Action epsilon : ma thèse en couleurs (suite) (actualisé)

Je reposte cette note en laissant à la fin le texte d’il y a trois jours et en ajoutant des photos de nouvelles pages. Pour voir les précédentes : mot-clé « Action poélitique à lettre grecque ». Les actions poélitiques « Madame Terre » sont également liées à mon travail de recherche.

these-min these-2-min these-3-min these-4-min

Cette nuit dans ma grotte, toujours en écoutant des cours, j’ai orné encore deux pages pour ma thèse en couleurs – le chantier et le témoin de ce qui sera ma thèse une fois accomplie. C’est ainsi, notamment en écoutant des cours et en dessinant, que je prépare mon cerveau et ma main, mon esprit et mon corps, à la mettre au monde, de même que par l’ermitage en montagne, les retraites en monastères et la pratique des textes en hébreu, en grec, en arabe un peu, j’ai pu écrire Voyage et inventer la règle des Pèlerins d’Amour. Le voyage continue, toujours plus difficile, plus étonnant, plus exaltant.

*

Action epsilon : ma thèse en couleurs (suite)

thesethese-2 these-3 these-4 these-5 these-6 these-7avec une copie d’un autographe des Illuminations sur la dernière image qui rend mal le joli doré et le cuivré peint autour des deux pages

cliquer sur les images pour les voir en plus grand

les pages de mon chantier de rêve sont toujours différentes, voir mot-clé « action poélitique à lettre grecque » pour les précédentes

à suivre

*

Action epsilon : ma thèse en couleurs (suite) (actualisée)

J’actualise cette note de la semaine dernière en ajoutant à la fin d’autres pages colorées ces jours-ci.  Immense bonheur de composer cette thèse, comme un oratorio.

*

Quelques pages de plus (pour voir les précédentes, mot-clé « action poélitique à lettre grecque« ). Les textes sont couverts d’une feuille blanche pour la photo. Pages coloriées cette nuit en écoutant un cours de Deleuze sur Foucault. « Car savoir c’est combiner le visible et l’énonçable », dit-il, me rappelant un rêve ancien où je disais à François Mitterrand, en plongeant les bras dans un grand coffre plein de balles : « savoir c’est mieux que voir, non ? »

these-1 these-2 these-3*

these-1 these-2 these-3*

Action epsilon : ma thèse en couleurs (suite) (actualisée)

Note du 28 octobre actualisée avec de nouvelles pages en 2e partie.

*

J’intègre à ma thèse version papier les copies de l’agrégation tentée en mars dernier – ou du moins leur impression d’après leur numérisation, car l’académie ne renvoie plus les copies elles-mêmes, malheureusement. Je les ai colorées plus simplement que les autres pages. Ici il s’agit de la dissertation sur Ronsard, que j’ai recopiée et qu’on peut lire ici. La version imprimée de ma thèse sera différente de la version papier, où j’intègre des documents bruts comme ces dissertations et des collages comme ici au dos de la dernière page une page du catalogue de présentation du colloque sur les migrants au Collège de France. Ayant arrêté de dessiner et de peindre pour préparer ma thèse (et pas mal d’autres choses), j’ai toujours le désir de faire quelque chose de mes mains et de mon corps et je le fais, d’une façon ou d’une autre. Dessiner et peindre comporte le bonheur du contact, de l’échange avec le matériau, matériau avec lequel j’aime vivre, comme lorsque je vivais en colocation avec un vrai artiste peintre, matériau des supports, des instruments et des couleurs, crayons, encres, peintures etc. qui sont les compagnons de l’artiste dans la réalisation. J’aime les avoir près de moi, pressés, marqués par le travail, vieillis, pleins d’âme.

these these-2 these-3 these-4 these-5 these-6

*

Et voici les pages de la dissertation sur les « romans de la fin d’un monde », qu’on peut lire ici.

these-1 these-2 these-3 these-4 these-5 these-6

Les précédentes pages de ma thèse en couleur se trouvent au mot-clé Action poélitique à lettre grecque.

*

Action epsilon, suite (ma thèse en couleurs) (actualisé)

23 octobre : j’actualise cette note du 14 octobre avec trois nouvelles images de mes pages (en fin de note)

*

Je veux que ma thèse témoigne, avec ces dessins, ces couleurs, ces collages, de la beauté de la paix, intime et collective. Beauté du quotidien, du songe au bout des doigts, et de la vie aimable de la ville avec ses images de promotion de bibliothèques, d’expositions, de théâtre… de fleurs, d’animaux… d’humains.

ma-thesePour aller travailler en bibliothèque, je n’apporte pas mon gros classeur, seulement les feuilles du jour. Pour cela je les mettais dans une très ordinaire chemise en carton bleu, qui avait fini par s’abîmer et se déchirer dans mon sac. Je l’ai consolidée avec des collages d’images découpées dans des prospectus (ou pour la quatrième de couverture le verso d’un vieux carton d’exposition), de la couleur et du scotch, d’abord à l’extérieur, puis à l’intérieur. Maintenant c’est un bonheur de l’utiliser, et puis je l’ai aussi perforée afin de pouvoir l’inclure dans le classeur quand je voudrai.ma-these-2 ma-these-3Le soir en écoutant des conférences, cours, émissions etc. en ligne, je continue aussi à orner les pages écrites, photographiées ici avec un masque sur les écrits. Aux pages écrites à la main s’ajoutent des pages imprimées, parfois collées au manuscrit et à déplier comme dans la page au serpent ci-dessous.ma-these-4 ma-these-5*

these these these

Les premières pages de l’action epsilon, ma thèse en couleurs, sont ici.

*

Action poélitique ε (epsilon) : ma thèse de Littérature comparée en couleurs

J’ai acheté un nouveau classeur, bleu, pour les concours que nous avons décidé de préparer, CAPES et Agrégation. Ayant désir d’enseigner. Je continue aussi à œuvrer pour ma thèse.

En voici les premières pages (rephotographiées dans leur classeur, et augmentées des nouvelles). Je l’écris en partie à la main (les textes sont masqués pour la photo) et j’orne les pages avec des stylos, feutres, peintures, crayons, crayons de couleur, collages. Cela fait partie de mon travail de recherche, et c’est un bonheur. Le tout, avec les annexes et autres brouillons, remplissant peu à peu un grand classeur blanc, qui finira sans doute peint ou orné d’une façon ou d’une autre lui aussi.

these-1these-2 these-3 these-4 these-5 these-6 these-7 these-8 these-9 these-10 these-11 these-12 these-13 these-14

Travaillant dans les bibliothèques, coloriant à la maison en écoutant des cours (par exemple), lisant dans les jardins, transportant ordi et papiers dans le sac d’écolier que j’ai peint aussi.

Action α (alpha) + Madame Terre au mont Valérien

Loué sois-tu, mon Seigneur,
pour sœur notre mère Terre,
qui nous entretient et gouverne,
et produit toutes sortes de fruits,
et de fleurs colorées, et de l’herbe.
Saint François d’Assise, Cantique des Créatures
*

mme terre au mont valerien

mont valerien 1945

mme terre flamme mont valerien

prise de terre mont valerien

mise de terre mnt valerien

mme terre pelerins mont valerien

mme terre croix de lorraine

mme terre mont valerien tour eiffel

L’action alpha se double maintenant d’une action poélitique de Mme Terre, la douzième. O est retourné au mont Valérien, ce 7 août 2016, pour l’accomplir.

L’action alpha a eu lieu le 7 juillet 2016, voici la note originelle qui en rendait compte :

action alpha

action alpha 2

Ceci est ma première « action poélitique » – d’autres sont prévues. En l’occurrence, je pourrais l’appeler action poélithique puisqu’elle a consisté dans le fait de déposer une pierre à la flamme du mémorial de la France combattante au Mont Valérien (que je suis allée visiter il y a quelques années pour l’inclure dans mon roman Souviens-toi de vivre). L’action a été accomplie pour moi par O, qui a fait 50 km à vélo par monts et par vaux (beaucoup de collines dans le coin) et a photographié l’action, en deux temps : montrant la pierre dans sa main, puis la pierre posée sur le rebord du brûloir.

*

Action γ (gamma)

action gamma

Restant travailler à la maison aujourd’hui, j’y ai aussi photographié ma troisième action qui mérite l’adjectif poélitique : j’ai intégré un pot de menthe dans le bac sur la fenêtre à côté du rosier : les pucerons n’aimant pas l’odeur exquise de la menthe cesseront ainsi de venir dévorer les feuilles du rosier.

*

Le rosier est un micro-rosier cadeau de cinq centimètres replanté il y a deux ans, et qui depuis se développe bien ; poussent à côté des herbes sauvages tombées du ciel ; et au moins une pomme de terre, dont on voit les feuilles derrière la tête du tigre, venant de celle que j’y avais enterrée l’année dernière et qui en avait donné quatre, une par personne de la famille.

*