Confinés, encagés ? Ne pas oublier la vie (avec courts-métrages, danse, joie et beauté)

*
Si certain·e·s écrivain·e·s pouvaient arrêter d’écrire ici et là que les écrivain·e·s adorent le confinement, s’ils voulaient bien arrêter de parler au nom des autres, nous ferions peut-être un petit pas dans l’intelligence, un grand pas pour l’humanité. Moi en tout cas, je n’aime pas plus le confinement qu’une lionne ou un oiseau n’aime une cage. Sans doute ne suis-je pas écrivain·e. Oui, évidemment, s’ils le sont, si elles le sont, c’est que je ne le suis pas.

Sylvain Tesson, qui est à l’aventure ce que BHL est à la philosophie, crache chez Gallimard sur les Gilets jaunes. Crachat récupéré sans dégoût par l’Obs, quand tant de ceux qui manifestèrent la nécessité de changer de société, nécessité que le coronavirus met aujourd’hui en évidence, sont sur le front à risquer leur santé et leur vie pour que ce fils à papa et ses arrogants pareils puissent continuer à manger, être soignés, être débarrassés de leurs abondants déchets… Et puisqu’il finit son glaviot infesté par un appel ridicule au silence des Chartreux : allons, fiston Tesson, eux aussi savent dire « petit con ».

Un journaliste, Akram Belkaid, fait sur son blog le récit du Covid qu’il a contracté et soigné à la maison. Il finit par des recommandations, dont celle de faire des inhalations bouillantes. Je laisse un commentaire pour lui souhaiter bon rétablissement et lui signaler que plusieurs médecins ont alerté sur les inhalations, qui fragilisent les poumons et rendent ainsi le virus encore plus dangereux. Il ne passe pas mon commentaire, ni le deuxième où j’ajoute les sources. Il ne rectifie pas non plus son texte. Il ne reste plus qu’à espérer qu’aucun de ses 6000 abonnés ne tombe malade et ne suive son dangereux conseil. Irresponsabilité quand tu les tiens, quels qu’ils soient.

Comme le disait O à nos enfants quand ils étaient petits et qu’ils s’attardaient trop à l’intérieur: « La vraie vie, c’est … ? » « Dehors ! », criaient-ils. Se confiner au printemps, quand les animaux sauvages se déconfinent, c’est bien un truc des hommes, ça. Plus les humains sont élevés dans la société, à tous les sens du terme, plus ils sont domestiqués, habitués à être encagés. Leur encagement, ce n’est pas ce confinement sanitaire que nous devons supporter afin de pouvoir en sortir au plus tôt, vivants. L’encagement, ce sont les structures de la société auxquelles « ceux qui ont réussi » sont si attachés ; qui leur servent de barreaux et de garde-fous ; sans lesquelles ils ne pourraient exister.
Alors qu’être suffit.

Que le confinement ne nous fasse pas oublier la vie pleine, la pleine liberté. Voici quelques fantastiques courts-métrages trouvés sur la chaîne youtube de l’Opéra de Paris.
*

L’à soutenir légèreté de l’être

ce matin à ma fenêtre, photo Alina Reyes

ce matin à ma fenêtre, photo Alina Reyes

Réveillée ce matin par un vif regain de mon désir d’ouvrir une école. Une autre école. Si la terre et le ciel me prêtent vie, et force suffisamment d’en trouver les moyens. Déjà ce journal en ligne en est une sorte et s’il ne devait rester que celle-ci, ce serait bien aussi.

Souvent je pense à mes élèves de Seconde et de Première, que j’ai dû laisser. Puissé-je leur avoir laissé quelque chose. Ce qui est à fonder doit être fondé à partir de sources, d’humilité, hors cadres ou du moins sans attachement aux cadres.

Enseigner par l’être. Ce que nous sommes est le premier enseignement que nous donnons. Les connaissances ne peuvent être transmises que par l’être. Par l’être d’un langage, qu’il s’exprime par des signes, par des essences ou par des existences.

Confinement. Les enfants du deuxième étage sont en train de tourner joyeusement dans la cour, l’une sur son petit vélo, son cadet sur sa mini-trottinette, en comptant les tours. Je me rappelle quand nous étions enfants, mes frères et moi, et que nous nous tenions sur le bord de la route, à lire les plaques d’immatriculation des voitures qui passaient. Pourquoi ?

Ce temps de confinement me rappelle Nuit Debout, où l’on ne sortait pas du mois de mars. Et les Actes tous les sept jours repris des Gilets jaunes. Il se passe quelque chose avec le temps, ces derniers temps. Comme dans les convulsions de la mort, ou celles des accouchements.

*

Autour de la manif Gilets Jaunes place d’Italie. Les mains de lady MacBeth

gilets jaunes 1-min

Je suis sortie vers 16h30, au moment où les manifestants étaient enfin libérés de la place d’Italie, où ils étaient nassés depuis 14h. Ils se sont répandus dans les avenues et les rues autour de la place.gilets jaunes 2-min

Fatigués de la nasse hyper gazée (de chez moi, à 850 mètres de là, je sentais les lacrymos), les gens marchaient tranquillement, ce qui n’empêchait pas les forces de l’ordre de marcher sur eux, les harceler dans tous les coins où je suis passée. Certes il y a eu de la casse place d’Italie, mais pourquoi punir aussi les manifestants tranquilles en les gazant sans les autoriser à quitter la place ? Pourquoi, sinon pour faire monter encore la violence et dégoûter les gens tranquilles d’aller en manif ?

gilets jaunes 3-min

gilets jaunes 4-min

gilets jaunes 5-min

gilets jaunes 6-min

gilets jaunes 7-min

Boulevard de l’Hôpital, même chose que sur l’avenue des Gobelins et le boulevard Saint-Marcel. Énormément de police et pas de répit pour les gens qui quittaient la place. J’ai assisté à des arrestations que je n’ai pas photographiées, pour ne pas dévoiler le visage des manifestants concernés. J’ai assisté aussi à des engueulades entre les gens sur les trottoirs, entre manifestants ou pro-manifestants et anti-manifestants. C’était triste.

gilets jaunes 8-minEn voyant une escouade de flics commencer à charger les gens qui arrivaient à quelques dizaines de mètres, n’ayant pas envie de respirer davantage de lacrymo je me suis éclipsée par une rue adjacente. Mais là il y avait un feu de poubelles et des forces de l’ordre qui arrivaient en nombre aussi. J’ai donc changé une nouvelle fois d’itinéraire.

gilets jaunes 9-min

gilets jaunes 10-min

gilets jaunes 11-min

gilets jaunes 12-min

gilets jaunes 13-minJe suis remontée sur la place d’Italie, où restaient ces carcasses de voitures brûlées et autres stigmates des violences de l’après-midi. gilets jaunes 14-minUn homme était en train d’effacer sur une banque chinoise les tags « Vivre et mourir libre » et « Avec Hong-Kong »  gilets jaunes 15-minDes pompiers et des agents de nettoyage étaient là

gilets jaunes 16-min

gilets jaunes 17-min

gilets jaunes 18-min

gilets jaunes 19-minLes vitres du centre commercial étaient brisées aussi

gilets jaunes 20-min

gilets jaunes 21-minUn manifestant attardé discutait avec une vieille dame, puis il est reparti sur ses rollers avec sa pancarte « Nos actes définissent ce que nous sommes. Qui es-tu ? » gilets jaunes 22-min

Des reporters anglophones, casque et masque à gaz à la main, quittaient la place en parlant des Gilets jaunesgilets jaunes 23-min

Devant le Café d’Italie, où le sang de manifestants avait coulé, le trottoir avait été lavé à grande eau. Mais la tache était en train de réapparaître, comme sur les mains de lady MacBeth.

gilets jaunes 24-minAujourd’hui à Paris 13e, photos Alina Reyes

*

Un an de Gilets jaunes, et tout un vieux monde à marier dans sa tombe

paris 1-min*

Marions-les :

Benalla qui, vexé de ne pas y avoir été reçu comme un grand homme, veut mettre de l’ordre à Saint-Denis ; et El Rhazoui, qui veut qu’on tire à balles réelles sur les racailles des banlieues.

paris 2-min

La mère Trintignant qui préfère croire Polanski plutôt que les femmes qu’il a violées adolescentes ; et le toujours hystérique Finkielkraut qui appelle les hommes à violer les femmes, clamant violer la sienne tous les soirs.

paris 7-min

Royal qui fait sa promo perso avec l’argent de ses concitoyens ; et Macron, tout aussi fictif que son emploi.

paris 5-min

Darmanin, qui va voir son non-lieu pour viol réexaminé par la justice ; et Finkielkraut (je sais, il a déjà sa femme et la mère de feue Marie Trintignant, mais vu son appétit de viol… tiens, envoyons-lui son ami Polanski aussi, et leur pote Deneuve, qu’ils se défoulent tous ensemble une bonne fois et qu’ils aillent panser leur cul au lieu de polluer les écrans et les salons des gens).

paris 6-min

Venise qui coule ; et le vieux monde qui s’y rendait.

*

Un an de Gilets jaunes : au fil du temps manifs, graffs, réflexions…

*

à Paris ces jours-ci, photos Alina Reyes

*

Journée du patrimoine et de la manif climat-gilets jaunes

reine blanche 1-min

reine blanche 2-min

reine blanche 3-min*

Quand je suis arrivée aux Gobelins, la manif s’y annonçait aussi. Police partout (justice nulle part). Mais je m’en suis tenue à ma décision de ne pas faire de photos, contrairement à mon habitude. Et je suis partie visiter ce bâtiment romantique à deux rues de là, dit le « Château de la Reine Blanche », ouvert en cette journée du patrimoine. Une guide était en train de nous expliquer toute son histoire et celle du quartier, en remontant aux Romains – très intéressant. Mais de plus en plus il fallait faire abstraction des énormes détonations qui retentissaient à mesure qu’étaient lancées, à quelques dizaines de mètres, grenades lacrymogènes et autres sur les manifestants. Et puis le nuage de lacrymo nous a rejoints. Sages visiteurs, nous avons essayé de continuer à passer outre, un mouchoir sur le nez, mais ça piquait fort et au bout d’un moment certains sont partis, d’autres comme moi, certains avec enfants, se sont réfugiés à l’intérieur, dans la tour du petit château. Songeant à ce que devaient prendre les gens qui étaient directement dans la manif, alors que c’était déjà difficile pour nous qui étions dans une rue à l’écart. Quelle tristesse d’en être là, de réprimer les manifestants pour éviter de faire de la politique réelle.

Je suis rentrée chez moi en passant au milieu de dizaines et dizaines de policiers qui bloquaient tel passage, autorisaient tel autre. Plus tard, en fin d’après-midi début de soirée, j’ai parcouru l’avenue des Gobelins pour photographier, quand même, les traces laissées par la manif, tags, affiches, et quelques détériorations au sol.

 

tags manif 1-min

tags manif 2-min

tags manif 3-min

tags manif 4-min

tags manif 5-min

tags manif 6-min

Ces gilets jaunes-là ne sont pas des manifestants mais des agents de nettoyage

tags manif 7-min

tags manif 8-min

tags manif 9-min

tags manif 10-min

tags manif 11-min

tags manif 12-min

tags manif 13-min

tags manif 14-min

tags manif 15-min

tags manif 16-min

tags manif 17-min

tags manif 18-min

tags manif 19-min

tags manif 20-min

tags manif 21-min

tags manif 22-min

tags manif 23-min

tags manif 24-min

tags manif 25-min

tags manif 26-min

tags manif 27-min

tags manif 28-min

tags manif 29-minAujourd’hui à Paris 13e, photos Alina Reyes

*

Manifestants et Bhagavad-Gita

Après avoir commencé ma distribution quotidienne de mon livre Voyage dans la ville (le livre et moi sommes les pèlerins qu’il annonce) et emprunté à la bibliothèque Buffon un livre sur le yoga et aussi la Bhagavad-Gita en traduction dans un petit livre préfacé intitulé Bhagavad-Gita, L’essence du Yoga, j’ai croisé par hasard, boulevard de l’Hôpital, quelques dizaines de Gilets jaunes en manifestation pacifique, encadrés d’autant de policiers à moto, en camions et à pied, lourdement armés – le pouvoir en place a peur.

 

27-7-19 1-min

J’ai remonté le boulevard jusqu’à la place d’Italie pour aller rendre dans une autre bibliothèque Le manuscrit trouvé à Saragosse, dont il me reste une autre édition empruntée à la maison, dont je parlerai d’ici la fin de l’été en même temps que des Sept piliers de la sagesse, incha’Allah.

Avenue des Gobelins, j’ai fait cette photo d’une installation du mouvement Extinction Rebellion :

27-7-19 2-min

Je suis remontée sur le boulevard Blanqui, puis je suis redescendue m’asseoir au square René Le Gall, où j’ai commencé à lire les livres que je venais d’emprunter.

Voici un passage de la Bhagavad-Gita, traduit par Aurélien Clause et Claire Mallet de la traduction anglaise de Stephen Mitchell :

« Dans les trois Mondes, Arjuna,
Il n’est rien que je doive atteindre,
Il n’est rien que je doive faire ;
Pourtant, j’entreprends et j’agis.

Car si je devais m’abstenir
De mon infatigable action,
Les hommes suivraient mon exemple
Et n’agiraient plus, Arjuna.

Ces mondes iraient à la ruine
Si je cessais d’agir ; les êtres
Seraient broyés par le chaos ;
L’humanité serait détruite.

Le sot s’accroche à ses actions,
Soucieux d’en recueillir les fruits ;
Le sage agit sans s’attacher,
Pour le bien-être universel. »

Chant III, « Le yoga de l’action »

27-7-19 3-minHier à Paris 5e et 13e, photos Alina Reyes

*

Après la manif, en 30 tags parlants

J’ai photographié le quartier avant la manif, claquemuré ; puis pendant la manif ; et en ce lendemain de 1er mai, je suis allée le photographier après la manif. Très belle récolte de tags et autres symboles parlants laissés par les manifestants.

 

apres la manif 1-minJeanne d’Arc – à l’endroit où les flics ont séparé la manif en deux nasses – a été accessoirisée de couleurs printanières

apres la manif 2-min

apres la manif 3-min

apres la manif 4-min

apres la manif 5-min

apres la manif 6-min

apres la manif 7-min

apres la manif 8-min

apres la manif 9-min

apres la manif 10-minIl pleuvait dru pendant que je remontais les boulevards Saint-Marcel et de l’Hôpital, la capuche sur la tête et quelques gouttes sur l’objectif, me régalant des lectures sauvages laissées par les manifestants

apres la manif 11-min

apres la manif 12-min

apres la manif 13-min

apres la manif 14-minUn gilet jaune aux grilles de la Pitié-Salpêtrière. Castaner, ravale ton vomi de mensonge, ils n’ont pas « attaqué l’hôpital » !

apres la manif 15-min

apres la manif 16-min

apres la manif 17-minplace d’Italie

apres la manif 18-minet je redescends le boulevard de l’Hôpital par l’autre trottoir

apres la manif 19-min

apres la manif 20-min

apres la manif 21-min

apres la manif 22-min

apres la manif 23-min

apres la manif 24-min

apres la manif 25-min

apres la manif 26-minLe fameux portail par où certains sont allés se mettre à l’abri des gaz

apres la manif 27-minCe ne sont pas les manifestants qui font souffrir l’hôpital, c’est le gouvernement

apres la manif 28-min« Rage against the Macro », le slogan était brandi dans la manif aussi

apres la manif 29-min

apres la manif 30-minSur le côté du monument à la gloire de l’aliéniste Pinel, un hommage en couleur à la statue de la femme allaitante

Cet après-midi à Paris 13e et 5e, photos Alina Reyes

*

Saint-Nazaire, port, chantier naval et base sous-marine en 25 photos

En hommage à l’Assemblée des assemblées des Gilets jaunes qui a eu lieu ce week-end à Saint-Nazaire, et a donné lieu à un Appel pour la continuation du travail de fond, voici – toujours dans l’esprit « Habiter poétiquement les lieux » – les images que j’ai faites dans cette ville qui m’a impressionnée, il y a quelques années.

 

saint nazaire 1-min

saint nazaire 2-min

saint nazaire 3-min

saint nazaire 4-min

saint nazaire 5-min

saint nazaire 6-min

saint nazaire 7-min

saint nazaire 8-min

saint nazaire 9-min

saint nazaire 10-min

saint nazaire 11-min

saint nazaire 12-min

saint nazaire 13-min

saint nazaire 14-min

saint nazaire 15-min

saint nazaire 16-min

saint nazaire 17-min

saint nazaire 18-min

saint nazaire 19-min

saint nazaire 20-min

saint nazaire 21-min

saint nazaire 22-min

saint nazaire 23-min

saint nazaire 24-min

saint nazaire 25-minà Saint-Nazaire en 2009, photos Alina Reyes

*

Nul

jardin fougere-min*

Macron démolit à coups de hache l’héritage politique du Conseil National de la Résistance et en même temps rend hommage aux résistants du plateau de Glières. Macron rend hommage aux résistants du plateau de Glières et en même temps nasse et tabasse les résistants qui défendent l’héritage politique du Conseil National de la Résistance. Macron = zéro. Parfaite réaction des Gilets jaunes sur place hier dans la montagne : ils lui tournent le dos.

Macron mini-remanie son gouvernement avec trois mini-proches. Cercle de plus en plus rétréci : un petit zéro.

Un pas d’un côté, un pas de l’autre côté : Macron ne va nulle part.

 

crâne-heure-minsource de la Vanité

 

P.S. Je ne lis pas les mails des harceleurs, ils se fatiguent pour rien.

 

jardin crapauds-min

ces jours-ci au Jardin des Plantes, photos Alina Reyes

*

La farce fasciste de la macronie

poupee_anale_nationaleOn apprend que l’Élysée a truqué des vidéos avant de les diffuser illégalement sur des comptes twitter anonymes pour les relayer auprès des médias, afin de protéger Benalla tabassant des manifestants déguisé en policier.

Pour Geneviève Legay aussi, Macron a menti. Une énième fois. Les images dont disposait le préfet prouvaient qu’elle a bien été renversée par un policier, chargeant en meute et la poussant des deux mains. Une fois, j’ai échappé de peu à une pareille violence, dans une manifestation que je photographiais. Les robocops arrivent sur vous, froids, brutaux et cuirassés comme des blindés, ça m’a fait le même effet que lorsque j’ai failli être écrasée par une voiture en traversant. L’instinct d’esquiver au dernier moment – ça se joue à une fraction de seconde. Votre vie ou votre mort. Geneviève Legay aurait pu en mourir, comme Clément Méric, poussé au sol par un facho. Il était tout jeune. L’âge n’est pas en cause. Ce qui est en cause, c’est la violence fasciste.

L’équipe médicale (street medics) qui voulait la secourir quand elle gisait, la tête dans son sang, en a été empêchée, embarquée en garde à vue pendant dix heures et dans des conditions indignes. La blessée est restée par terre sans secours jusqu’à l’arrivée des pompiers, dix minutes plus tard. Geneviève Legay est toujours hospitalisée. Le préfet a placé un vigile devant sa porte, et il lui est interdit (officiellement par l’hôpital) de recevoir les journalistes auxquels elle voudrait parler. Tel est le fascisme de la macronie.

BHL ment à la télé. Une énième fois. Il accuse les Gilets jaunes de chasser les Roms. Schiappa, elle, accuse l’émission Envoyé spécial de populisme. Elle préfère pour sa part se rendre dans des programmes plus élevés, comme celui d’Hanouna, qui insulta grossièrement l’avocat Juan Branco il y a quelques jours et se rendit chez Jean-Marie Le Pen lui lécher longuement les pieds.

Le pape François refuse de se laisser baiser l’anneau par les fidèles. Il leur retire vivement sa main, sans qu’on sache si c’est par peur des microbes ou pour atténuer un peu l’image d’une église abusive. On pourrait penser qu’il y a du progrès, mais l’abus se transporte chez Macron, qui se rend dans les écoles distribuer la bonne parole propagandiste et toucher les cheveux des petits garçons. Telle est la farce fasciste. Elle était décrite dans mon livre Poupée, anale nationale, où la marionnette fasciste met des gants avant de serrer les mains des électeurs et se rend dans les écoles visiter les enfants pour s’assurer du vote de leurs parents.

Ce samedi les enseignants vont manifester avec les Gilets jaunes. L’une de ceux qui travaillent à l’Espé, où sont formés les profs, m’envoya un jour à la police, parce que j’osais critiquer ce qui se passe dans l’Éducation nationale. La réforme Blanquer, dite très orwelliennement « école de la confiance », doit abonder dans son sens en interdisant aux enseignants de critiquer l’institution qui les brutalise. O et moi sommes très soulagés que notre dernier fils ait renoncé à entrer dans cette carrière devenue invivable. Pour rappel, parmi mes témoignages sur mon expérience de néoprof :

Faillite de l’Éducation nationale

L’Espé meurtrier

Et plus généralement, sur le quotidien du métier et de son apprentissage : tags prof de lettres et Espé

… autant de textes qui devraient être bientôt hors-la-loi d’un État qui bafoue les lois et les droits.

*