Madame Terre chez Fernand Léger, au Gros Tilleul où passèrent Khroutchev et Gagarine, Kissinger et Lê Duc Tho

Le monde (…) est le lieu d’une immersion sensible (…) il est constitué de forces élémentaires (…) qui précèdent l’existence humaine, tout en lui offrant des racines « préhistoriques »
Jean-Claude Pinson, Habiter en poète

en chemin vers chez fernand leger

mme terre chez fernand leger

mme terre devant fernand leger

le gros tilleul, maison de fernand leger

prise de terre chez fernand leger

mise de terre chez fernand leger

mme terre au tombeau de fernand leger

mme terre oiseau fernand leger

mme terre fernand leger

Pour la quatorzième action poélitique de Madame Terre, O s’est rendu à vélo à Gif-sur-Yvette, en vallée de Chevreuse, visiter ce colosse de Fernand Léger en sa maison dite Le Gros Tilleul, ancienne guinguette où il réalisa La Grande Parade. Maison où il reçut rien moins que Khroutchev et Youri Gagarine, et qui abrita les négociations pour la fin de la guerre du Vietnam. Derrière le portail graffé, habite maintenant un photographe. Après quoi, toujours avec Madame Terre ma foi assez bien assortie, O s’est rendu sur la tombe du peintre, tout près de la maison.

Fernand_LEGER_Muse_e_imaginaire_La_grande_parade_sur_fond_rouge_1953« La Grande parade sur fond rouge »

jeune homme au chandail fernand leger« Jeune homme au chandail »

*

Madame Terre de l’embouchure à la source de la Bièvre

Comme l’écrit Bourdieu, la comparaison chez Elias, loin d’être au service d’une illusoire quête des origines, « a pour fin de saisir la spécificité de la pratique proprement sportive, ou plus précisément de déterminer comment certains exercices physiques préexistants ont pu recevoir une signification et une fonction radicalement nouvelles […] en devenant des sports, définis dans leurs enjeux, leurs règles du jeu, et du même coup dans la qualité sociale des participants, pratiquants ou spectateurs, par la logique spécifique du « champ sportif. » (…) En inscrivant le sport dans les mutations des formes de compétition pour le pouvoir politique, des contrôles exercés sur la violence et de la structure de la personnalité elle-même, Elias et Dunning en font un observatoire privilégié des évolutions de longue durée de la société occidentale.
Roger Chartier, préface de Sport et civilisation, La violence maîtrisée, de Norbert Elias et Eric Dunning
*

embouchure de la bievre

embouchure de la bievre 2

ancien lit de la bievre

ancien lit de la bievre 2

ancien lit de la bievre 3

ancien lit de la bievre 4

ancien lit de la bievre 5

ancien lit de la bievre 6

ancien lit de la bievre 7

plaque bievre

ancien lit de la bievre 8

bievre

bievre

« La treizième revient…  » La treizième action poélitique de Madame Terre a été réalisée par O et moi. Je suis allée à pied photographier l’endroit où la Bièvre se jetait dans la Seine, un peu en amont du pont d’Austerlitz, puis, marchant par les rues des 5e et 13e arrondissements, j’ai photographié quelques-unes des plaques qui le long des trottoirs rappellent la présence de la rivière aujourd’hui souterraine.

Puis O, toujours à vélo, parcourant 80 km en la suivant avec ses étangs, est remonté jusqu’à la source, à Guyancourt. Cette fois Madame Terre a reçu un mélange de terre et d’eau de la rivière.

mme terre à vélo où disparaît la bièvre

mme terre à vélo bievre

fente etroite la bievre

bievre

flux bievre

cours bievre

la bievre coule

mme terre enjambe la bievre

mme terre et les vaches bievre

panneau la bievre

maisons bievre

bièvre lumière

étang bievre

canards etang bievre

arbres etang bievre

prés bièvre

mme terre à fontaine gobelins

mme terre panneau gobelins bievre

etang de la bievre

etang bleu bievre

source bievre

mme terre source bievre

mme terre à source bievre

prise de terre bievre

mise de terre bievre

arbre bievre

mme terre rocher bievre

mme bievre à la source de la bievre

plan d'eau bievre

mme terre place dialectique bievre

ru bievre

paysage bievre

 

Action α (alpha) + Madame Terre au mont Valérien

Loué sois-tu, mon Seigneur,
pour sœur notre mère Terre,
qui nous entretient et gouverne,
et produit toutes sortes de fruits,
et de fleurs colorées, et de l’herbe.
Saint François d’Assise, Cantique des Créatures
*

mme terre au mont valerien

mont valerien 1945

mme terre flamme mont valerien

prise de terre mont valerien

mise de terre mnt valerien

mme terre pelerins mont valerien

mme terre croix de lorraine

mme terre mont valerien tour eiffel

L’action alpha se double maintenant d’une action poélitique de Mme Terre, la douzième. O est retourné au mont Valérien, ce 7 août 2016, pour l’accomplir.

L’action alpha a eu lieu le 7 juillet 2016, voici la note originelle qui en rendait compte :

action alpha

action alpha 2

Ceci est ma première « action poélitique » – d’autres sont prévues. En l’occurrence, je pourrais l’appeler action poélithique puisqu’elle a consisté dans le fait de déposer une pierre à la flamme du mémorial de la France combattante au Mont Valérien (que je suis allée visiter il y a quelques années pour l’inclure dans mon roman Souviens-toi de vivre). L’action a été accomplie pour moi par O, qui a fait 50 km à vélo par monts et par vaux (beaucoup de collines dans le coin) et a photographié l’action, en deux temps : montrant la pierre dans sa main, puis la pierre posée sur le rebord du brûloir.

*

Madame Terre auprès de la station spatiale (ISS)

Le langage de la nature doit être comparé à un secret mot d’ordre que chaque sentinelle transmet dans son propre langage, mais le contenu du mot d’ordre est le langage de la sentinelle même.
Walter Benjamin, Sur le langage
*

iss et étoile

iss et mme terre

Je viens de réaliser cette action poélitique de Madame Terre, la onzième, à ma fenêtre à Paris. Cette fois est particulière : pas de prise de terre sur le lieu pour la mettre dans son sein. Puisqu’il s’agit d’une prise de ciel. Une opération invisible mais réelle ! Le point blanc est la station spatiale (en train de se déplacer d’ouest en est-nord-est, puis d’ouest-nord-ouest au nord. Le point minuscule à gauche de la station sur la première image est une étoile.

La première image a été prise au précédent passage de l’ISS, dimanche 31 juillet à 23h23. La deuxième image une heure et demie après, lundi 1er août à 00h58.

La station spatiale en direct : ici

Broadcast live streaming video on Ustream

Madame Terre chez Samuel Beckett à Ussy-sur-Marne

Comme le bricolage sur le plan technique, la réflexion mythique peut atteindre, sur le plan intellectuel, des résultats brillants et imprévus. Réciproquement, on a souvent noté le caractère mythopoétique du bricolage : que ce soit sur le plan de l’art, dit « brut » ou « naïf » ; dans l’architecture fantastique de la villa du Facteur Cheval, dans celle des décors de Georges Méliès (…) La pensée mythique n’est pas seulement la prisonnière d’événements et d’expériences qu’elle dispose et redispose inlassablement pour leur découvrir un sens ; elle est aussi libératrice, par la protestation qu’elle élève contre le non-sens, avec lequel la science s’était d’abord résignée à transiger.
Claude Lévi-Strauss, La Pensée sauvage
*

le long du canal vers chez beckett

cheval beckett

cheval et bateau beckett

canal beckett

mme terre vaches beckett

mme terre hayden beckett

mme terre rue samuel beckett

mme terre plaque beckett

mme terre maison beckett

maison beckett

prise de terre chez beckett

mise de terre chez beckett

mme terre fenetre beckett

cafe ussy beckett

paysage beckett

canal retour beckett*

Ce samedi 30 juillet O est allé, toujours à vélo (quelque 130 km aller-retour cette fois !) accomplir notre dixième action poélitique de Madame Terre à la petite maison que s’est fait construire et où vivait Samuel Beckett à Ussy-sur-Marne, rencontrant au passage trace de son ami le peintre Henri Hayden. Une maison isolée dans une belle nature, où Beckett faisait aussi du vélo : « Je prends ma bicyclette et grimpe les côtes en me refusant à mettre pied à terre », écrivait-il en 1957 à son amie Ethna MacCarthy.

*


*

Madame Terre sur la tombe du soldat inconnu, place de l’Étoile

C’est un trou de verdure où chante une rivière,
Accrochant follement aux herbes des haillons
D’argent ; où le soleil, de la montagne fière,
Luit : c’est un petit val qui mousse de rayons.

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort ; il est étendu dans l’herbe, sous la nue,
Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
Nature, berce-le chaudement : il a froid.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.

Arthur Rimbaud, Le dormeur du val

*

mme terre à l'arc de triomphe soldat inconnu

mme terre sur la tombe du soldat inconnu

mme terre soldat inconnu

prise de terre au soldat inconnu

mise de terre au soldat inconnu

mme terre arche défense soldat inconnu

mme terre escalier défense soldat inconnu

mme terre defense tombe soldat

mme terre défense soldat

C’était la neuvième action poélitique de Madame Terre, réalisée hier par O sur la tombe du soldat inconnu.

Minute de silence pour toutes les victimes des guerres et autres atrocités déclenchées par des puissants à l’abri, pour tous ceux qui s’emploient à réparer les iniquités des puissants en combattant pour le retour à la liberté.

Madame Terre chez Joséphine Baker au Vésinet et à Paris

Tandis que l’Astre de Beauté
C’est la Vérité qui ne voile
Pas plus la femme que l’étoile,
La véritable Vérité.
Germain Nouveau, La déesse
*

mme terre theatre champs elysees

mme terre défense

mme terre chez josephine baker

prise de terre chez josephine baker

mise de terre chez josephine baker

retour de chez josephine baker

mme terre retour de chez jos baker

mme terre au casino de paris

mme terre aux folies bergere

Aujourd’hui, toujours à vélo depuis Paris, O est allé accomplir la huitième action poélitique de Madame Terre chez Joséphine Baker, passant à l’aller puis au retour par la Défense et par des théâtres où elle a joué.

Joséphine Baker, artiste et résistante tout à la fois perle et océan de fraîcheur salvateur dans la France de Mistinguett et de Maurice Chevalier


Joséphine Baker : de l’exhibition à la Résistance par Mediapart
*
Sa biographie détaillée : ici
*
Un article sur Jeune Afrique

*

090303

*

Madame Terre sur un lieu de « Manon Lescaut » et chez l’abbé Prévost

Il me suffit de vivre de tout mon corps et de témoigner de tout mon cœur.
Albert Camus, Noces
*

mme terre à la force

prise de terre à la force mise de terre à la force

trous des chaînes à la force

mme terre à l'église salpêtrière

Cette septième action poélitique de Madame Terre a été réalisée en deux temps, par moi puis par O. Je suis d’abord allée à la Pitié-Salpêtrière, à l’Hôpital où dans le roman Manon Lescaut est enfermée un temps, à l’époque où on y enfermait les pauvres, les fous et les délinquants. J’ai photographié Madame Terre devant la cour du bâtiment de La Force, où étaient internées les femmes, soumises à un régime souvent atroce – on a enlevé des murs aujourd’hui les anneaux de fer où étaient accrochées les enchaînées. Lieu sinistre s’il en est. Ensuite je l’ai posée au centre de cette église si particulière, panoptique, construite de façon à pouvoir surveiller depuis le centre les chapelles où étaient répartis par catégories les prisonnières et prisonniers de l’hôpital, pour les messes obligatoires.

en approchant de chez prévost

foret chantilly en approchant chez prevost

près de chez prévost

où est mort l'abbe prevost

mme terre où est mort prevost

prieuré abbé prévost

prieuré prévost

puits prévost
maison prévost

maison abbe prevost

mme terre devant le portail prevost

prise de terre chez l'abbe prevost

mise de terre abbe prevost

mme terre sur le mur maison prevost

mme terre sur le mur maison abbe prevost

lavoir prevost

chez prevost
Puis O s’est rendu, faisant près de 100 km à vélo en ce dimanche d’arrivée du Tour de France à Paris, passant par champs et par forêts, parfois en dehors des sentiers, sur trois lieux successifs : celui où est mort (à Courteuil),  puis où est enterré (au prieuré de Saint-Nicolas d’Acy), et enfin où a vécu (montant sur le mur de la maison, à Vineuil-Saint-Firmin ! ) l’abbé Prévost, auteur du roman dont voici un passage, situé au moment où le chevalier des Grieux s’apprête à faire évader Manon :

« Nous retournâmes le matin à l’Hôpital. J’avais avec moi, pour Manon, du linge, des bas, etc., et par-dessus mon juste-au-corps, un surtout qui ne laissait voir rien de trop enflé dans mes poches. Nous ne fûmes qu’un moment dans sa chambre. M. de T… lui laissa une de ses deux vestes ; je lui donnai mon juste-au-corps, le surtout me suffisant pour sortir. Il ne se trouva rien de manque à son ajustement, excepté la culotte que j’avais malheureusement oubliée. L’oubli de cette pièce nécessaire nous eût, sans doute, apprêtés à rire si l’embarras où il nous mettait eût été moins sérieux. J’étais au désespoir qu’une bagatelle de cette nature fût capable de nous arrêter. Cependant, je pris mon parti, qui fut de sortir moi-même sans culotte. Je laissai la mienne à Manon. Mon surtout était long, et je me mis, à l’aide de quelques épingles, en état de passer décemment la porte. »

Madame Terre chez Érik Satie à Arcueil

La mélodie enfante, et à vrai dire ne cesse d’enfanter la poésie.
Nietzsche, La Naissance de la tragédie

*

arrivant chez satie

maison de satie au bout de la rue

jardin avant chez satie

façade avant chez satie

mme terre devant chez satie

mme terre immeuble satie

mme terre satie est un ange

prise de terre chez satie

mise de terre chez satie

maison satie

plaque mur satie

aqueduc au bout de la rue satie

aqueduc arcueil satie

Comment admettre que, comme tant d’autres artistes mondialement aimés et célébrés, Érik Satie ait vécu et soit mort dans la misère ? Qu’est-ce qu’une société qui piétine tant de ses membres les plus doux, les plus inventifs, les plus généreux de leur personne et de leur art ? Après avoir habité un réduit encore trop cher pour lui à Montmartre, rue Cortot, c’est là, à Arcueil, qu’il passa les dernières années de sa vie, en compagnie de cette misère qu’il nommait « la petite fille aux grands yeux verts ». O a photographié l’arrivée chez lui, la maison avec la plaque « Satie est un ange (bien déguisé), un ange à Arcueil se cachant » – Jean Cocteau, l’action poélitique de Madame Terre, et l’aqueduc (qui, dit-il, rappelle les notes de musique) transportant l’eau pour Paris, au bout de la rue du musicien.

erik satie lettre à cocteau 1917dessin d’Érik Satie dans une lettre à Cocteau

premiere gymnopedie

« Je suis triste », comme dit Cendrars à la fin de La Prose du Transsibérien. La musique d’Érik Satie fait du bien, même quand elle est « lente et douloureuse » comme la première Gymnopédie. Celle-ci a été enregistrée par J., étudiant comme Satie à la Schola Cantorum, à la maison, rapidement apprise pour l’occasion, après l’attentat de novembre. Nous venons de subir un nouvel attentat, et malheureusement ce qui se passe dans le monde et dans notre pays, les violences de toutes sortes, le mépris des innocents ou des pauvres, peine aussi. Merci à tous ceux qui malgré tout continuent à faire quelque chose de positif, de vivant, que cela soit directement utile ou « gratuit » – car perdre le gratuit dans ce monde intéressé serait perdre notre humanité.

Madame Terre chez Blaise Cendrars au Tremblay-sur-Mauldre

Pour Gaston Paris, la clef de la légende du Petit Poucet – comme de tant de légendes ! – est dans le ciel : c’est le Poucet qui conduit la constellation du Grand Chariot. En effet, Gaston Paris a noté que dans de nombreux pays, on désigne une petite étoile qui se trouve au-dessus du chariot, du nom de Poucet. »
Paul Valéry, L’homme et la coquille

mme terre au tremblay

mme terre sente blaise cendrars

mme terre devant la maison de cendrars

prise de terre à tremblay

mise de terre à tremblay

mme terre dans l'or de cendrars

mme terre et la main coupée de cendrars

mme terre debout sur la tombe de cendrars

Le nom de Cendrars porte la mémoire du feu, et c’est par cette après-midi de feu (38°) que O a parcouru à vélo 90 km aller-retour, pour aller accomplir la cinquième action poélitique de Madame Terre, au Tremblay-sur-Mauldre. Où le poète passa beaucoup de temps entre les deux guerres, avec sa machine à écrire, dans la « petite maison rose à côté du menuisier du pays », comme il disait, qui appartenait à sa femme Raymone Duchâteau (maison privée aujourd’hui située au bout de la sente Blaise Cendrars). Il repose aussi au cimetière du village, où son corps a été rapatrié en 1994.

O voyant les champs de blé a songé à L’Or, puis passant au cimetière a penché Madame Terre contre la Main coupée du poète.

*

Je dois à Blaise Cendrars deux des titres de mes romans, extraits de ses poèmes : Quand tu aimes, il faut partir, et Il n’y a plus que la Patagonie – ce dernier vers se trouvant dans la fantastique Prose du Transsibérien, que j’eus le bonheur de dire un jour à la Maison de la Poésie à Paris. Dis, Blaise, sommes-nous bien loin de Montmartre ? À écouter, magistralement dite par Vicky Messica :

https://youtu.be/OvUjqy3EOqU

cendrars delaunay prose-du-transsiberien

La Prose du Transsibérien illustrée par Sonia Delaunay

*

Et la sacrée vie du poète :

*

Madame Terre chez Alphonse Daudet à Draveil

Il nous semble simplement [en lisant] que nous continuons à vivre mais dans une autre maison, ou un autre pays peut-être.
Virginia Woolf, L’art du roman 

*

maison d'alphonse daudet

mme terre dvt la porte de daudet

mme terre sur le banc chez daudet

mme terre sur la terrasse de daudet

mme terre sur les marches chez daudet

prise de terre chez daudet

mise de terre chez daudet

mme terre sur le piano chez daudet

En revenant de chez Alfred Jarry à vélo (note précédente), avec Madame Terre sur le dos, O a vu par hasard la maison d’Alphonse Daudet, qui était justement ouverte. Ni une ni deux, il s’est arrêté, est entré. La propriétaire, Isabelle Guignard, lui a aimablement fait visiter les lieux, qu’elle fait vivre notamment en recevant des conteurs et des artistes de théâtre. Et bien sûr il a accompli le protocole des actions poélitiques de Madame Terre.

*

Les œuvres d’Alphonse Daudet peuvent être lues gratuitement en ligne : ici

*

La dernière classe, l’un de ses Contes du lundi, ici admirablement dit par Fernandel, a aujourd’hui une actualité touchante… en Chine, où il passionne les Ouïgours, comme expliqué .

Madame Terre chez Alfred Jarry à Corbeil

Montrez-moi l’insertion de la terre
Antonin Artaud, L’Art et la mort

*

en approchant de chez jarry

approche de chez jarry à corbeil

approche de chez jarry

moulin attenant à la maison de jarry

moulin attenant à chez jarry

mme terre arrive devant chez jarry

mme terre à la maison de jarry

chez jarry

mme terre contre le mur de jarry

mme terre par le trou de la maison

mme terre par le trou de la maison de jarry

prise de terre chez jarry

mise de terre chez jarry

mme terre dvt la maison de jarry

mme terre devant la seine chez jarry

Alfred Jarry allait et venait entre Corbeil et Paris à vélo (35 km, 70 aller-retour). O a fait de même pour accomplir l’action poélitique Madame Terre chez Jarry, troisième de sa catégorie, passant le bras à travers un trou dans le portail pour faire entrer Madame Terre dans la propriété. Le poète vivait dans cette maison à l’abandon accolée aux grands moulins, au bord de la Seine, pauvre à se nourrir des poissons qu’il pouvait pêcher dans la rivière et des oiseaux qu’il pouvait tirer dans son jardin.

*

On peut lire gratuitement les œuvres numérisées d’Alfred Jarry (comprenant ses dessins) ici.

Et regarder cette mise en scène télévisée d’Ubu Roi par Jean-Christophe Averty, libre d’y voir les allusions qu’on voudra, comme disait Jarry.

https://youtu.be/bQIJiIQjoRU

Vive Jarry ! en chanson aussi