au sud de Paris. Pas mal de célébrités y reposent mais c’est aux taxis, qui furent si nombreux et appréciés à Paris dans les années trente, qu’il a eu envie de rendre hommage, en songeant aussi à tous les immigrés d’aujourd’hui.

mme terre et l'avion-min

en chemin vers les taxis russes-minen chemin, une halte à Orly puis dans un joli paysage, avant l’arrivée au cimetière orthodoxe, et le rite de la prise de terre et de la mise de terre dans la bouteille dont j’ai fait Madame Terre (et qui contient aussi un petit bout de manuscrit, protégé), déjà riche de la terre mêlée à quelques feuilles, fleurs, eaux et cailloux des pèlerinages précédents :mme terre au cimetière russe-min

cimetiere russe-min

coucou-min

prise de terre au cimetière russe-min

mise de terre au cimetière russe-min

tombe au cimetière russe-min

tombes au cimetière russe-min

allée au cimetière russe-minà bientôt pour la suite d’une bouteille à la terre !

*

autres cimetières

autres Madame Terre

*