L’art d’oiseau sauvage d’Alexandra Levasseur

Elle arrange les fleurs, les couleurs, les éléments, comme certains oiseaux font aussi de l’art. Et l’on croirait entendre dans ses compositions battre le cœur de l’oiseau sous ses plumes. Assemblage délicat de visions surréalistes et de sensation tragique, en toute humilité Alexandra Levasseur renverse le regard. Voici quelques-unes de ses peintures, sur bois ou sur papier, supports de prédilection qui avec le crayon chuchotent à l’acrylique la forêt. Puis l’une de ses vidéos, discrètement poignante aussi.

*

alexandra-levasseur-faux-paradoxefaux paradoxe I | 14X11″: huile et crayons sur bois

*alexandra-levasseurLimbo I | 11X14″: acrylique et crayons de couleur sur papier 160g

*alexandra-levasseur-summergames-2Summer Games II | 22X30″: acrylique et crayons de couleur sur papier 320 g

*alexandra-levasseur-interferencesInterférences | 36X48″: médias mixtes sur bois

ce tableau fait penser au travail ultérieur de Philippe Echaroux chez un peuple d’Amazonie : vidéo ici

*alexandra-levasseur-infini? | 30X40″: médias mixtes sur bois

*alexandra-levasseur-arreter-le-tempsArrêter le temps | 40X30″ » : Acrylique et crayon sur bois

*

*

Pour en voir et en savoir plus : le site d’Alexandra Levasseur

*

Ghost in the Shell (film et musique)

Alors que le remake américain, faisant d’un poème de la prose, publie sa bande-annonce, rappelons-nous ce manga culte, extraordinaire, visionnaire (ne sommes-nous pas désormais tous connectés ?), et la musique fantastique de Kenji Kawai (ici dès l’ouverture mais malheureusement remplacée à la fin dans cette version par la chanson One Minute Warning, enregistrée par U2 et Brian Eno sous le nom de Passengers – j’ai eu la chance de le voir lors de sa sortie avec la musique originale à la fin, qui parachevait le sublime).

NB 14 novembre : malheureusement les vidéos du film que j’ai postées, et qui étaient en ligne depuis des années, sont toutes supprimées les unes après les autres – est-ce le remake annoncé qui réveille la police ? Il y a toujours moyen de trouver le film, soit en ligne soit en dvd en bibliothèque publique. Voici du moins le trailer et les premières minutes du chef-d’oeuvre.

*

Voilà. Vous reprendrez bien un peu de ce morceau, de cette mélodie, de ces voix, de ces percussions à jouir des tympans ?

*

L’éternel retour de Van Gogh

van_gogh_the_bedroomUn hôtel de Vancouver présente une installation réalisée à partir d’une saisie en 4D de La Chambre du peintre, dans laquelle les visiteurs peuvent entrer, explique ici son arrière petit-neveu. Plus intéressant que la réplique de la même chambre par une chaîne de location d’appartements, dont on a tant parlé.

Nous avions déjà évoqué l’année dernière la préparation de Loving Vincent, le film en peinture à l’huile toujours en cours de réalisation, dont toute la presse parle maintenant, avec ce splendide nouveau trailer. Sortie cette année sans doute !

Crime et châtiment, par Piotr Dumala (animation)

Nous avons vu dans la note précédente le film d’animation de Piotr Dumala sur Franz Kafka. Celui-ci, inspiré « comme en rêve », dit-il, du roman de Dostoïevski, est d’une peinture encore plus belle.

Un extrait de la présentation de ce cinéaste, qu’on peut lire en entier ici : « Sa technique impressionnante s’appelle « l’animation destructive » : une image est effacée et redessinée pour créer l’image suivante. Sur des plaques de plâtre, il peint, repeint, efface et repeint sans cesse ses personnages, comme sculptés de lumière… « 

« Dumala est bien sûr un artiste renommé sur la scène internationale du film d’animation et son travail est acclamé pour ses thèmes philosophiques mais aussi, spécialement, pour sa technique artistique particulière », lit-on dans cet article consacré à ce film (en anglais).

Voici donc le film (de 29mn), retenant quatre personnages du roman : Raskolnikov, Sonia, la logeuse et le vieux voyeur – plus l’enfant en Raskolnikov.

*

*