Qu’est-ce que rien ? Déterminations de l’être

DSC08523

 

Comme le pronom indéfini on, qui peut être pronom personnel lorsqu’il est employé à la place de nous, rien est à l’origine un nom : on vient du latin homo, « homme » (en ancien français hom, om ou on, tantôt nom et tantôt pronom), rien vient du latin rem, accusatif de res, « chose, être, affaire, fait » (« chose publique » dans république, faut-il le rappeler à M. Macron qui dans son nihilisme existentialiste – l’être ne serait pas donné, il faudrait y accéder en s’accrochant de toutes ses longues dents à la société – déclarait le 29 juin dernier qu’il y a « des gens qui ont réussi et des gens qui ne sont rien » – qui, donc, ne feraient partie ni de l’humain ni de la république). C’est avec des « ils ne sont rien » qu’on (pronom indéfini) remplit les camps de la mort. Parménide a bien spécifié que ce qui est, est ; et que ce qui n’est pas, n’est pas. Dire « des gens qui ne sont rien », c’est-à-dire « des gens qui ne sont être », « des gens qui sont néant », c’est tout simplement une faute de logique. On ne peut être non-être, on ne peut être néant (du latin populaire negens), littéralement non-gens : on ne peut être à la fois gens et non-gens. Nihilisme et confusion, nuit et brouillard.

Rien peut être un nom (un rien, des riens). Le plus souvent, il est employé comme pronom indéfini (rien ne va plus). Quelle est sa nature dans la négation ? Selon les grammairiens, pronom indéfini ou adverbe. Essayons d’y voir plus clair.

Si nous transformons en affirmative la proposition négative ce n’est rien, nous obtenons c’est quelque chose. Pour il n’est rien : il est quelqu’un. Que rien puisse être remplacé par des pronoms indéfinis indique qu’il est également pronom indéfini dans une telle configuration.

Mais quelque chose et quelqu’un sont-ils toujours de simples pronoms indéfinis quand nous disons c’est quelque chose ou il est quelqu’un ? Ne peuvent-ils avoir une valeur adverbiale, être adverbes comme lorsque, par antiphrase, rien est employé à la place de l’adverbe rudement (« C’est rien bath ici » Queneau) ? Un pronom représente ou remplace un nom. Que fait un adverbe ? Il modifie, précise, détermine le sens du verbe ou du mot (l’adjectif bath dans l’exemple précédent) auquel il s’ajoute. Si nous pouvons remplacer ces pronoms indéfinis par d’importance ou par sans importance, groupes nominaux à valeur adverbiale, (« cela n’est rien » : « cela est sans importance »), ou par les adverbes beaucoup ou peu, n’est pas parce qu’ici ils modifient le verbe, deviennent adverbes ? Avec rien, être ne prend-il pas le sens de compter pour (« n’être rien » : « compter pour rien ») ? N’être rien, dans la philosophie de l’être et du néant où l’être n’est que s’il se fabrique et s’il compte, c’est en fait n’avoir rien, socialement parlant, n’avoir pas de costard pour vous maquiller le manque d’être. Nu, le roi n’est plus roi, mais seulement ce qu’il est : un on, un homme déterminé par la société, dont l’être est mangé par l’indéfini.

*

Macron le petit (note régulièrement actualisée)

mur cimetiere

mur cimetiere

 

21 mai 2017. Œdipe roi, peste dans la cité

20 mai 2017. Nouvelles révélations sur les intentions de Macron, Nyssen, Blanquer, Alvarez… et signes d’un néofascisme masqué

19 mai 2017. J’actualise cette chronique avec ce billet sur la compromission de la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, avec la secte anthroposophique  et la dérive politique qu’elle contribue à révéler.

*

18 mai 2017. Je paraphrase le titre du fameux pamphlet de Victor Hugo pour récapituler ici mes réflexions de ces derniers jours sur l’arrivée au pouvoir de M. Macron, porté par les médias de notre pays en si mauvaise position dans le classement international sur la liberté de la presse, notamment parce que les grands médias sont détenus chez nous par une poignée de milliardaires qui s’en servent d’instrument publicitaire pour imposer la politique de leur choix – ou du moins tenter de le faire, car les Français restent des citoyens aguerris qui ne se laisseront peut-être pas faire si facilement.

*

Le nouveau président de la République française incita les jeunes Français à rêver de devenir milliardaires. C’est là le sens vulgaire de l’expression « vouloir réaliser ses rêves ». Même si bien souvent heureusement, les rêves en question sont moins bas, vulgaires, insignifiants et dévalorisants que celui qui était exprimé là. On peut rêver à de grandes et belles choses, comme d’acquérir un bel et bon métier et de le faire avec soin, de fonder une famille libre et heureuse, de faire des voyages pleins de rencontres et de sens, etc. Et ces rêves peuvent être réalisés. Ou bien, parce que la vie a son mot à dire, parce que l’humain n’en est pas le maître absolu, elle peut nous embarquer dans une autre direction.

C’est alors qu’il faut prendre de la distance avec l’expression « réaliser ses rêves ». Apprendre à ne pas la prendre au pied de la lettre. Car la vraie façon de réaliser ses rêves, la façon profonde, qui met en accord avec soi-même, avec l’humanité et avec tout le vivant, tout le cosmos, c’est d’aller souplement dans la vie, avec assez de grâce et de philosophie pour réaliser comme malgré soi ses rêves non triviaux, les rêves semblables à ceux que nous faisons la nuit, que nous nous en souvenions ou que nous les oubliions. Ceux-là, les rêves profonds, rêves de la nuit ou rêves du jour qui font et poursuivent leur vie comme sans nous, déterminent non l’existence, la couche superficielle de l’être, celle qui est appelée à mourir, mais l’être pur, qui se joue de la temporalité et nous porte à l’accomplissement intime, à l’union avec l’universel. À condition bien sûr de ne pas se laisser polluer, mener et dominer par des rêves triviaux et vulgaires, qu’ils viennent de nous-même ou de quelque fausse autorité.

*

Le placebo est réputé pouvoir guérir des maux sans gravité. Mais avant cela, il a désigné au Moyen Âge l’office catholique des morts, du fait de la traduction en latin du psaume 116, dédié au culte des morts, par saint Jérôme : où le texte hébreu dit « je marche », il a traduit, allez savoir pourquoi, « je plairai ».

En désignant les pleureuses et pleureurs qui devaient faire le show lors des offices des morts, il en vint à désigner la faux-culterie. Religieuse et aussi sociale, de ceux qui faisaient en sorte de plaire aux puissants.

Le placebo marche, il faut croire. Puisqu’il en est venu à désigner un médicament. Faux, il est vrai. Mais ça peut plaire, du moins tant que l’absence de vrai soin ne risque pas de tuer. Ce qui n’est malheureusement pas le cas aujourd’hui, concernant la santé de l’humain et de la planète.

*

« … la propension à traiter la production et l’échange marchand comme des phénomènes naturels existant en soi ne cesse de progresser dans les proclamations du capitalisme tardif. Des généralités abstraites comme la conjoncture, la croissance ou le seuil de rentabilité peuvent bien avoir acquis le statut d’entités intentionnelles indépendantes, il est néanmoins difficile à ceux qui en subissent les effets de croire pleinement et à tout moment que ce sont ces choses qui, par elles-mêmes, gouvernent le destin de milliards d’humains, et non ceux qui s’en font les oracles intéressés. »

Philippe Descola, Par-delà nature et culture, Gallimard 2005

Dans beaucoup de sociétés traditionnelles, il n’existe pas d’apartheid dans le règne du vivant, de séparation entre l’humain, l’animal, le végétal. Le monde contemporain, notamment à partir des religions issues de la Bible, coupe l’homme du reste du vivant, qu’il est censé dominer. Or, si nous traitons de plus en plus les êtres du monde naturel (dont nous faisons pourtant partie) en objets inanimés seulement bons à être exploités, c’est d’une part que nous procédons de la même façon entre humains, les uns exploitant, pillant et détruisant les autres, d’autre part que les dominants sont sous la coupe d’une divinité qu’ils ont forgée, le profit, à qui ils ont donné tout pouvoir de gouverner leur existence, comme si elle était dotée d’une âme, la leur peut-être, qu’ils leur ont vendue.

*

En déclarant qu’il voulait « rendre aux Français confiance en eux », M. Macron me rappelle le pape qui disait l’autre jour aux malades à Fatima : « n’ayez pas honte ».  Ou ces père ou mère qui répètent à leur enfant des choses du genre « ne sois pas si complexé ». Cette rhétorique par la négation est une façon de diminuer l’autre, de lui imposer une image négative de lui. C’est du harcèlement moral déguisé en bonne intention, une hypocrisie destructrice.

Pourquoi les malades devraient-ils avoir honte, monsieur Bergoglio ? Pourquoi les Français n’auraient-ils pas confiance en eux, monsieur Macron ? Ce n’est pas en eux qu’ils n’ont pas confiance. C’est en vous qu’ils n’ont pas confiance. Ce ne sont pas les malades qui font honte à l’Eglise, ce sont ses responsables indignes. Ce ne sont pas les enfants qui sont « complexés », ce sont leurs parents qui projettent sur eux leur mal-être et leur en font porter le poids.

N’essayez pas de faire porter aux Français le poids de votre propre incapacité, monsieur Macron, vous qui vous êtes lancé en politique dépourvu de toute conscience politique, au service du marché et de ses sbires. Ayez confiance, les Français sauront ne pas vous laisser régner sur eux. Même les enfants peuvent échapper à l’emprise de leurs parents. Même les malades peuvent être libres. Comment des citoyens depuis longtemps exercés à la citoyenneté se laisseraient-ils diminuer par une marionnette du marché ?

*

Des élections ont eu lieu, le peuple est censé avoir changé son personnel politique, et comme chaque fois le personnel en question a beau se présenter comme renouvelé, neuf, rajeuni – tout le monde sait bien que quels que soient les masques, c’est toujours la même armée de larbins, de cabotins, d’aguicheurs appointés qui s’apprêtent à continuer à faire tourner la baraque bourgeoise dans les règles d’un art qui n’en est pas un, les règles de la commodité, de l’immobilité franchouillarde, roublarde et vulgaire, si haut promet-on de lever la jambe comme au cabaret.

Faut-il se pincer pour ne pas se laisser endormir, se laisser tomber en catalepsie avec les cataleptiques et les cacochymes, se laisser entraîner au vieux jeu du chat et de la souris, si vieux jeu qu’il lui faut se corser d’armes et de sensations elles aussi à prétention nouvelle, de sensations en tout cas susceptibles de faire tourner les médias des milliardaires et de l’État subventionneur, préposés à tromper l’ennui de plus en plus plombant de la chose ? Faut-il congédier le personnel (politique) ? Si oui, comment ? Révolution ? Violence ?

Après la violence revient l’ordre bourgeois, la mort, l’ennui. Une autre voie, plus solide, manifeste l’indifférence, la conscience de la supériorité du vivant et du vrai sur le mort et le faux. Hauteur. Distance. Si nos valets sont indignes, impuissants, vendus, passons-nous donc de valets. Nous pouvons nous amuser à les moquer d’autant mieux que nous les voyons comme ils sont : des pantins essayant d’attirer l’attention sur la place publique en prétendant gouverner une maison qui ne leur appartient pas et ramasser la recette qu’ils escomptent misérablement retirer de leur farce. Pendant qu’ils se démènent, les gens vivent et réinventent la vie. La poésie échappe aux valets du monde, c’est-à-dire à ses notables. Et la vie poétique est la vie, la seule : révolution permanente qui « renverse les puissants de leur trône », tout simplement en leur retirant le trône de sous le cul : en les affaiblissant par tous les moyens, à commencer par le fait de ne pas leur donner de majorité pour gouverner.

*

Monsieur Macron a déclaré vouloir être un président jupitérien. Il s’est fait passer le pouvoir avec une propagande et une emphase napoléoniennes. Mais s’il rappelle un Napoléon, pour l’instant, c’est celui que Victor Hugo dans un pamphlet célèbre appela « le petit » : Louis-Napoléon Bonaparte, jusque là plus jeune président d’une république française, élu à ce poste en 1848 à l’âge de quarante ans – avant de s’imposer au pouvoir par le coup d’État du 2 décembre 1851. Dans une semblable démangeaison d’autoritarisme à la romaine, où monsieur Macron parle de président jupitérien, monsieur Louis-Napoléon parlait de « démocratie césarienne ».

« Le citoyen Louis-Napoléon Bonaparte, écrit Victor Hugo, déplia un papier et lut un discours. Dans ce discours il annonçait et il installait le ministère nommé par lui, et il disait : « Je veux, comme vous, citoyens représentants, rasseoir la société sur ses bases, raffermir les institutions démocratiques, et rechercher tous les moyens propres à soulager les maux de ce peuple généreux et intelligent qui vient de me donner un témoignage si éclatant de sa confiance. »

Puis il y eut la suite. Il semble que Victor Hugo décrive les dirigeants d’aujourd’hui, qu’ils se nomment Macron ou autres, interchangeables qu’ils sont dans leur répétition d’une très vieille politique, comme on peut le voir :

« M. Louis Bonaparte se laisse volontiers entrevoir socialiste. Il sent qu’il y a là pour lui une sorte de champ vague, exploitable à l’ambition.

Alors il ne parle pas, il ment. Cet homme ment comme les autres hommes respirent.

(…) Dans ses entreprises il a besoin d’aides et de collaborateurs ; il lui faut ce qu’il appelle lui-même « des hommes ». Diogène les cherchait tenant une lanterne, lui il les cherche un billet de banque à la main. Il les trouve. (…)

M. Louis Bonaparte a réussi. Il a pour lui désormais l’argent, l’agio, la banque, la bourse, le comptoir, le coffre-fort, et tous ces hommes qui passent si facilement d’un bord à l’autre quand il n’y a à enjamber que de la honte.

(…) Il ne reste pas un moment tranquille ; il sent autour de lui avec effroi la solitude et les ténèbres ; ceux qui ont peur la nuit chantent, lui il remue. Il fait rage, il touche à tout, il court après les projets ; ne pouvant créer, il décrète.

Non, cet homme ne raisonne pas ; il a des besoins, il a des caprices, il faut qu’il les satisfasse. Ce sont des envies de dictateur. La toute-puissance serait fade si on ne l’assaisonnait de cette façon.

(…) Il a fallu la lier, cette forcenée, cette France, et c’est M. Bonaparte Louis qui lui a mis les poucettes. Maintenant elle est au cachot, à la diète, au pain et à l’eau, punie, humiliée, garrottée, sous bonne garde ; soyez tranquilles, le sieur Bonaparte, gendarme à la résidence de l’Élysée, en répond à l’Europe »

*

logo-millenium-footerLes éditions Actes Sud sont passées de la publication de l’auteure Nina Berberova à celle du produit Millenium (les romans, pas la boîte de nettoyage dont le logo illustre cette note parce que cela revient au même). Sa directrice, Françoise Nyssen, nommée ministre de la Culture, est lauréate du prix Veuve-Clicquot de la femme d’affaires. Et c’est bien ce qu’elle est, à la tête d’une maison qui fait du business, rachète d’autres maisons ou des parts d’autres maisons : son métier consiste à faire de l’argent. Voici donc la fin de l’exception culturelle à la française entérinée dans la politique ultralibérale qui a commencé à la détruire, et notamment à détruire sa production littéraire et ses auteurs, depuis déjà plusieurs années, dans un mouvement qui s’accélère comme ailleurs, notamment dans le domaine de l’art, qui a précédé cette dérive.

Confier la Culture à une femme d’affaires de l’édition, c’est mépriser les droits des auteurs et plus généralement de tous les créateurs concernés par ce ministère. Seuls s’en sortent, et de plus en plus seuls s’en sortiront, ceux qui accepteront de faire le jeu du marché, de se soumettre à la demande des éditeurs et autres détenteurs de l’argent produit par le travail des créateurs. La situation de ces derniers est comparable à celle des agriculteurs : il s’agit toujours de culture, mais ceux qui engrangent les bénéfices et polluent la nature et la pensée en les exploitant ne sont pas ceux qui produisent un travail honnête. Ceux-là sont de plus en plus souvent réduits à la misère, tandis que les groupes (d’édition, ou autre) et leurs dirigeants continuent à s’enrichir et à dévorer les plus petits.

Cette nomination est emblématique d’un gouvernement qui ne comprend plus de ministère de logement, à l’heure où de plus en plus de pauvres se retrouvent et meurent dans la rue, qui ne comprend plus qu’un secrétariat d’Etat pour l’égalité des droits des hommes et des femmes mais pas de ministère pour les droits des femmes, ni pour les droits des enfants… Un gouvernement méprisant les opprimés et négligeant le nécessaire travail pour l’égalité des chances dans tous les domaines parce qu’il est tout entier tourné vers les forces de l’argent. Un gouvernement de banquiers et de détenteurs de confortables comptes en banque. Vous savez, ces gens qui ne vous considèrent que lorsque vous leur apportez de l’argent et se comportent comme les plus vils usuriers dès que vous venez à en manquer. Ne donner qu’aux riches, c’est visiblement la philosophie de ce nouveau gouvernement.

*