Le livre ignoble de Florence Aubenas sur Outreau

Difficile de dire, du livre de l’abbé Wiel ou de celui de Florence Aubenas sur l’affaire d’Outreau, lequel est le plus infect. Celui de Wiel, tout entier dans la dénégation de la parole des enfants, dont il disculpe même le père, peut s’expliquer par le fait d’avoir à sauver sa peau, face aux accusations. Mais Aubenas, pourquoi charge-t-elle à ce point les petites victimes ?

Madame Aubenas va à Outreau comme on va au zoo. Elle décrit les habitants de là-bas, accusés, victimes et autres voisins, comme des spécimens de quelque sous-humanité dépourvue de toute pensée, des tas de viande ambulante dont les agissements n’ont aucune profondeur. Sa description de cet univers est tout droit sortie d’un cerveau formaté selon la société du spectacle : cette société que font les journalistes. Ses « personnages » n’ont pas d’être, ce sont des figures pittoresques, dites avec un style « pittoresque » qui ne dit rien sinon son abyssal manque de sens.

Tout le livre est intellectuellement bâti sur un fort racisme de classe. Seul l’abbé Wiel y a figure humaine. On sent que pour la journaliste lui seul, auquel elle accorde tout crédit, fait partie des gens comme elle et les siens. Le juge aussi, c’est pourquoi elle peut au contraire l’accabler. Tous les autres, y compris les violeurs avérés, restent sous sa plume des marionnettes inconscientes d’elles-mêmes et de leur existence. Un seul exemple : lorsqu’un enfant raconte les viols dont il a été victime à son assistante maternelle, cette dernière, selon la journaliste « déborde de fierté » d’avoir elle aussi son cas d’enfant abusé.

Il a été montré que le livre d’Aubenas comporte des mensonges et des manipulations délibérées des faits. Faut-il imputer à la manipulation ou à l’aveuglement sa description du couple Lavier, par exemple, en parents-gâteaux, alors qu’à ce moment-là leurs enfants (qui les accusaient de viol) couchaient dans une pièce qualifiée par d’autres de « mouroir », sans fenêtre ni chauffage et avec seulement un matelas au sol dépourvu de drap et plein d’urine ? Sept ans plus tard, ce couple récidiviste allait de nouveau se retrouver au tribunal pour maltraitance et corruption de mineurs. Cet exemple semble emblématique de l’ensemble du livre. Tout y est vu de travers, voire à l’envers.

Car Aubenas, en croyant les gens d’Outreau dénués de toute intelligence et de tout libre arbitre, retire toute valeur à leur parole – qu’ils accusent ou qu’ils avouent. Si les pauvres ne sont qu’une sous-humanité, alors la loi des hommes ne vaut pas pour eux. S’il y a une loi pour les uns (les hommes) et une autre pour les autres (les pauvres), alors, en passant d’un groupe à l’autre, la loi et la vérité s’annulent. Et l’annulation de la loi et de la vérité rend possible le passage au crime (par le violeur, surtout s’il fait partie des hommes et non de la sous-humanité) ou à la manipulation (par le journaliste). En définitive, la manipulation est l’alliée du crime, son arme pour acquitter les criminels et discréditer les victimes.

*

L’incroyable et effroyable livre de l’abbé Wiel d’Outreau

« Je ne dirai jamais que j’ai violé un enfant », a-t-il dit dès le début aux enquêteurs. Non pas : « Je n’ai jamais violé un enfant » mais « Je ne dirai jamais que je l’ai fait ». Ce pourrait être le titre de son livre, écrit avec la collaboration du journaliste Lionel Leroy, et qu’il a intitulé Que Dieu ait pitié de nous. La thèse du livre : les enfants n’ont jamais été violés par quiconque, tous les accusés sont innocents. Thèse négationniste, puisque la réalité des viols, après avoir été avouée puis récusée par nombre d’accusés, a été reconnue et continue de l’être par les quatre condamnés restants – et la justice a reconnu victimes douze enfants.

Malgré cette obsession négationniste, le livre comporte des contradictions manifestes. Tantôt il mentionne les allées et venues dans l’immeuble et les connexions entre voisins et appartements, tantôt il prétend que les Delay ses voisins de palier étaient complètement isolés et ne recevaient jamais personne. Sans cesse il dit et répète que personne n’a violé nul enfant, et puis ailleurs, au détour d’une phrase, estime que les accusés dans leur « écrasante majorité » étaient innocents.

Dès la troisième page, Wiel rend hommage aux Lavier ses autres voisins, un couple récidiviste qui après avoir été acquitté a été de nouveau condamné plusieurs années plus tard pour maltraitance et violence sur ses enfants – alors que d’autre part une vidéo « familiale » les montrait en train de danser à moitié nus, mimant des actes sexuels et s’embrassant sur la bouche entre parents, enfants, autres membres de la famille ou amis.

Tout au long de son livre, Wiel ne cesse de justifier les adultes – sauf Myriam Badaoui, à laquelle il réserve toute sa rancœur. Thierry Delay, reconnu père violeur et prostitueur d’enfants (et accusé par plusieurs d’avoir même tué au moins un enfant), a toute sa considération. Wiel l’aide à trouver un jardin, le plaint quand sa femme, fuyant ses coups, passe du temps chez une voisine et le laisse seul avec les enfants. Quand le criminel entre dans la salle d’audience en 2005, l’abbé qui ne l’a pas vu depuis un certain temps pour cause de prison, s’émerveille : c’est une « jolie scène », dit-il, qui donne envie d’aller vers lui.

Les enfants sont les grands absents du livre. Ou plutôt ils sont là, omniprésents, mais occultés. Comme s’ils n’étaient que des fantômes. Les enfants dont il fut l’instituteur en Algérie pendant la guerre, dans sa jeunesse. Les enfants des colonies où il fut moniteur à son retour en France. Les jeunes dont il s’occupa après sa formation de prêtre. Les enfants qu’il reçut pendant des décennies à Outreau dans son appartement, dont il avait aménagé le salon spécialement pour eux, avec une table de ping-pong, et qu’il recevait tous les jours jusqu’à dix heures du soir. Et enfin ses petits voisins immédiats, ceux de la tour du Renard, ceux de son palier, notamment les enfants Delay, qui comme bien d’autres l’accusèrent. Tous ces enfants sont mentionnés dans son livre, mais comme s’ils n’étaient que des figurants sans visage et sans nom, à l’arrière-plan de l’histoire, qui reste une histoire faite par et pour les adultes. Sauf que lorsqu’ils se mettent à parler, c’est la catastrophe. Ils mentent, martèle l’abbé Wiel. Les femmes aussi mentent, ou du moins déforment la langue, quand il leur arrive de dénoncer des viols sur leurs enfants. Chaque fois l’abbé a cette réplique : « Pardon ? » Puis il explique que ces dénonciations ne sont qu’une façon de parler, ou une élucubration.

Le problème est que des adultes reconnaissent les faits. Pour ceux qui se sont ensuite rétractés, il est aisé de dire qu’ils ont parlé inconsidérément. Mais comment justifier que quatre d’entre eux aient avoué sans se dédire ? L’abbé Wiel a trouvé une explication hallucinante. Il la répète à deux moments de son livre : les adultes ont inventé avoir violé les enfants pour ne pas avouer qu’ils avaient eu « une partie à quatre » entre adultes, où les enfants étaient présents mais sans qu’on les ait fait participer. Le prêtre raconte avoir vu un soir descendre les Delay, accompagnés de leurs enfants, chez leurs voisins. C’est là qu’il situe cette « partie à quatre » qu’ils auraient voulu cacher en inventant des viols d’enfants. Ainsi donc, dans la tête de l’abbé Wiel, des viols d’enfants seraient moins honteux et moins risqués à avouer qu’une partie de sexe entre adultes ? On voit le gouffre où conduit une telle disposition d’esprit. Le terrible, c’est le sexe entre adultes. Mais avec les enfants, ça ne compte pas.

Dès lors, en effet, pourquoi en parler ? « Je ne dirai jamais que… » Pour sauver sa peau, l’abbé Wiel réitère ses accusations contre les enfants, enfonce et enfonce les clous : ils ont menti. Pour sauver sa peau l’abbé Wiel sacrifie la vérité, et la dignité et l’intégrité des enfants avec. De cela au moins, sans contestation possible, il est coupable.

*

Outreau ou la banalité de l’infamie en France

Qu’avons-nous vu pendant ce procès « Outreau 3 » ? Tous les acquittés et condamnés auditionnés « interdits de parler » sauf pour dire « j’ai menti quand j’ai avoué et quand j’ai dénoncé l’accusé, rien ne s’est passé, personne n’était là, l’accusé est innocent, j’ai rien d’autre à dire » – et leur parole reçue par la presse comme parole d’évangile.

Le procès est passé, mais la nécessité de continuer à occulter la vérité, pour que ne s’écroulent pas les conclusions des trois procès, n’a pas fini de poser problème.

La justice a-t-elle été rendue ? Non. La justice sera rendue quand toute la vérité sera faite. Des enfants morts ou suppliciés demandent justice.

Il y a une composante sexiste dans le traitement de l’affaire d’Outreau, avec une Badaoui plus honnie que son monstre de mari. Mais aussi, secrètement, une composante raciste. Pourquoi Thierry Delay, avant de commencer à violer le fils de sa femme, l’humilia-t-il constamment d’insultes racistes et changea-t-il son prénom, Chérif, en Kevin ? Là est la source de toute l’affaire. C’est cette haine raciste qui a justifié le viol de l’enfant, et c’est à partir de ce passage à l’acte que le processus morbide et criminel s’est étendu comme une lèpre, que l’abjection s’est étendue aux voisins, aux amis et amis d’amis, et aux dépens d’autres enfants, jusqu’au meurtre. Pourquoi l’abbé Wiel, principal accusé après les deux premiers couples de parents, entonna-t-il la Marseillaise, quand il fut confondu par Myriam Badaoui ? Pourquoi s’étonna-t-il, une fois en prison, que l’administration pénitentiaire respecte les interdits alimentaires des musulmans ?

Si les enfants Delay étaient blonds, et si Daniel Legrand et les autres acquittés étaient d’origine maghrébine, soutiendrait-on ces derniers de la même façon ? Si tous les acquittés étaient africains et si les enfants Delay étaient aryens, justice et médias traiteraient-ils l’affaire d’Outreau de la même façon ? Si tous les acquittés étaient immigrés, et les enfants Delay bourgeois, justice et médias traiteraient-ils l’affaire d’Outreau de la même façon ? Si des blondinets des beaux quartiers avaient été violés pendant des années par des miséreux basanés, la justice et les médias se seraient-ils acharnés à dire que les enfants avaient rêvé, et à présenter les accusés comme des victimes ?

Tous les enfants de France ont-ils la même valeur aux yeux de la justice et des médias ? Y a-t-il en France des enfants qu’on pousse à se taire quand ils sont victimes ? Y a t-il des notables qu’on protège ?

Y a-t-il en France des journalistes moralement corrompus, défenseurs de l’ordre des notables au prix de la négation du supplice des enfants ? Y a-t-il en France des médias vendus aux industriels qui les possèdent et à l’argent public, qui font présidents et décisions de justice ? Y a-t-il en France une complicité entre les médias et les politiques, les médias et la justice ? Y a-t-il atteinte à la démocratie ?

Y a-t-il en France des pédophiles et pédocriminels délibérément impunis ? Y a-t-il exploitation du tabou de l’inceste et de la pédophilie pour endormir les consciences ? Y a-t-il en France une acceptation tacite des viols d’enfants ? Y a-t-il des silences qui s’achètent ? Y a-t-il lâcheté des adultes ?

Y a-t-il en France des connivences entre les institutions catholiques et les pouvoirs médiatiques et judiciaires contre l’intérêt des enfants ? Y a-t-il une culture catholique qui convainc les victimes de viol, directement ou sournoisement, qu’elles ont péché, et qu’il leur faut déposer ce « poids », l’oublier, renoncer à dénoncer les coupables, transformés eux aussi en victimes ? Y a-t-il manipulation des « âmes », inversion et confusion du bien et du mal en vue d’anesthésier le sens du combat ? Y a-t-il en France une clique de hyènes religieuses, à l’affût des assassins et des souffrants pour les faire taire et les amener à elle, un autre enfermement, et neutraliser leur légitime désir de justice ?

Y a-t-il en France un intérêt politique à maintenir une partie de la population en situation de réserve, de chair à canon et à prostitution, et prétexte à tous abus, surveillance et oppression, sur l’ensemble des citoyens ? Y a-t-il en France mépris de la « populace » par nos « élites » vulgaires, et licence de violer les droits de l’homme au nom de ce mépris ? Y a-t-il en France des « élites » convaincues que le bon droit et la règle de vie consistent à trahir, déformer, occulter la vérité ? Y a-t-il en France, dans les sphères dominantes, banalité de l’infamie ? Manipulation méthodique et quotidienne du réel, du vrai ? Y a-t-il en France, parmi les « élites », prostitution générale des esprits ? Des morts-vivants effrayés par la lumière du jour ?

Maintenant, la presse et la justice devront répondre de ce qu’il adviendra après ce verdict.

*

Trois forts moments de vérité dans le procès Outreau 3

Avant-hier : l’évocation du meurtre de la petite fille par Dimitri Delay

Le meurtre de cet enfant a été décrit par Daniel Legrand et par Myriam Badaoui. Lundi à la barre, la parole très ferme de Dimitri Delay, confirmant ses accusations contre Daniel Legrand, a été un grand moment de vérité. Et à l’intérieur de ce moment, celui où il a évoqué cette petite fille qui était là, avec laquelle ses frères et lui jouaient à la cabane dans une pièce, puis que les adultes appelèrent. Puis les cris de l’enfant, et ceux de Thierry Delay, décrit par Legrand et Badaoui comme l’ayant sauvagement assassinée parce qu’il ne supportait pas ses hurlements d’enfant violée par un vieux auquel elle était livrée. Un assassinat malheureusement vraisemblable, ils ne sont pas rares dans ce genre d’affaires. Dimitri a aussi évoqué un bébé mis dans un sac. Mais l’enquête et la presse occultent complètement ces faits, déclarés imaginaires.

Hier : l’évocation du corps de Chérif Delay enfant par l’abbé Wiel

L’abbé, acquitté après avoir été, des acquittés, le plus lourdement condamné, a parlé hier du « corps » de l’enfant au tribunal, qu’il observait. Ce même abbé, depuis 2005, s’est répandu dans tous les médias, dans toute la France et dans un livre, en prétendant que les enfants Delay, ses voisins de palier, avaient menti, qu’ils n’avaient jamais été violés, même par leurs parents. En contradiction avec la vérité judiciaire, avec les aveux mêmes des parents, et les preuves physiques des violences et viols qu’ils ont subis. Pourquoi nie-t-il ainsi ? Dix ans plus tard, il déclare comme les autres n’avoir rien à dire de plus, qu’il ne s’est rien passé – mais son inconscient produit ce moment de vérité où il évoque le corps contemplé de l’enfant.

Aujourd’hui : l’expertise qui consolide la validité des aveux de Daniel Legrand

L’expert qui a analysé l’accusé, Daniel Legrand, en 2002, a affirmé ce matin qu’il n’avait « aucune tendance à l’affabulation ». Son caractère très visiblement peu cérébral laisse penser qu’il n’en a pas la capacité, ajouterais-je. Quoiqu’il en soit, cette absence totale de disposition à l’affabulation ne signifie-t-elle pas que les aveux qu’il produisit, par trois fois, avec des détails très réalistes sur les faits, n’ont pas été, comme il l’a prétendu par la suite, inventés ? D’autant que ces aveux se sont avérés recouper d’autres déclarations d’enfants et d’adultes.

Qu’est-ce qu’un monde qui ferme les yeux sur le supplice d’enfants et cherche en chœur à disculper leurs bourreaux, ou un homme comme Daniel Legrand qui a pourtant produit des aveux circonstanciés et continue d’être accusé par des enfants aujourd’hui devenus adultes ? L’œil est dans la tombe de ce monde, l’œil de la petite morte, des petits morts et suppliciés à qui il refuse de rendre justice. Au-dessus de cette décharge publique de mensonges, la vérité se fait jour dans la roche, rien ne l’arrêtera, rien jamais ne peut arrêter la vérité, et à son heure, elle surgira en torrent et noiera l’infamie.

*

La misère morale

Quand je travaillais dans une entreprise ostréicole, il y avait à côté de moi, à la chaîne, une jeune femme enceinte qui se vantait de baiser avec un chien, un berger allemand ; et une autre femme, alcoolique, dont le mari avait tué leur fils. J’ai demandé à pouvoir travailler avec les Roms, embauchées à la même tâche mais pas mélangées avec les autres. L’ambiance était beaucoup plus légère avec elles.

Là et ailleurs j’ai connu des milieux de misère, je sais ce qui peut s’y passer, la misère morale qui peut aussi s’y emparer des gens. Comme dans l’affaire d’Outreau, dont je suis le procès avec attention, jusqu’à la fin de cette semaine. Je sais aussi que cette misère morale peut être aussi présente, aussi grande, dans des milieux aisés. C’est d’ailleurs ce qui entretient les réseaux pédocriminels, la vente des vidéos à des milliers d’euros, voire la vente directe d’enfants. La misère morale fait se rejoindre tous les milieux.

La misère morale prend aussi d’autres formes que directement physiques ou sexuelles, elle est politique, elle fait l’obscénité de ce monde où les riches s’enrichissent sans cesse aux dépens de plus en plus de monde, où les puissants organisent leur domination, leur surveillance, leur terreur, leur propagande, aux dépens des peuples. La misère morale pousse sur le fumier des cœurs morts. Elle piétine les enfants et les victimes, comme la justice et les médias tout au long de cette affaire de viols et de meurtres d’enfants à Outreau.

*

L’Église et la justice, deux institutions protectrices de la pédocriminalité

Sous le choc en apprenant que Michelle Martin-Dutroux, kidnappeuse d’enfants, violeuse d’enfants, bourreau d’enfants séquestrés, meurtrière d’enfants, après avoir obtenu, grâce à un couvent qui a offert de l’héberger, de sortir prématurément de prison – au bout de huit ans, sur les trente auxquels elle était condamnée – et après avoir organisé son insolvabilité pour n’avoir pas à indemniser les victimes,

sous le choc en apprenant que cette ordure, après tant de traitements de faveur, est maintenant hébergée par un ancien juge, qui a aménagé pour elle trois pièces au premier étage de sa maison – et qui parle de lui et d’elle comme « prince et princesse ». Princes de ce monde, comme on appelle le diable, le mal.

Comme dans l’affaire d’Outreau, l’affaire Dutroux a été jugée de façon à enterrer un grand nombre de faits et d’impliqués. L’existence manifeste d’un réseau a été niée, on a conclu au pédocriminel isolé. Le silence des pires meurtriers est ce qui se vend et s’achète le mieux.

*

Outreau, les procès sodomites

En 2004 à Saint-Omer, les enfants victimes furent pendant tout le procès placés dans le box des accusés (par manque de place pour les accusés !), tandis que les accusés étaient assis dans la salle avec les avocats et les journalistes – avec lesquels ils avaient tout loisir de converser et de se plaindre de ces enfants rois d’aujourd’hui, ma bonne dame, qui racontent n’importe quoi.

Avant-hier Myriam Badaoui, la principale condamnée après son mari Thierry Delay, est arrivée dans la salle du tribunal de Rennes par l’entrée des jurés. De fait elle fut considérée comme l’unique juré, voire comme le juge, puisque toute la presse titra ensuite qu’elle avait « disculpé » l’accusé.

Aujourd’hui l’accusé, Daniel Legrand, a demandé à ne pas parler du box des accusés mais à la barre des témoins. Tout étant inversé dans ces procès, il refuse en fait la place des victimes. Comme Myriam Badaoui, il affirme avoir menti en avouant, et c’est la négation de leurs aveux qui prime dans l’esprit du public. Badaoui après avoir, l’une des toutes premières, indiqué son nom dit cette semaine qu’en fait elle ne le connaît « ni d’Ève ni d’Adam », mais lui aujourd’hui à la barre, tout en niant les connaître, les appelle par leurs prénoms.

Outreau ou la vérité par le « derrière ». Autrefois on appelait « inversion » la sodomie. Les procès d’Outreau sont, à l’instar des coupables, sodomites du sens. Quant aux enfants, ils sont condamnés à devenir « in-sensés ». Heureusement ils résistent, et nous sommes quelques-uns avec eux.

Si vous voulez suivre le procès avec moi sur twitter, c’est ici.

Retour sur Outreau

outreau-1115612-jpg_1024065

Huit des accusés d’Outreau (Sandrine Lavier, Franck Lavier, Alain Marécaux, Karine Duchochois, Pierre Martel, Roselyne Godard, Dominique Wiel, Lydia Cazin Mourmand et Christian Godard) fêtent la fin du procès, en décembre 2005. © AFP . Photo publiée avec cet article du Point, l’un des rares journaux moins partiaux sur cette affaire, lors de la sortie du film Outreau, l’autre vérité

*

La propension des hommes à se dire du côté des faibles quand ils sont loin et à ne pas les regarder quand ils sont près n’a d’égale que leur propension à se dire contre les forts quand ils sont loin et à se ranger de leur côté quand ils sont près.

Quelle voix s’élève en France pour défendre la vérité bafouée des enfants violés d’Outreau ? Des humbles se mobilisent, font circuler l’information que les médias depuis des années occultent, en complicité avec les avocats des violeurs. Mais parmi les élites, parmi ceux qui ont accès aux médias, mutisme. Il est aisé et seyant de défendre les grandes causes lointaines, plus risqué de s’engager pour la justice et la vérité dans des affaires aussi proches et aussi sensibles. Les habitués de l’engagement désincarné reculent devant la vérité effrayante des personnes réelles d’Outreau. La peur métaphysique sert le déni et l’injustice.

De quoi ont peur ceux qui détournent le regard ? De voir, en se penchant sur le trou noir d’Outreau, ce qui en eux-mêmes grouille peut-être. Pour le nier, ils sont prêts à déformer la vérité, occulter les faits. À l’occasion de ce troisième procès, celui de Daniel Legrand qui produisit des aveux très détaillés et non extorqués, faits devant un psychologue, on nous dit que la victime c’est lui. Comme on l’a dit des sept condamnés qui furent acquittés en appel, malgré les déclarations concordantes des enfants et d’eux-mêmes avant qu’ils ne se rétractent. Déclarations faites sans que les uns et les autres aient pu se concerter, qui se recoupaient et comportaient des précisions qu’il leur était impossible d’inventer.

À Outreau, il y a eu viols en réunion et prostitution de nombreux enfants par de nombreux adultes. Il y a eu aussi, d’après les déclarations de plusieurs personnes, mort d’une fillette au moins. Douze enfants ont été reconnus victimes de viols, quatre adultes seulement condamnés, un seul encore en prison. Les acquittés (ce qui ne signifie pas « innocentés », car de lourdes charges pesaient sur eux) ont reçu des centaines de milliers d’euros chacun en dédommagement de leur temps passé en préventive. Les enfants violés, eux, ont été indemnisés dix fois moins, et abandonnés à leur sort. Ceux dont on a quelques nouvelles sont aujourd’hui des adultes en grande souffrance, comme Chérif Delay (extraits de son livre).

C’est le juge et ce sont les enfants qui se trouvent mis en accusation. C’est le monde à l’envers. L’abbé Dominique Wiel, l’un des acquittés, voisin de palier des Delay et celui qui, après les deux couples condamnés qui n’ont pas fait appel, avait écopé de la plus lourde peine au vu des déclarations précises de nombreuses victimes, a osé écrire un livre où il traite de « salades et bobards » la parole des enfants, et demande aux enfants Delay (qu’il rebaptise Jean et Luc – où tout psy entend « j’encule ») de dire qu’ils ont menti, qu’ils n’ont jamais été violés par quiconque – alors que leurs parents eux-mêmes ont avoué les viols qu’ils ont commis sur eux. Prenant visiblement les petits garçons pour des femmes, il a prétendu qu’un « gynécologue » aurait déclaré que les fils Delay n’avaient pas été violés. Il s’est répandu en tournée dans toute la France pour porter son accusation contre le juge et contre les enfants, anéantir toute l’histoire, prétendre que tout était pure invention. Il a été reçu dans les médias, dans les télévisions, où il a eu le culot de dire qu’il « pardonnait » aux enfants, mais qu’il attendait que le juge lui demande pardon. Ce même abbé accusait dans la presse la circulaire Royal qui oblige les travailleurs sociaux à dénoncer les abus sexuels sur enfants, et fait partie des comités de soutien d’un prêtre condamné à huit ans de prison pour viols d’enfants en Afrique, et d’un instituteur condamné à la même peine pour abus sur des enfants de sa classe. Lui aussi a reçu des centaines de milliers d’euros en dédommagement, lui aussi est reçu partout en victime ! Comme ce couple d’acquittés dont les enfants vivaient dans des chambres sans fenêtre ni chauffage ni draps, sur des matelas au sol pleins d’urine et le corps couvert de bleus – tandis qu’une vidéo de famille « ordinaire » montrait la mère embrassant sa fille à pleine bouche.

Les Delay ayant été convoqués avant qu’on ne songe à perquisitionner chez eux, comme ils l’ont avoué ont eu le temps de détruire et faire détruire dans leur entourage les cassettes qu’ils échangeaient et commercialisaient, avec les viols des enfants en réunion. Les viols, les sévices, les meurtres semble-t-il, tout ce qui s’est passé à Outreau et dans la région a été effacé, dissimulé, puis occulté par la presse, qui loin d’enquêter a instruit le dossier à charge contre le juge et les enfants, à la suite du livre de Florence Aubenas. De retour de captivité, elle a écrit à la hâte un livre pour disculper les violeurs, livre couronné d’autant plus de succès que l’auteur était auréolée de sa gloire de journaliste fraîchement libérée, et que sa thèse libérait chacun de ce poids de la culpabilité possible des adultes envers les enfants. À l’occasion de ce troisième procès, la même machine à désinformer s’est remise en marche, notamment aussi avec un journaliste du Figaro qui soutient ouvertement l’accusé, client de l’avocat avec lequel il a écrit un livre. Les avocats sont habitués à mentir, cela fait partie de leur métier, mais ce n’est pas celui des journalistes. Ici comme dans bien d’autres cas, toute éthique du journalisme est bafouée sans que personne ne s’en émeuve. Le fameux avocat blogueur qui se fait appeler Maître Éolas m’a mise plus bas que terre quand je lui ai fait remarquer ce fait sur Twitter, alors qu’il promouvait le journaliste du Figaro. Je répète ses mots, parce qu’ils disent le degré de haine des négateurs ; en réponse à ma remarque formulée poliment, voici ce qu’il m’a dit : « Le dernier lambeau de crédibilité et de dignité qui vous restait vient d’expirer. Je vous laisse, par pudeur » et : « Avez-vous si peur d’échapper à mon mépris ? » ; puis, à un autre : « J’ai fait le tour de cette folle ». Les hantises, les phobies sexuelles, produisent les cœurs secs. Les cœurs secs produisent le mépris de la vérité, perpétuent les injustices, répandent aveuglement et lâcheté. J’accuse tous ceux qui se font ainsi les complices de violeurs et d’assassins d’enfants.

Qu’est-ce qu’une société dans laquelle plusieurs témoins parlent d’enfants tués lors de viols, et qui choisit de fermer les yeux ?Qu’est-ce qu’une société où l’on expédie en Afrique puis abrutit de médicaments le témoin le plus « debout », le plus « dangereux » donc, qu’il faut empêcher de parler, qu’il faut convaincre qu’il a rêvé quand il parle du meurtre d’un enfant ? Chérif Delay est aujourd’hui interné, assommé de médicaments. Qu’est-ce qu’une société dont la justice et les médias œuvrent à occulter la parole des enfants violés et innocenter les violeurs ?

*

En savoir plus

Au tribunal de la conscience. « Je suis debout », par Chérif Delay

chérif delay

*

En ces jours où se déroule un troisième procès d’Outreau, au cours duquel la parole des victimes semble tout aussi méprisée que lors des précédents (rappelons que la première fois ce sont les enfants qui étaient placés dans le box des accusés, au tribunal, tandis que leurs bourreaux étaient dans la salle avec les journalistes, auxquels ils avaient tout loisir de raconter leur déni des faits – et que la presse s’est en effet empressée de les transformer en victimes des prétendus mensonges des enfants – douze d’entre eux ont pourtant été reconnus victimes de viols, alors qui les a violés?), j’ai lu le témoignage de l’aîné des frères Delay, aujourd’hui adulte en grande souffrance. Serge Garde, auteur d’un documentaire, à voir sur Youtube, intitulé Outreau, l’autre vérité, lui a servi de plume. Le livre est paru en 2011. Il est évident que Chérif Delay n’a pas pu tout dire, tout raconter, le traumatisme est trop grand et certains faits sans doute trop terribles – rappelons qu’il a été frappé jusqu’à tomber dans un coma de plusieurs jours à l’âge de cinq ans, puis violé à partir de l’âge de six ans par son beau-père puis d’autres, dont sa mère. Certainement il ne peut dire tout ce qui s’est passé, et qui a impliqué beaucoup de personnes et beaucoup d’enfants – il a même été question de mort d’enfant – mais son livre est un témoignage vivant et très intéressant. J’en donne ici quelques passages.

Ma mère, je dois la tuer. Dans ma tête. (…) Ma mère m’a violé comme elle a violé mes petits frères et d’autres enfants (…) Et voilà qu’elle m’écrit qu’elle veut me « serrer » contre elle et « m’embrasser » ! Comment ose-t-elle ? C’est la dernière femme au monde qui a le droit de me toucher.

(…)

Je viens d’un monde où les gens ne comptent pas, sauf dans les statistiques du chômage. RMI ou RSA ? RAS. Je viens d’un monde où les gens passent sans histoire, sans laisser de trace. Je viens du silence.

Écrire un livre, c’est comme niquer le destin. C’est être dans la lumière. D’un certain côté, j’aime. Mais, franchement, j’aurais préféré rester un enfant, puis un jeune homme anonyme.

(…)

Au plus fort de cette tempête qui, dix ans après, continue de souffler par rafales, je n’ai jamais baissé les yeux. J’ai souvent trébuché mais, aujourd’hui, je suis debout et, quoi que vous ayez pu penser de l’affaire, je vous invite au tribunal de la conscience.

(…)

La présidente me demande de reconnaître les personnes par numéro. Elle m’interroge sur une accusée. Je n’ai pas le temps de répondre. C’est parti ! Les avocats de la défense, derrière, dans mon dos, me coupent la parole, me traitent de menteur, de mythomane, d’affabulateur… Et personne n’intervient pour que je puisse témoigner normalement. Même mon avocat laisse faire. Je ressens l’hostilité de la salle archicomble derrière moi. Je reste figé, sidéré. Personne ne réagit pour dire qu’on devrait me laisser parler. Bouche bée. Le ciel m’est tombé sur la tête. Pourquoi un tel déluge d’agressivité ? Mais qu’est-ce que j’avais bien pu faire ?

Les avocats de la défense se relaient. L’un d’eux m’accuse d’être le fils de ma mère, le fils d’un monstre. (…) Je n’étais plus une victime, pas même un témoin. J’étais l’accusé. (…) La suite, je l’ai vécue comme pendant les viols. Dissocié. J’étais à la barre, mais totalement absent.

(…)

Sans doute persuadé d’appartenir à une espèce supérieure, Delay pataugeait dans un racisme particulièrement sordide. Il me rappelait que je n’étais pas de son « sang ». M’appeler par mon vrai prénom, c’était au-dessus de ses forces. Chérif faisait trop musulman à son goût. Il fallait gommer mes origines. Si quelqu’un dans le voisinage m’appelait Chérif Delay, il décrétait que son nom était sali. D’autorité, il m’a rebaptisé à la mode aryenne. Sans trop d’imagination. C’était la mode des Kévin… Alors tout le monde a dû m’appeler Kévin, et j’ai fini par m’y habituer. À l’époque, j’étais trop petit pour comprendre qu’il me volait mon identité. Il faisait de moi un fantôme.

(…)

J’ai appris « sadisme » dans ma chair avant de connaître le mot. (…) Il ne voulait pas m’entendre gémir ou pleurer, pour, disait-il, que je devienne un dur. Une façon de marquer dans ma chair : « Tu portes mon nom. Si tu veux que je t’accepte, il faut que tu acceptes ce que je te fais. » Mais cela n’avait rien d’un rite d’initiation. C’était un calvaire permanent.

(…)

Dès que je pouvais, de façon indirecte et souvent très maladroite, j’envoyais des appels au secours. (…) J’étais muré dans le silence. Je ne disais rien sur moi, mais combien de fois j’ai dit à une enseignante : Aidez mes frères !

(…)

La période des viols a commencé. Au départ, je ne subissais que Delay. Mais il avait des amis. Il recevait beaucoup.(…) Ils ont élargi le cercle. Le voisin avait un ami qui avait un ami… (…) Je ne peux pas être plus précis sur la constitution du réseau. La plupart des discussions ne se passaient pas devant moi.

(…)

Il y avait régulièrement les menaces de mort : Si tu mouftes, j’te tue !

(…)

Tous ces tarés ont même cherché, à un moment donné, à me transformer en violeur. Ils voulaient que je devienne comme eux, sans doute pour me neutraliser.

(…)

Delay m’a fait creuser une tombe jusqu’au cercueil. Le bois était complètement pourri. Delay est descendu dans le trou, il a ouvert le cercueil et il a saisi la tête du mort et il me l’a tendue pour que je la mette dans un sac-poubelle. (…) Je n’ai pas pu. J’ai dégueulé trois fois.

(…)

Parler de choses difficiles à dire, cela fait mal. Ne pas parler détruit.

(…)

Je ne te pardonnerai jamais. De toute ma vie. Jamais.

(…)

Un père incestueux, c’est d’abord quelqu’un qui a le pouvoir absolu et qui en abuse comme il veut.

(…)

C’était un traquenard et je suis tombé dedans. En quittant la barre, je répétais intérieurement « je sais pas, je sais plus ». J’étais choqué. Pour sortir, je me suis retrouvé face aux accusés. Ils jubilaient. Je voulais m’évanouir, crier, m’éclater la tête contre un mur, sauter par la fenêtre.

(…)

Les journalistes, à mes yeux, portent une responsabilité particulière dans cette affaire.

(…)

« Tu dois le savoir : ils ont tous été acquittés ! » Je suis resté sans voix. J’ai fumé une dizaine de clopes d’affilée. Puis ma tête est devenue un cocktail Molotov. L’explosion a été violente. J’ai tout cassé dans la turne. Mais ça ne m’a pas calmé.

(…)

Je suis allé dans un quartier « chaud » pour acheter un flingue. Pas trop difficile. (…) Fort heureusement, je n’avais pas encore la somme nécessaire. Je me suis promis de réunir vite l’argent pour acheter l’outil de ma vengeance. Rien en moi ne m’incitait à dissuader ce Kévin qui voulait plomber tout le monde. Quand je dis tout le monde, c’est une façon de parler. Kévin ne ciblait que les quelques personnes qui lui avaient volé son enfance. Bien sûr que je savais où elles habitaient.

(…)

Et si vous réussissez à dire ces choses indicibles, personne n’imprime, parce que vous conservez l’apparence d’un enfant comme les autres, en plus chiant. Qui peut deviner qu’une partie de vous est morte ? Pas morte. Plongée dans le coma. (…) Je me suis battu, je me bats tous les jours.

(…)