Continuidad de los parques, Continuité des parcs, de Julio Cortazar, en quatre courts-métrages et une peinture

molecule park!-min

Le texte bref et fulgurant de la fameuse nouvelle peut être lu ou relu ici. Elle a été publiée pour la première fois en 1956 (année de ma naissance) dans le recueil Fin d’un jeu et se trouve maintenant dans Les Armes secrètes. Julio Cortazar est l’auteur qui m’a donné mon nom d’auteure, trouvé également dans Les Armes secrètes (dans la nouvelle La Lointaine). Son œuvre entière et chacun de ses textes pourraient s’intituler Continuité des parcs. Mon nom, par exemple, y est l’anagramme de es la reina y… En toute continuité des parcs, Cortazar entre dans ma thèse, qui est elle-même une fresque de la continuité des parcs. Je contemple chaque jour la peinture Molecule Park, que j’ai faite en lien avec cet univers de continuité des parcs, et que je donne ici après les vidéos. (L’immense beauté convulsive de ma thèse, que je suis en train de terminer, emplit de joie tous mes parcs, les démultiplie pour s’y répandre encore, toujours plus loin.)

J’aime ce court-métrage où la nature tient une place essentielle. Il est seulement dommage que le poignard de la nouvelle ait été remplacé par un pistolet. C’est un film québécois de Gabriel Argüello :

Et voici l’interprétation de la nouvelle par le réalisateur uruguayen Alfonso Guerrero :

Le nom du réalisateur n’apparaît pas sur celui-ci, qui a aussi un bel intérêt poétique, quoique la fin soit un peu trop explicite :

Enfin, cette très belle animation réalisée par des élèves de la San Joaquin School avec leur professeur, Diego Pogonza, et la voix de Cortazar :

*

molecule park!-minpeinture Alina Reyes

*

 

Vladimir Maïakovski, « Temps, en avant ! » (films d’animation)

Avec des peintures de Kasimir Malevitch et des portraits de Lilia et Ossip Brik, Lénine, Lunatcharski, Blok, Burliuk, Pasternak, Khleniebnikov, Iessenine, Gonchorova, Wassilevich et Chklovsky

*

Maïakovski découvre, dans les brasseries de Montparnasse, les rumeurs dont il est l’objet. Film de Bruce Krebs

*

Animation informatique  de la série « 1913, année poétique en Europe » – datant de 1990 (en muet), mise en vidéo et musique en 2013 – du « Prologue et Épilogue » de la pièce de théâtre : « Vladimir Maïakovski », de l’auteur du même nom, avec mise en images constructivistes, et sur la musique du « Sacre du Printemps » de Stravinsky (dirigée par Boulez)

*

Réalisation et interprétation Ivan Messac 1989, avec la voix de Maïakovski

*

Film d’animation soviétique de Vladimir Tarasov, Soyuzmultfilm, 1977

*

 

« Le Géant égoïste », dessin animé, et la fête des naissances

Une très belle, très poétique animation à partir d’un joli conte d’Oscar Wilde paru en mai 1888 dans le recueil Le Prince heureux et autres contes et traduit en français par Marcel Schwob en 1891 : une révélation du printemps qui surgit dans l’hiver. À voir dans l’esprit de Noël, une fête chrétienne qui peut aussi être célébrée sans le dogme chrétien, de façon universelle, puisque c’est le moment du solstice, de la lumière qui va commencer à grandir, la fête des naissances, qui sont toujours uniques comme le sait chaque parent : qu’est-ce qui peut donner davantage le sentiment de la joie et du mystère que l’arrivée d’un nouveau-né ? Noël, étymologiquement, c’est natalis, « de la naissance ».

Bon visionnage plein de grâce ! Et soyez heureux, avec ou sans religion, de célébrer la vie intérieure, qui se tient en nous comme l’enfant dans la mère et naît dans le vivant, à chaque instant.

*

*

Renart et ses avatars

roman_de_renart__renart_et_les_jambonsIllustration issue de cet article de l’encyclopédie Larousse sur Le roman de Renart, fameuse parodie de chanson de geste écrite entre 1170 et 1250. L’histoire ci-dessus écrite et dessinée, celle de Renart et les jambons, est présentée ici en animation :

et voici Le roman de Renard, très beau film d’animation de Ladislas Starevitch, inspiré de l’œuvre médiévale, avec des images et une bande son enchanteresses (suivi, à 1:03 d’une autre et courte animation, Fétiche en voyage de noces) :

https://youtu.be/Hc8HLC12S1s

*

À partir du treizième siècle, Renart est devenu une incarnation de l’hypocrisie (un Tartuffe avant l’heure) et du Mal. Rutebeuf en a fait un dit de 162 vers saisissant, Renart le Bestourné, qui commence ainsi :

Renars est mors, Renars est vis,
Renars est ors, Renars est vilz :
et Renars reigne !

à la fois mort et vivant, vil et « ors » et régnant, ce qui signifie qu’il est « partout réincarné là où se trouvent la pourriture, la vilenie et l’hypocrisie révélée par la syllepse : « ors » signifiant à la fois « l’ordure » et « l’or » qui la dissimule »

« Le poète traduit ainsi l’invasion du Mal qui gouverne le nouveau royaume soumis aux lois de la ruse et de la perfidie. Avec Rutebeuf, le renard est devenu une figure politique et religieuse », dit aussi cet article d’Aurélie Barre

… « il est le Mal, l’agent du diable sur la terre et il répand sa renardie sur les XIIIe et XIVe siècles. Pour Rutebeuf comme pour ses contemporains, l’animal constitue le moyen de développer une satire violente contre les hypocrites et en particulier contre les ordres mendiants. L’image est un artifice rhétorique pour dénoncer les déguisements et le monde bestourné. »*

*bestorné ou bestourné signifie inversé, contrefait, détruit, châtré, lunatique, ahuri, ayant perdu le sens – exemple :  » Est vostre sens bestourné ? », perverti

 

L’art d’oiseau sauvage d’Alexandra Levasseur

Elle arrange les fleurs, les couleurs, les éléments, comme certains oiseaux font aussi de l’art. Et l’on croirait entendre dans ses compositions battre le cœur de l’oiseau sous ses plumes. Assemblage délicat de visions surréalistes et de sensation tragique, en toute humilité Alexandra Levasseur renverse le regard. Voici quelques-unes de ses peintures, sur bois ou sur papier, supports de prédilection qui avec le crayon chuchotent à l’acrylique la forêt. Puis l’une de ses vidéos, discrètement poignante aussi.

*

alexandra-levasseur-faux-paradoxefaux paradoxe I | 14X11″: huile et crayons sur bois

*alexandra-levasseurLimbo I | 11X14″: acrylique et crayons de couleur sur papier 160g

*alexandra-levasseur-summergames-2Summer Games II | 22X30″: acrylique et crayons de couleur sur papier 320 g

*alexandra-levasseur-interferencesInterférences | 36X48″: médias mixtes sur bois

ce tableau fait penser au travail ultérieur de Philippe Echaroux chez un peuple d’Amazonie : vidéo ici

*alexandra-levasseur-infini? | 30X40″: médias mixtes sur bois

*alexandra-levasseur-arreter-le-tempsArrêter le temps | 40X30″ » : Acrylique et crayon sur bois

*

*

Pour en voir et en savoir plus : le site d’Alexandra Levasseur

*

Ghost in the Shell (film et musique)

Alors que le remake américain, faisant d’un poème de la prose, publie sa bande-annonce, rappelons-nous ce manga culte, extraordinaire, visionnaire (ne sommes-nous pas désormais tous connectés ?), et la musique fantastique de Kenji Kawai (ici dès l’ouverture mais malheureusement remplacée à la fin dans cette version par la chanson One Minute Warning, enregistrée par U2 et Brian Eno sous le nom de Passengers – j’ai eu la chance de le voir lors de sa sortie avec la musique originale à la fin, qui parachevait le sublime).

NB 14 novembre : malheureusement les vidéos du film que j’ai postées, et qui étaient en ligne depuis des années, sont toutes supprimées les unes après les autres – est-ce le remake annoncé qui réveille la police ? Il y a toujours moyen de trouver le film, soit en ligne soit en dvd en bibliothèque publique. Voici du moins le trailer et les premières minutes du chef-d’oeuvre.

*

Voilà. Vous reprendrez bien un peu de ce morceau, de cette mélodie, de ces voix, de ces percussions à jouir des tympans ?

*