Du jardin d’Abel au jardin d’Arago, en passant par la librairie Les oiseaux rares et quelques autres vitrines

jardin d'abel 2-min

Après avoir lu tous les articles en ligne sur le roman d’Olga Tokarczuc, Les livres de Jakob ou le Grand voyage, je décerne l’ignobel de la faux-culterie au journal La Croix, le seul à ne pas dire un mot du thème du livre, la persécution des juifs par les catholiques en Pologne, et à parler plutôt du fait (qui n’a rien à voir) que l’auteure est d’une génération post-soviétique, falsifiant ainsi complètement le sens de ses écrits. Espèces de Caïns, Judas, toujours à assassiner le verbe libre.

*

« La « ligature de l’envol » (uddîyâna-bandha), exécutée à la fin de la rétention et au début de l’expiration (…) doit son nom au fait que grâce à elle, les « grands oiseaux » que sont les souffles vitaux prennent leur envol dans une direction qui leur était jusqu’ici tout à fait inconnue. » Tara Michaël, Yoga

*

jardin d'abel 1-min

jardin d'abel 2-min

jardin d'abel 3-min

jardin d'abel 4-min

jardin d'abel 5-min

jardin d'abel 6-min

jardin d'abel 7-min

jardin d'abel 8-min

jardin d'abel 9-min

jardin d'abel 10-min

jardin d'abel 11-min

jardin d'abel 12 librairie les oiseaux rares-min

jardin d'abel 14 vitrine paris 13-min

jardin d'abel 13 vitrine paris 13-min

jardin d'abel 15 jardin d'arago-minaujourd’hui à Paris 13e, de la terre d’Abel aux étoiles d’Arago, photos Alina Reyes

*

Les livres de Jakob ou le Grand voyage. Au régal des oiseaux, etc.

oiseaux etc. 5-min

 

olga tokarczuc

J’ai un faible pour le prix Nobel de littérature et je me le reproche un peu : je n’aime pas les prix littéraires, alors pourquoi une exception pour le Nobel ? Eh bien parce qu’il est international, parce qu’on entend « noble » dans son nom (raison sans autre raison que poétique) et parce qu’il m’a fait découvrir des auteurs, dont au moins un que j’ai beaucoup aimé : Gao Xinjian. Cette année nous en avons donc deux. J’ai lu Peter Handke, mais je ne connaissais pas Olga Tokarczuc. J’ai eu très envie de la lire, et j’ai emprunté aussitôt à la bibliothèque numérique son grand roman Les livres de Jakob ou le Grand voyage (tiens, je mettais en une de ma note d’hier un dessin de « l’arbre du voyageur »). Rien que le titre, avec son interminable sous-titre : à travers sept frontières, cinq langues, trois grandes religions et d’autres moindres rapporté par les défunts , leur récit se voit complété par l’auteure selon la méthode des conjectures, puisées en divers livres, mais aussi secourues par l’imagination qui est le plus grand don naturel reçu par l’homme : Mémorial pour les Sages, Réflexion pour mes Compatriotes, Instruction pour les Laïcs, Distraction pour les Mélancoliques, constitue un puissant appel à la lecture. Me rappelant le Manuscrit trouvé à Saragosse de Jean Potocki, ou même Ici le chemin se perd de Peské Marty, ou encore les livres de Léo Perutz et d’autres qui constituent des Mille et une Nuits de la fantastique Europe centrale, voire le Melmoth de Maturin, enfin toute une littérature à la Récits d’un pèlerin russe, voyageuse de l’esprit autant que de l’espace et du temps, surréaliste sans l’être, réaliste sans l’être, poétique absolument.

Et j’ai donc commencé à lire ce roman, au jardin, dans l’enchantement du verbe, des plantes et des oiseaux. Et je n’ai pas été étonnée d’y trouver le nom de Potocki, en effet, introduit dans l’histoire, et aussi un personnage en train d’écrire un livre reprenant toutes ses lectures – n’est-ce pas ce que fait l’auteure avec ce texte merveilleux ? Quelle bonne nouvelle, que la visibilité donnée à cette histoire de faux messie (paraît-il) qui passe par le judaïsme, l’islam et le christianisme sans se fixer, en bon pèlerin. Génial, j’ai encore huit cents pages à lire.

Un article sur ce livre : ici

*

oiseaux etc. 1-minAu régal des corneilles

oiseaux etc. 2-min… des moineaux, aile et tête en bas (le voyez-vous ?)

oiseaux etc. 3-min…des papillons

oiseaux etc. 4-min…des abeilles, et de moi

oiseaux etc. 5-mincet après-midi au Jardin des Plantes, photos Alina Reyes

*