Action poélitique ε (epsilon) : ma thèse de doctorat en Littérature comparée (actualisée)

J’actualise et actualiserai la note de temps en temps avec de nouvelles pages photographiées

25 août 2016 :

these 1 these 2 these 3

26 août 2016 :these 4 these 5 these 6

27 août :

these 7 these 8 these 9 these 10

Je l’écris en partie à la main (les textes sont souvent masqués pour la photo) et j’orne les pages de dessins. Cela fait partie de mon travail de recherche, et c’est un bonheur. Le tout, avec les annexes et autres brouillons, remplissant peu à peu un grand classeur blanc, qui finira peut-être peint ou orné d’une façon ou d’une autre lui aussi.

*

Madame Terre chez Patrick Modiano et le Pr Labrousse à Jouy-en-Josas et rue de Vaugirard à Paris

 Bauen, wohnen, denken (bâtir, habiter, penser) ont des racines communes
Habiter poétiquement le monde, éd LAM, 2010
*

D’habitude j’écris les petits textes de présentation pour accompagner les photos prises par O lors de ses périples et actions poélitiques avec Madame Terre. Pour cette dix-neuvième de la série, il a écrit aussi quelques lignes – à lire après les images.

mme terre chez modiano et pr labrousse à jouy mme terre modiano jouy mme terre plaque modiano mme terre modiano jacobs mme terre modiano jacobs jouyjacobs jouy prise de glycine modiano jacobs mise de glycine modiano jacobs mme terre jacobs vaugirardet rue de Vaugirard à Parisjacobs vaugirard

Fiction ou Réalité ?

Il y a une maison à Jouy-en-Josas ; une maison construite sur le versant sud de la vallée de la Bièvre, légèrement en hauteur, dans une rue tranquille, presque provinciale. Rien ne la distingue des autres maisons, si ce n’est l’énorme massif de glycine qui déborde de la grille.

Mais en s’approchant, et en soulevant les longues lianes de glycines, on découvre une plaque sur laquelle on peut lire que le 38 rue du docteur Kurzenne fut la maison d’enfance de l’écrivain Patrick Modiano [ici présent] en 1952 et la résidence du professeur Labrousse, personnage de la BD SOS Météores d’Edgar P. Jacobs paru en 1958.

A priori rien de commun entre l’écrivain de Rue des boutiques obscures et le directeur de la météorologie nationale dans SOS Météores. Modiano est grand, imberbe et balbutiant de timidité ; Labrousse est plutôt petit, porte une barbe digne de la troisième république et ne se départ jamais d’une ferme politesse en toutes circonstances. l’un est un écrivain, l’autre est un scientifique. La seule chose qui les relie semble être la fiction. L’un en fait profession tandis que le second y est né.

La fiction et une autre adresse. En effet l’auteur et le professeur ont partagé la même adresse rue Vaugirard à Paris.

Alors je me demande est-ce l’écrivain qui finit par se confondre avec ses personnages de fiction ou bien est-ce le scientifique qui est plus vrai que nature ?

O

labrousse modiano

Madame Terre chez Bernardin de Saint-Pierre à Eragny-sur-Oise

La nudité est la grâce originelle, elle est le propre. Mais les esprits salis par les mauvaises éducations voient le sale dans le propre, qui leur sert de miroir.
moi en deux tweets, il y a quelques jours. Sauvons les espaces d’innocence !
*

en allant chez bernardin de saint-pierre à eragny vers chez bernardin de saint pierre maison de bernardin de saint pierre rue de bernardin de saint pierre maison bernardin saint pierre mme terre dans les fleurs bernardin saint pierre mme terre plaque bernardin st pierre mme terre sur le pas de la porte de bernardin st pierre mme terre dans l'arbre bernardin saint pierre mme terre à cheval chez bernardin saint pierre mme terre fait du toboggan devant chez bernardin de st pierre mme terre dans le jardin de bernardin de st pierre mme terre et coquelicots bernardin de st pierre prise de terre chez bernardin de st pierre mise de terre chez bernardin de st pierre mme terre debout maison bernardin st pierreen partant de chez bernardin de st pierre l'oise chez bernardin de saint pierre*

Toujours à vélo par monts et par vaux, O est allé accomplir la dix-huitième action poélitique de Madame Terre : aujourd’hui à la maison de Bernardin de Saint-Pierre, auteur de l’immortel Paul et Virginie, qu’on peut lire ou relire gratuitement en ligne ici.

Le jardin de la maison (un ancien presbytère), « restauré en 2008, est planté de vivaces, d’arbustes à fleurs et de rosiers, où sont organisés une fois par mois « des mercredis nature » ouverts sur les arts, les phénomènes naturels, la botanique et l’écologie ». Madame Terre y a bien profité des joies de la nature et des jeux d’enfant :)

 


Paul et Virginie et l’Ile Maurice, une histoire commune qui a traversé le temps