Saveurs de mon homme

 

Mon homme sent bon et il a bon goût.
Je ne dis pas ça parce qu’il m’a choisie,
je parle du goût de sa chair en bouche
et dans son odeur, de son plein de vie.

 
Partout dans mon corps sont des nids d’amour
pour lui.

 
Jour et nuit ses bras, moi dedans et lui
dans mes jambes.

 
Après l’hiver arbre gorgé de fruits
que nous dévorons.

 

*
Écrit ce matin au point de l’aube

 

Architecture : quelques images de la BNF et des environs

Je désirais encore prendre deux ou trois petites plantes à la jardinerie, cette fois j’ai fait l’aller-retour à Vélib. Et sur place j’ai un peu marché et pris quelques images de bâtiments, les voici.

bnf et autour 3-minLa BnF, avec ses escaliers et sa dalle de bois, et les nuages reflétés dans ses quatre grands livres ouverts. Il faudra que j’aille y travailler.

bnf 11-min

bnf et autour 1-min*

J’ai déjà photographié cette sculpture devant un immeuble d’entreprise avenue Pierre Mendès France, et il me semble qu’elle a été rénovée (mais je ne trouve plus la photo, quelque part dans le labyrinthe de ce blog, pour le vérifier), elle est encore mieux qu’avant :

bnf et autour 2-min*

bnf et autour 4-minJ’ai encore photographié cet immeuble sous plusieurs points de vue. Dans ce quartier neuf, quand la lumière est belle, c’est vraiment magnifique.

bnf et autour 9-minIl s’agit d’un immeuble de logement social dessiné par l’architecte Bernard Bülher, quai d’Austerlitz sur l’îlot Fulton, où se trouvait la Tour 13, que j’avais photographiée toute peinte par des street artists avant sa démolition (ainsi que la péniche Le Corbusier, qui a coulé depuis) : ici

bnf et autour 5-min*

J’aime bien aussi les jeux de couleurs autour des fenêtres de cet immeuble :

bnf et autour 8-min

bnf et autour 6-min*

Mon reflet (avec sac pour les plantes) dans un mur de verre couvert de phrases multicolores :

bnf et autour 10-min*

Retour sur l’avenue Pierre Mendès France, je reprends un Vélib et je rentre avec mes plantes

bnf et autour 7-minAujourd’hui à Paris 13e, photos Alina Reyes

*

Jungle et urbanité

Je suis en train d’installer une micro-jungle dans notre chambre-bureaux-salon. Pour cela je suis allée aujourd’hui chercher des plantes tropicales chez Truffaut, quai de la Gare, dans l’est du 13e arrondissement – en allant vers Bercy et la Bibliothèque nationale, un quartier neuf dont j’aime beaucoup l’esprit urbain. Bien sûr j’en ai profité pour me balader et faire quelques photos au passage.

 

paris 13e 1-minJ’ai d’abord jeté un œil sur l’expo dans la gare d’Austerlitz en coopération avec le Museum

*

paris 13e 2-minAu bout, l’horloge de la gare de Lyon

*

paris 13e 3-minDes tags en chemin

paris 13e 4-minAvec un trop mimi détail, en bas à droite :

paris 13e 5-min*

paris 13e 6-minJ’aime bien cet immeuble

*

paris 13e 7-minPont de Bercy, avec et sans métro

paris 13e 8-min

*

paris 13e 9-min

paris 13e 10-min

paris 13e 11-minVoilà un Vélib qui ne roulera plus. Sort-il de la Seine, pour être aussi couvert de boue ?

*

paris 13e 12-minIl y a des gens dont le métier et la vie se passent sur une péniche, c’est poétique

*

paris 13e 13-minJ’ai fait mon choix, je repars par un autre chemin avec un sac plein de verdure

paris 13e 14-minLa piste de skate, au milieu du boulevard Vincent Auriol

paris 13e 15-min

paris 13e 16-min

paris 13e 17-min

paris 13e 18-min

paris 13e 19-minet au milieu du même boulevard un terrain pour s’entraîner au basket

Aujourd’hui à Paris 13e, photos Alina Reyes

*

Voir au-delà. « Le dernier quartier de lune »

Cet après-midi à l'entrée de la bibliothèque du Museum côté rue, photo Alina Reyes

Cet après-midi à l’entrée de la bibliothèque du Museum côté rue, photo Alina Reyes

*

La pluie enveloppait par moments la bibliothèque avec le bruit qu’elle fait quand elle frappe de ses millions de doigts aux verrières, et les faîtes vert clair des arbres, derrière les baies vitrées, s’agitaient comme des chevelures dans le vent, et on devinait que les nuages couraient, car la lumière ne disparaissait pas, elle évoluait et revenait vite. Le jour, le vent et la pluie, en balayant le ciel et la terre comme des anges avec leurs grandes palmes nous rappellent que le ciel est peuplé de myriades de flammes, d’astres que nous ne voyons pas, que nous ne voyons jamais dans l’hémisphère où nous habitons et qui pourtant sont là, tout aussi présents que ceux de la nuit, eux-mêmes rendus de moins en moins visibles par diverses pollutions.

« Je ne voudrais pas dormir dans une pièce où l’on ne voit pas les étoiles. Toute ma vie, j’ai passé ma vie en leur compagnie. Je deviendrais aveugle si je me réveillais en pleine nuit avec un plafond noir pour seule vue.

(…) Je suis retournée dans mon tipi et, assise sur la peau de chevreuil, j’ai bu mon thé près du feu. Autrefois, quand nous changions de campement, nous emportions toujours la « graine de feu ». (…) Ce feu sur lequel je veille est aussi vieux que moi. Je l’ai toujours protégé des vents violents, des tempêtes de neige et des grosses pluies. Jamais je ne l’ai laissé s’éteindre. Ce feu, c’est mon cœur qui bat. »

CHI Zijian, Le dernier quartier de lune (trad. du chinois par Yvonne André et Stéphane Lévêque)

J’ai cité l’autre jour l’incipit d’un autre livre de CHI Zijian, une auteure que je découvre avec bonheur.

*