Nouvelles du monde morbide et de la vie gagnante

autoportrait ;-min

balade 1 cluny-min*

Hier, passant devant le musée de Cluny au retour du magasin de sport, je me suis rappelé que j’avais envie de pisser et j’y suis donc entrée (gratuitement avec mon Pass éducation) rien que pour ça – puisque je boycotte leur attraction phare, la salle où ils ont confiné les tapisseries de la Dame à la licorne tout en obligeant les visiteurs à passer d’abord devant une mauvaise phrase de Haenel/Sollers à mes basques et avec faute d’orthographe. Les toilettes se trouvant au niveau du Frigidarium des anciens bains romains, je suis ensuite allée m’y asseoir un moment, le temps d’écrire un peu dans mon journal intime.

Je ne raconterai pas dans ce journal extime les mêmes choses, seulement que je continue à marcher en moyenne 4 km par jour, et que je fais toujours du yoga, et davantage : plutôt que 20 à 40 mn, 40 à 50 minutes chaque matin au lever. Je ne perds plus de poids car je gagne en musculature mais je m’affine, le tour de hanches et le tour de taille continuent à diminuer sur le centimètre de couture, je (re)gagne assez rapidement en souplesse et très rapidement en équilibre.

 

Hier auFrigidarium du musée de Cluny et place de la Sorbonne, photos Alina Reyes

Hier auFrigidarium du musée de Cluny et place de la Sorbonne, photos Alina Reyes

 

Pour ce qui est du monde mondain, je lis toujours les nouvelles mais je perds l’envie de les commenter, tout ça est si médiocre. Deux points tout de même :

1) Marlène Schiappa déclare être attirée sexuellement par les personnes intelligentes. Contrairement à ses partenaires, donc. Aucun macroniste ni aucun partenaire d’aucun macroniste n’est attiré par l’intelligence, et si certains croient l’être, c’est qu’ils sont trop stupides pour savoir ce qu’est l’intelligence.

2) La police française est la plus mutilante et la plus tueuse d’Europe. Terrorisme d’État. En France on peut être assassiné pour avoir voulu danser en écoutant de la musique, que ce soit au Bataclan, sur un quai de Loire à Nantes ou ailleurs dans les régions de l’esprit.

Heureusement, comme dit l’autre, je ne suis pas du monde. Et je ne veux surtout pas en être. Qui veut savoir ce que signifie « A mon seul désir », qu’il me lise.

*

L’unicité et la variété, par Shunryu Suzuki

parole du jour 3-min
"Écritures secrètes". Quatre petites toiles (10x10cm chacune) que j'ai repeintes ces jours-ci

« Écritures secrètes ». Quatre petites toiles (10x10cm chacune) que j’ai repeintes ces jours-ci

*

« L’unicité est excellente, mais la variété aussi est merveille. Les gens ignorent la variété et donnent la primauté à l’existence unique et absolue, mais c’est une conception partiale. Cette conception creuse une brèche entre la variété et l’unicité. Or l’unicité et la variété sont une même chose ; aussi devrait-on apprécier l’unicité dans chaque existence phénoménale. Voilà pourquoi nous insistons sur la vie quotidienne plutôt que sur un état d’esprit particulier. Trouvons la réalité en chaque moment et en chaque phénomène. »

Shunryu Suzuki, Esprit zen esprit neuf

 

parole du jour 1-minLotus ces jours-ci au Jardin des Plantes, photo Alina Reyes

*

Manifestants et Bhagavad-Gita

27-7-19 2-min

Après avoir commencé ma distribution quotidienne de mon livre Voyage dans la ville (le livre et moi sommes les pèlerins qu’il annonce) et emprunté à la bibliothèque Buffon un livre sur le yoga et aussi la Bhagavad-Gita en traduction dans un petit livre préfacé intitulé Bhagavad-Gita, L’essence du Yoga, j’ai croisé par hasard, boulevard de l’Hôpital, quelques dizaines de Gilets jaunes en manifestation pacifique, encadrés d’autant de policiers à moto, en camions et à pied, lourdement armés – le pouvoir en place a peur.

 

27-7-19 1-min

J’ai remonté le boulevard jusqu’à la place d’Italie pour aller rendre dans une autre bibliothèque Le manuscrit trouvé à Saragosse, dont il me reste une autre édition empruntée à la maison, dont je parlerai d’ici la fin de l’été en même temps que des Sept piliers de la sagesse, incha’Allah.

Avenue des Gobelins, j’ai fait cette photo d’une installation du mouvement Extinction Rebellion :

27-7-19 2-min

Je suis remontée sur le boulevard Blanqui, puis je suis redescendue m’asseoir au square René Le Gall, où j’ai commencé à lire les livres que je venais d’emprunter.

Voici un passage de la Bhagavad-Gita, traduit par Aurélien Clause et Claire Mallet de la traduction anglaise de Stephen Mitchell :

« Dans les trois Mondes, Arjuna,
Il n’est rien que je doive atteindre,
Il n’est rien que je doive faire ;
Pourtant, j’entreprends et j’agis.

Car si je devais m’abstenir
De mon infatigable action,
Les hommes suivraient mon exemple
Et n’agiraient plus, Arjuna.

Ces mondes iraient à la ruine
Si je cessais d’agir ; les êtres
Seraient broyés par le chaos ;
L’humanité serait détruite.

Le sot s’accroche à ses actions,
Soucieux d’en recueillir les fruits ;
Le sage agit sans s’attacher,
Pour le bien-être universel. »

Chant III, « Le yoga de l’action »

27-7-19 3-minHier à Paris 5e et 13e, photos Alina Reyes

*

Chiffres, mouvements et lettres du jour (Depardieu, Lovecraft, le Japon grec)

street art 3-min

 

Plus de 100 kilomètres à pied en 23 jours (merci l’appli podomètre), toujours 20 à 40 minutes de yoga (de mieux en mieux et de plus en plus intense bien sûr) chaque matin, mon poids à moins de 50 kilos : garder la joie du corps, c’est garder l’esprit.

Hier au cours de ma balade je suis entrée dans une librairie de mon quartier dans l’intention de faire ma b-a, comme je l’y fais quelquefois : acheter un livre, quoique je préfère de beaucoup lire les livres sous forme numérique et que je n’en manque pas – j’en ai lu plusieurs ces jours derniers, j’en ai trois en cours en ce moment et je ne les achète pas, ce sont soit des livres gratuits (libres de droits) soit des livres empruntés en bibliothèque numérique. À peine entrée, qu’y vois-je ? Sur la première table, un de ces petits papiers en forme de conseils de lecture des libraires que je n’aime pas du tout – si nous sommes dans une librairie, n’est-ce pas pour y feuilleter les livres et ne sommes-nous pas assez grands pour choisir nous-mêmes ce que nous avons envie de lire sans qu’il soit besoin de nous faire de la retape ? Pire, la recommandation en question était accrochée sur un livre d’un mollasson plagiaire, l’un de ces écrivailleurs vendus à quelque éditeur, trafiquant leur prose en échange de promotion, dont j’ai déjà parlé ici et dont je n’ai pas envie de redire le nom. Illico je suis ressortie de la boutique, bien décidée à n’y plus remettre mes pieds, qui ont mieux à faire que de traîner chez des gens à tête si mal faite.

Quelques citations de mes toutes récentes lectures :

« Quand un poète se retrouve devant un « décideur », la partie est loin d’être gagnée. Ce sont des gens qui construisent avant tout des modèles, des cahiers des charges, des programmations. Leur métier n’est pas d’encourager les poètes mais de fabriquer des produits. »

« Je n’ai jamais rencontré un homme de pouvoir honnête, jamais. Quand je dis homme de pouvoir, je parle de ceux qui prétendent des choses, qui prétendent prendre notre vie en main, faire notre bien, nous diriger. Tous ceux qui essaient de nous faire croire que les poules pissent. Le pouvoir, c’est ce qui tue l’innocence. »

« L’innocence, c’est l’inverse du contrôle qui est toujours un manque de générosité. »

« La paix qu’apporte la solitude, c’est comme un plat gigantesque dont on n’est jamais repu. »

Gérard Depardieu, Innocent

« Ces montagnes dépassent l’imagination. » H.P. Lovecraft, Les montagnes hallucinées

« Le corps de bouddha serait-il en partie grec ? » Michael Lucken, Le Japon grec, Culture et possession

 

street art 3-minHier à Paris 13e, photo Alina Reyes

*

Avignon pendant le Off

avignon 5-min

avignon 1-minNous sommes allés voir l’une des dernières représentations d’un Cyrano de Bergerac par le Collectif Chapitre Treize, qui a obtenu un beau succès à l’Espace Roseau Teinturiers. L’affiche de la jeune compagnie nous attend dès la sortie de la gare. avignon 2-minJe reparlerai dans une prochaine note de cette pièce et de cette interprétation. Pour le moment, visitons un peu Avignon en cette fin de festival. Ma première fois au festival date d’il y a très longtemps, c’est un bonheur de retrouver la ville et ses remparts que nous longeons pour rejoindre notre logement, près de l’université.

avignon 4-min La ville est couverte des affichages des près de 1600 pièces qui s’y jouent. Notre comédien préféré, Sydney, qui joue à Avignon pour la deuxième année consécutive, déplore le caractère non écolo de cette pratique, et d’une manière générale le manque de renouvellement du festival. Eux ont choisi pour leur Cyrano une affiche plus grande mais moins multipliée que les autres. Le Off d’Avignon est une occasion pour les compagnies théâtrales de vivre une aventure artistique exceptionnelle (le Collectif Chapitre 13 joue Cyrano tous les soirs sauf le mercredi du début jusqu’à la fin de juillet), une aventure humaine aussi (un mois de vie en collectivité dans une maison louée, pour eux à une demi-heure à vélo du centre-ville – il a fallu louer des vieux vélos et apprendre à les réparer), un mois de travail intense où il faut tout faire, affichage, montage et démontage des décors tous les soirs (plusieurs pièces se succèdent dans la journée et la soirée dans le même théâtre), chaque jour tractage, parades et happenings, accueil du public et des professionnels, journalistes et producteurs, et bien sûr jouer, 2h10 d’un spectacle débordant d’énergie tous les soirs, jusqu’à plus de minuit. Et c’est une occasion de montrer la pièce à des producteurs susceptibles de la programmer ailleurs dans l’année.

Voici la compagnie en parade et tractage dans la ville, vers 17 heures. Il faut attirer le public, c’est tout un travail. Eux y réussissent remarquablement bien, alors que se jouent deux ou trois autres Cyrano au cours de ce festival. avignon 6-min  Vers 19 heures, après la parade, la compagnie présente un happening à partir de la tirade du nez scandée en rap, dans ce beau restaurant en plein air et plein d’œuvres d’art, puis sur des places. avignon 9-min

Pendant que la troupe retourne au théâtre où elle se prépare à jouer, en attendant 22h15, heure de la représentation, nous prenons un verre au-dessus de l’eau. Toute la ville est très animée. Notre séjour est trop bref pour que nous ayons le temps de voir d’autres pièces, mais nous avons déjà rencontré les comédiens et le metteur en scène de celle que nous voyons (et dont je parlerai prochainement, donc), nous parlerons encore avec eux après la représentation, c’est une occasion de suivre de près le travail d’une troupe.avignon 10-min

Pendant ces deux jours, au cours de nos pérégrinations en ville, j’ai photographié le Street Art et les faux-semblants théâtraux aux fenêtres

avignon 3-min

avignon 7-min

avignon 8-min

avignon 11-min

avignon 12-min

avignon 13-min

avignon 14-min

avignon 15-min

Avant de repartir, une visite au Palais des Papes et un déjeuner dans les jardins en hauteuravignon 16-min

… au bord de l’eau, par cette canicule, un bonheuravignon 17-minHier et avant-hier à Avignon, photos Alina Reyes

*

Dot painting. Je peins donc je suis

dot painting 4-min

dot painting 2-minHier au square

*

Je peins comme je marche, comme j’écris, comme je lis, comme je fais du yoga. Pas à pas mes pieds font des pas dans l’espace, mes mains aussi. Chaque tableau réalisé est une posture réalisée de mon corps. Mon épais livre Voyage me sert de bloc au yoga, et je le distribue çà et là dans la ville (sur des bancs, dans des abribus, dans des boîtes à livres, dans des jardins, dans des églises…), incognito – l’autre jour, quand je suis entrée à l’église Saint-Jacques-du-Haut-Pas pour en déposer un, le prêtre était en train de dire : « Jésus vient discrètement s’offrir et repart » à la messe du matin. Joie.

*

dot painting 1-minJ’ai finalement peint par points sur ma peinture fluide présentée ici l’autre jour

puis j’ai repris une ancienne toile (30×30 cm aussi) en la repeignant par points

dot painting 3-min©Alina Reyes

*

Trois sorcières en balade à Paris l’été

paris 2-min

Joyeuses, elles avalent les kilomètres à pied, passent devant les boutiques de fringues sans un regard, stationnent longuement dans les librairies et les magasins de fournitures d’art, s’assoient au bord de la Seine et croquent les passants au crayon dans leur carnet de dessin, prennent quelques photos avec leur portable en vue d’œuvres en cours… Elles ont 15, 17 et 63 ans et passent du bon temps, ensemble.

 

paris 1,-minSimone Veil jeune peinte par C215 au lycée Rodin

paris 1-min

paris 2-min

paris 3-min

paris 4-min   paris 5-min

paris 6-min

paris 7-min

paris 8-minDans la partie souterraine de la rue Broca, les œuvres ont été renouvelées, avec un univers de sorcières peut-être en hommage  au livre de Pierre Gripari, La sorcière de la rue Mouffetard et autres contes de la rue Broca

paris 9-min

paris 10-min

paris 11-min

paris 12-min

paris 13-min

paris 14-min

La balade se poursuit vers le nord

paris 15-min

paris 16-min

paris 17-minPlace de la Sorbonne

paris 18-minLes toits vus de chez Gibert

paris 19-min

paris 20-min

En rentrant, on visite la mosquée, puis je leur précise de ne pas croire ce qu’a dit le guide à propos du voile islamique qui viendrait de la Vierge Marie : jamais le Coran ne demande aux femmes de voiler leurs cheveux (contrairement à la Bible), c’est seulement une pratique des cultures patriarcales, qui ont peur de la liberté des femmes.paris 21-minà Paris, photos Alina Reyes

*

Street Art à Paris 13e en 40 images du jour, un enchantement

street art paris 13e 4-min

Un véritable festival. La plupart des œuvres photographiées dans cette note se trouvent dans la portion du 13e, vaste arrondissement dédié au Street Art, située entre le boulevard Blanqui au nord, la Butte aux Cailles au sud, l’avenue d’Italie à l’est.

Ici il ne s’agit pas des grandes fresques « officielles » commandées par la mairie notamment le long du boulevard Vincent Auriol, plus à l’est, (fresques que j’ai déjà photographiées, à voir au mot-clé street art – il faudra que je fasse des subdivisions dans ce mot-clé pour qu’on s’y retrouve plus précisément mais on peut voir aussi sur Youtube la présentation de ces œuvres par la galerie Itinerrance).

Ici c’est du Street Art sauvage, et néanmoins très souvent signé de grands artistes. Parce qu’il est sauvage, il est aussi très souvent renouvelé, d’où mes visites régulières dans ce quartier. Voici donc les images faites hier samedi :

 

street art paris 13e 1-minUne marelle particulière en chemin, je n’ai pas encore passé le boulevard Blanqui

street art paris 13e 2-minNous y sommes, ça commence avec cette autre œuvre de Retro (cf note précédente), puis une foule d’œuvres d’artistes divers

street art paris 13e 3-min

street art paris 13e 5-min

street art paris 13e 6-min

street art paris 13e 7-min

street art paris 13e 8-min

street art paris 13e 9-min

street art paris 13e 10-min

street art paris 13e 11-min

street art paris 13e 12-min

street art paris 13e 13-min

street art paris 13e 14-min

street art paris 13e 15-min

street art paris 13e 16-min

street art paris 13e 17-min

street art paris 13e 18-min

street art paris 13e 19-min

street art paris 13e 20-min

street art paris 13e 21-min

street art paris 13e 22-min

street art paris 13e 23-min

street art paris 13e 24-min

street art paris 13e 25-min

street art paris 13e 26-min

street art paris 13e 27-min

street art paris 13e 28-min

street art paris 13e 29-min

street art paris 13e 30-min

street art paris 13e 31-min

street art paris 13e 32-min

street art paris 13e 33-min

street art paris 13e 34-min

street art paris 13e 35-min

street art paris 13e 36-min

street art paris 13e 37-min

street art paris 13e 38-min

Puis je suis arrivée avenue d’Italie. Il s’y tenait une brocante. J’ai longuement contemplé et manipulé les pierres sur le stand de la marchande de pierres, et j’en ai acheté deux. C’est aussi de l’art dans la rue, à mon sens.street art paris 13e 39-min

Et au square de Choisy, j’ai photographié ce mini-tableau placé au fond de la boîte à livres du Café calmestreet art paris 13e 40-minHier à Paris 13e, photos Alina Reyes

*

Heureuse(s) discipline(s)

fluid art detail 2-min,
Les premiers lotus éclosent au Jardin des Plantes. Hier, photo Alina Reyes

Les premiers lotus éclosent au Jardin des Plantes. Hier, photo Alina Reyes

*

« Seule la pensée que nous vivons a une valeur. » Hermann Hesse, Demian

Au lever, yoga. Dans la journée, marche, lecture, écriture. La nuit, rêves et repos. Il y a moyen de passer un très bon été en ville.

Voici mon premier essai de peinture fluide sur toile. Je l’ai réalisé hier sur une ancienne toile peinte et vernie, ça a tenu. Je vais peut-être la compléter par un dessin en points, comme je l’ai fait précédemment sur bois et sur papier (cf notes précédentes, mot-clef « mes dessins… »), on verra. J’aime cette façon de combiner le fluide et le fixe, autant dans le faire que dans le résultat, avec ces écoulements de peinture sur le support puis des lignes de points comme des traces de pas. Pour l’instant, voici le résultat juste en fluid art :

 

fluid art 1-min

détail :

fluid art detail-min

 

Envol de robe au parc de Choisy et festin d’anges

envol de robe 2-min

À la boîte à livres du parc de Choisy, j’ai apporté trois livres, j’en ai pris deux. Je me suis assise sur un banc pour commencer à les lire et le vent s’est levé, la lumière est devenue changeante. J’ai photographié l’effet que ça faisait dans ma robe. L’un des deux livres, intitulé Le festin de l’ange, signé Gérard Pelé, parlait dès la première page d’ « un dispositif d’enregistrement conçu pour visualiser, non seulement de façon paradigmatique les fragments du corps – différence et ressemblance -, mais aussi de façon syntagmatique leur connexion ou leur contiguïté, et enfin de façon « processuelle » la « successivité » dans l’accumulation et le déplacement de l’objet virtuel que constituerait la perception de l’événement (ce serait une sorte de sémiologie leibnizienne, inspirée également de Matière et mémoire d’Henri Bergson). En d’autres termes, nous tentons de visualiser l’involution, de la pluralité des fragments à l’unité des éléments plastiques par lesquels ils sont représentés, et, dans, le même temps, l’inflexion des points où les courbures changent de sens en déviant des modulations régulières, ainsi que la contraction comme mise en abyme, fluxion, expression de la durée de l’épreuve (nous faisons cette fois référence au « pli » de Gilles Deleuze). »

Au retour, j’ai récupéré dans la rue un petit morceau de bois en forme de maison, pour un nouvel essai de peinture fluide, bientôt. La vie est merveilleuse.

 

envol de robe 1-min

envol de robe 2-min

envol de robe 3-min

envol de robe 4-min

envol de robe 5-min

envol de robe 6-min

envol de robe 7-minAujourd’hui à Paris 13e, photos Alina Reyes

*

 

Choses vues du jour

paris 13e 16-min

Vers la fin du Voyage à Ixtlan, le narrateur-auteur, Carlos Castaneda, vit une expérience singulière, une sorte de passage dans un autre univers ou plutôt de découverte d’un autre univers insoupçonné dans l’univers connu. D’abord j’ai trouvé que cela ressemblait beaucoup à ce qu’on peut vivre sous LSD, comme cela m’est arrivé dans ma jeunesse. J’ai pensé qu’il avait dû prendre un psychotrope sans le dire. Mais l’explication, quelques pages plus loin, est autre. En fait les deux sorciers, les deux chamans qui l’accompagnent dans cette expérience, ont fait en sorte que soudain il ne voie plus un objet qui était là, en l’occurrence sa voiture. C’est une expérience de ce type que j’ai vécue un jour, seule à l’oraison chez les carmélites (et pas du tout droguée). Je l’ai raconté dans Voyage : soudain, alors que j’avais les yeux bien ouverts, le crucifix de la chapelle face à moi a disparu. J’ai écarquillé les yeux, regardé sur les côtés : rien, il n’était plus là. Et presque aussitôt cela me transmettait le message qu’il fallait abandonner les crucifix, qu’il fallait les remplacer par des symboles de Christ en gloire. Je comprenais bien le message mais ça ne m’empêchait pas de continuer à chercher des yeux ce crucifix dont je savais qu’il était là l’instant d’avant, ma raison demandait raison.

En fait le temps de la raison est beaucoup plus long, et même quand par longue expérience des opérations de l’esprit elle est entraînée à aller naturellement très très vite, il lui faut quand même un autre temps, un temps qui appartient au monde auquel appartient la raison, un temps. Dans d’autres mondes, le temps est si rapide qu’il n’y en a peut-être pas.

Bref, voici mes images du jour.

paris 13e 1-minJe suis partie vers le boulevard Blanqui paris 13e 2-minet je suis allée au square paris 13e 3-min

paris 13e 4-min

paris 13e 5-min

paris 13e 6-minoù j’ai trouvé ce que je cherchais : la boîte à livres paris 13e 7-minComme je le fais régulièrement ici ou là, j’y ai déposé des livres – parfois aussi j’en prends, quand il y en a un qui m’intéresse paris 13e 8-min

J’ai recommencé à marcher dans les ruesparis 13e 9-minun cœur

paris 13e 10-minun sein qui sort des pierres

paris 13e 11-min

paris 13e 12-min

paris 13e 13-min

paris 13e 14-mindes objets d’enfant à la rue

paris 13e 15-minet une séance de photos avec une femme aux cheveux gris et aux étranges chaussures à plateforme vertes

aujourd’hui à Paris 13e, photos Alina Reyes

*

Le journal (de Potocki) dans le journal (de Reyes)

peinture 2 detail 2-min
Cet après-midi à la médiathèque du Jardin des Plantes

Cet après-midi à la médiathèque du Jardin des Plantes

*

Je suis allée à la bibliothèque Buffon chercher les œuvres de Potocki que j’avais commandées. Avant de continuer à évoquer son Manuscrit trouvé à Saragosse, voici des extraits de son Voyage dans l’Empire de Maroc, journal de voyage donc, beau texte riche en notations de toutes sortes qui ont de toute évidence servi à la création de son roman. Ceux que j’ai choisis en lisant le livre cet après-midi ne sont pas nécessairement significatifs de l’ensemble, ce sont seulement quelques passages que j’ai aimés pour leur pouvoir d’évocation ou qui m’ont spécialement parlé ou m’ont fait sourire. Je les copie avec l’orthographe et la ponctuation originelles, selon cette édition de François Rosset et Dominique Triaire chez Peeters.
potocki« J’ai débarqué à l’entrée d’une rivière assez considérable, dont la barre n’est pas exempte de danger. Ses bords sont de sable & de bruyeres. Des groupes de pêcheurs sont établis sur toutes les pointes que fait le rivage : Un peu plus loin est une troupe de femmes noires, qui prennent le plaisir du bain sans paroître redouter beaucoup l’approche des Actéons. Et sur ce, l’on m’amene un petit âne (…)
J’ai suivi mon petit âne & les bords du fleuve pendant une demie heure »

« Comme cette Isle est le rendez-vous des Corsaires de toute cette côte, elle abonde en filles de joie. J’en ai vu de très belles, & elles portent l’habillement de gaze des femmes de Tripoli; c’est-à-dire qu’il y a à leurs robes, beaucoup plus d’espaces transparents que d’opaques. Je me souviens d’avoir soupé sous des figuiers, avec un corsaire appelé Reis Mahmoud : Le lendemain il mit en mer & fut pris par une frégate Maltoise, & il fut pendu huit jours après, parce qu’il étoit renégat. L’on auroit sans doute dû lui pardonner, parce qu’il avoit renié enfant ; mais à cette époque les renégats désoloient les côtes de Sicile qu’ils connaissoient parfaitement, & l’on vouloit faire un exemple. »

« Mais tandis que des lois absurdes, prétendent opposer une digue au torrent des passions, le souffle brûlant du climat le déborde, & lui fait changer de lit. Les femmes se sont vouées en secrêt au Culte de Lesbos, & les hommes en rendent un assez public à l’échanson des Dieux. »

« Ce que nous appelons ennui, n’est pas plus connu ici qu’il l’est dans le reste de l’Afrique, dans l’Asie, & chez les Indigénes de l’Amérique. Ce mal européen me paroît avoir en grande partie sa source dans cette succession de leçons, qui remplissent toutes les heures de notre enfance, & nous donnent de l’occupation, une habitude qui finit par devenir un vrai besoin. Mais l’homme de l’Orient ne ressent pas cette nécessité : Les ressorts de son esprit n’ont pas reçu cette tension habituelle, qui les fait ensuite réagir sur eux-mêmes : Le défaut d’occupation suspend simplement leurs fonctions, comme le sommeil suspend celles de l’ame; & si l’air que cet homme respire, est rafraîchi par une brise de mer ; s’il est parfumé par les fleurs d’un parterre ; si le verd repose sa vue, il est agréablement averti de son existence, & il ne lui en faut pas d’avantage. Cependant Helvétius a regardé l’ennui comme un des principaux mobiles des actions des hommes ; mais s’il étoit vrai, que l’ennui ne fut point connu dans trois des quatre parties du monde, il s’en suvroit nécessairement qu’Helvétius avoit trop généralisé son système. Les Philosophes de l’antiquité voyageoient beaucoup, & je ne puis pas m’empêcher de croire, qu’ils fesoient bien; Ne semble-t-il pas, par exemple, que les Philosophes françois se sont montrés bien françois lorsqu’ils ont assigné l’amour propre, comme cause unique & universelle de tout ce qui se fait dans le monde, sans se douter seulement que ce sentiment n’étoit pas partout aussi exalté que chez eux. »

« Je remarquai sur le chemin des tas de pierre, qui sont l’ouvrage des dévots Musulmans: ils indiquent, que de l’endroit où ils sont l’on apperçoit le tombeau de quelque Saint, & chacun qui dit une prière, ajoute une pierre au tas. »

« Un peu plus loin nous vîmes une chapelle en chaume, & une caverne dont un homme paroissoît garder l’entrée: Cet homme nous dit en effet, que la caverne étoit l’ouvrage du Saint, & qu’il n’étoit point permis d’y entrer; Mais le naturaliste & un autre Suédois ayant persisté dans le dessein d’en voir l’intérieur, il ne s’y opposa point, & dit en riant, que dans leur religion il étoit permis aux fous de faire tout ce qu’ils vouloient. »

« Les Arabes sont peut-être le peuple du monde qui a le plus d’amour pour l’égalité, le plus de haîne pour le despotisme: Celui-ci n’a jamais existé chez les Arabes Nomades; Il ne s’est introduit chez les Arabes des villes qu’à la faveur de la Théocratie, & il étoit alors tempéré par la loi. »

« Je ne veux point quitter Rabat sans parler de Lelé toto. Or donc Lelé-toto est une Sainte âgée d’environ dix sept ans, bien faite, assés jolie, de plus folle & imbécille, & elle possède ces deux dernières qualités dans la juste mesure qui procure ici la béatification: Elle habite les bords du fleuve, & les plus dévots a son culte sont une troupe de jeunes garçons entre douze & quatorze ans, qui je la quitent guère: Ils sont très soigneux à la servir, & sur-tout à la déshabiller lorsqu’elle se met nue pour le bain. Lelé-toto est parfaitement instruite, dit beaucoup de choses libres, & les appelle par leur nom: Et les bons Musulmans qui voyent & entendent ces indécences, ne manquent jamais l’occasion d’en faire une oraison à la plus grande gloire de Dieu. »

« Le vrai courage est peut-être la pierre philosophale des perfections de l’ame. Et par vrai courage j’entends celui qui ne nous abondonneroit ni dans les douleurs aigues des opérations chirurgicales, ni dans les langueurs d’une maladie chronique, ni dans les revers de la fortune, ni dans les peines cuisantes de l’ame.
Or, je dois dire que ces mêmes Maures, doués d’un si petit nombre de vertus morales, ont cependant une partie de ce courage dont je viens de parler. S’ils sont malades ils attendent sans se plaindre la mort ou la guérison. S’ils sont ruinés ils conservent la même contenance sous leur vêtement grossier qu’ils avoient dans leur haik du Tafilet. Pendant le bombardement point de hâte, point de mouvemens précipités, personne ne cherche, personne n’évite le danger. (…) L’on me dira peut-être que c’est apathie, mais cela ne peut être, car les Maures sont vifs dans leurs passions, dans leur parler & dans leurs mouvemens. C’est donc la croyance à la prédestination ? Non plus, car pour peu que l’on aye fréquenté les Musulmans, l’on sait qu’ils ont toujours cette profession de foy à la bouche, mais qu’ils ne s’en remettent à la Providence pour aucune des actions de leur vie. Ce sont donc les vertus stoïques ? Encore moins, car les Maures ont très peu de vertus: Mais si je dois en dire mon sentiment, c’est que leur éducation & leur vie est simple; & je crois que cette soumission à la nécessité, est très commune dans l’état de simplicité, tandis qu’au contraire elle est si rare dans l’état de prétention, que Jean-Jacques à cru devoir bâtir une éducation tout exprès pour y accoutumer son élève. Mais c’est que dans l’état de prétention, chacun est toujours occupé du moi, se croit l’objet de l’attention universelle, s’imagine que ce moi à une destinée unique, que ce sont des choses qui n’arrivent qu’à moi, & ce moi l’objet de tant de soins et d’attentions, devient nécessairement douillet & ne peut plus supporter les véritables malheurs qui peuvent lui arriver. »

« Parlez a chaque homme avide de biens ou de gloire. Il compte se reposer lorsqu’il aura exécuté tel ou tel projet. Parlez à l’ami des sciences, et vous verrez qu’il ne désire que la continuation de ces loisirs studieux, il en sera de même de l’agriculteur, ce qui paroît indiquer la jouissance d’un bonheur plus réel. Mais chacun à un bonheur différent de celui des autres; le bonheur de l’ambition consiste à n’être jamais content, et comme disoit le Dervisch Saadi, les yeux de l’ambition ne peuvent se fermer qu’avec de la terre.
Ce Dervisch Saadi a toujours été le philosophe selon mon cœur.  »

*

peinture 2-min,

Ma deuxième peinture fluide, toujours sur papier de canne 24 x 32 cm. Cette fois je me suis inspirée à la fois de l’acrylic pouring (cf note précédente) et du pointillisme australien. Un détail :

peinture 2 detail 2-min*