Athlète de la foi

à Paris ce matin en allant prendre le bus (puis le RER), photo Alina Reyes
à Paris ce matin en allant prendre le bus (puis le RER), photo Alina Reyes

à Paris ce matin en allant prendre le bus (puis le RER) pour la fac de Gennevilliers, photo Alina Reyes

*

Nouvelle journée à l’Espé, il y a eu du mieux. Le matin un cours sur la lecture, les façons de susciter la lecture chez les élèves, où j’ai eu enfin le plaisir de voir une vidéo où l’enseignante faisait réfléchir une classe de première L au sens d’un texte. Il semble que ce soit peu habituel, puisque la professeure nous a demandé si nous trouvions cela monstrueux (alors qu’il ne s’y disait vraiment rien d’extraordinaire), et nous a « appris » que c’était une bonne chose de ne pas se limiter à leur faire repérer les genres, les registres etc. d’un texte.  Elle a demandé si nous pensions que ça pouvait marcher, et je me suis permis de témoigner en trois mots que je l’avais fait avec mes seconde et mes première et que ça avait très bien marché, que la classe chaque fois avait bien participé. L’après-midi une discussion entre néoprofs sur ce que nous avions commencé à faire les uns et les autres, sur ce que nous comptions faire, sur ce que nous pensions bon de faire etc., c’était bien intéressant. Et voilà, oui je suis toute vibrante pour ce travail, dans ce désir d’enseigner, et c’est la joie.

*

Construire ses cours dans et pour la fête de l’esprit

backtothestreet

Je prépare mes cours dans une joie intense, qui me tient éveillée tard dans la nuit et me jette hors du lit avant le jour. Ça gicle dans tout mon corps, la pulsion savante d’élaborer une année d’enseignement harmonieuse, de prévoir par petites et grandes touches les orientations déployées d’un même but en train de se réaliser à tout moment et allant à son accomplissement. Rien à voir avec la langue de l’Espé, l’organisme chargé de former les professeurs, langue toute en cases, froide et morte, décomposée, langue qui tue l’esprit. J’apporte soin au choix des œuvres et à la mise en œuvre de l’étude, mais aussi à la papeterie : un petit cahier pour noter ce qui vient à l’esprit, un grand classeur agencé de façon à ordonner les cours de façon souple et vivante.

Pour les classes de seconde et de première, le programme diffère mais reste articulé autour de quatre grands axes : le roman, le théâtre, la poésie, l’argumentation. Libre au professeur de déterminer les œuvres et la problématique qu’il veut traiter à travers l’étude de ces quatre genres. Avec des variations entre les deux classes, seconde et première, j’ai choisi de les conduire successivement dans ces sens : les rapports hommes-femmes (roman et nouvelle) ; les formes de la rébellion (théâtre) ; l’aventure extérieure-intérieure (poésie) ; la recherche de la liberté (argumentation).

Je ne m’attends pas à ce que tout marche ensuite en classe comme sur du papier à musique, toute musique demande beaucoup de travail avant d’être au point, mais comme quand je chantais dans des chœurs, je sais que pendant le travail la musique est déjà là, la musique y sera.

Voici trois petites images que j’ai faites hier en allant chercher un livre d’occasion chez Gibert, les deux dernières au coin de la librairie, en cette période pleine d’étudiants du Quartier Latin et d’ailleurs.

*

objets à la rue

nystreetphotographie

backtothestreethier à Paris 5e, photos Alina Reyes

*

 

L’Espé meurtrier

ratcondition

ratconditionEncore une journée éprouvante à l’Espé, décidément dédié à l’assassinat de la littérature et de l’intelligence. Je ne me conformerai pas aux méthodes nihilistes d’enseignement du français et des lettres qui nous y sont enseignées. Le seul avantage que je vois à cette immersion forcée dans cette sinistre institution (si je n’y vais pas, je ne pourrai pas continuer à enseigner), c’est de me faire découvrir cette déplorable réalité. Ce que j’y ai entendu aujourd’hui était aussi lamentable que la dernière fois. Il s’agit, a dit fièrement une formatrice en réponse à l’une de mes remarques, de « former les gens dont le monde actuel a besoin ». Orwell n’aurait pas dit mieux. Ce qu’il faudrait, lui ai-je répondu, c’est plutôt former des gens capables d’être libres et de faire le monde eux-mêmes. « Oh les grands idéaux… », elle a fait. Puis je n’ai plus dit grand chose, fatiguée et  déprimée par tout ce que j’entendais. J’ai entendu aussi qu’il fallait, pour enseigner, « faire le deuil de son savoir universitaire ». Et qu’une enseignante stagiaire comme nous avait été sanctionnée pour avoir, lors d’un cours auquel assistait une personne de l’Espé chargée de l’évaluer, fait une leçon à ses élèves de 5e sur un calligramme d’Apollinaire (car ce sont les élèves et non elle qui auraient dû en parler) et pire encore, les avoir renseignés précisément sur l’étymologie du mot calligramme. J’ai décidé de faire grève au prochain travail en groupe de construction d’une « séquence » d’enseignement. Jusque là je me suis contentée de jeter seulement  une dizaine de mots çà et là sur ma page, tout en essayant de convaincre mes partenaires jeunes agrégées (celles à qui ont été confiées comme à moi des classes de lycée et non de collège, et avec lesquelles je travaille donc) de la stupidité de ce qu’on nous faisait faire – elles m’écoutent poliment puis retournent à l’exercice demandé. Les groupes qui avaient à construire une séquence pour le collège avaient dans leur corpus de textes, voisinant avec un extrait comme toujours somptueux de Charles Perrault, un passage d’un « livre jeunesse » écrit avec les pieds (façon de parler, je ne veux pas insulter les pieds, que je respecte bien plus que l’Espé). Mais personne ne voyait que c’était comme mettre un McDo à côté d’un chef étoilé – au contraire j’ai remarqué que les profs ont l’air de raffoler de cette « littérature jeunesse ». L’une des filles de mon groupe a quand même glissé entre nous qu’elle n’était pas sûre que cette formation allait beaucoup nous servir, qu’on semblait y perdre beaucoup de temps. Aussitôt une autre lui a répliqué que ce n’était qu’une impression, car en fait grâce au « rabâchage », les choses finissent par être tout à fait intégrées. Oui, ai-je dit, au point qu’on est dans une pensée unique où personne ne semble pouvoir envisager qu’il y a d’autres façons de voir et de faire.

On fabrique là des enseignants capables de fabriquer des élèves et des futurs adultes incapables, interdits même, de comprendre le sens d’une œuvre littéraire. Ce qui est inhumain.

J’ai photographié l’œuvre #ratcondition hier à Paris

*

 

Antigone et Ismène chez Sophocle, Jean-Michel Folon et Bom.K dans le 13e

vignette
"La porte", fresque de Jean-Michel Folon au 180 rue Nationale (1985)

« La porte », fresque de Jean-Michel Folon au 180 rue Nationale (1985)

L’une a choisi la mort pour sauver l’honneur, l’autre a choisi la vie pour sauver la vie. L’une sans l’autre ne vaudrait rien. Antigone et Ismène sont les deux faces d’une même médaille, une médaille qui ne se reçoit pas d’autrui, la médaille intérieure que chaque humain peut gagner, les deux valves d’un même cœur.

fresque de Bom.K boulevard Vincent Auriol, métro Nationale

fresque de Bom.K boulevard Vincent Auriol, métro Nationale

hier à Paris, photos Alina Reyes

*

autres notes sur Antigone ;

parmi les autres fresques que j’ai photographiées dans le 13e, les récentes ; d’autres ; d’autres ; d’autres ; d’autres

*

Nouvelle balade street art à la Butte aux Cailles, en 44 images

butte aux cailles 21

C’est un quartier, un village parisien, où je vais régulièrement marcher, parce qu’il est charmant et parce que le street art s’y renouvelle tout le temps. Les vacances n’étant pas terminées, il est encore calme, plusieurs cafés sont fermés, cela n’a pas empêché les artistes d’apposer de nouvelles œuvres sur les murs. Voici mes photos du jour.

*

butte aux cailles 1

butte aux cailles 2

butte aux cailles 3

butte aux cailles 4

butte aux cailles 5

butte aux cailles 6

butte aux cailles 7

butte aux cailles 8

butte aux cailles 9

butte aux cailles 10

butte aux cailles 11

butte aux cailles 12

butte aux cailles 13la seule eau de source de Paris, c’est ici, à la fontaine

*butte aux cailles 14

butte aux cailles 15

butte aux cailles 16

butte aux cailles 17

butte aux cailles 18

butte aux cailles 19

butte aux cailles 20

butte aux cailles 21

butte aux cailles 22

butte aux cailles 23

butte aux cailles 24

butte aux cailles 25

butte aux cailles 26

butte aux cailles 27

butte aux cailles 28

butte aux cailles 29

butte aux cailles 30

butte aux cailles 31

butte aux cailles 32

butte aux cailles 33

butte aux cailles 34

butte aux cailles 35

butte aux cailles 36

butte aux cailles 37

butte aux cailles 38

butte aux cailles 39

butte aux cailles 40

butte aux cailles 41

butte aux cailles 42

butte aux cailles 43

et la piscine, intérieure et extérieure, dont l’eau est chauffée par récupération de la chaleur dégagée par des center data :butte aux cailles 44aujourd’hui à Paris 13e, photos Alina Reyes

*

Choses vues, ville-livre

love

« Les villes sont des bibles de pierre. (…) Que les peuples viennent dans ce prodigieux alphabet (…) épeler la paix et désapprendre la haine. » Victor Hugo, Choses vues

Ce ne sont plus les cathédrales qui font office de livres de pierre, ce sont les villes entières, chaque jour réécrites par les tagueurs, graffeurs et autres street artistes qui les transforment en livres de sable borgésiens, livres infinis, labyrinthiques, changeants, véritables livres de notre modernité, de sa grandeur et de sa beauté humbles et vivantes.

*

arabesque

boulangerie taguée

paon,

paon

lézarts

loveaujourd’hui à Paris 5e, photos Alina Reyes

*

Haïku de la marche sur les pavés, réflexions et images du jour

vignette

Escarpins vernis

sur anciens pavés mouillés

par la pluie d’été

*

à la bonne source mouffetard

En allant chercher les Présocratiques à la bibliothèque Mohammed Arkoun, rue Mouffetard, j’ai acheté des escarpins chinois à douze euros les deux paires dans une petite boutique qui va fermer et sera remplacée par un point de restauration, car, dit la vendeuse, « il n’y a plus que ça qui marche »

lézarts et librairie mouffetard

La librairie est en travaux mais sur un panneau promet monts et merveilles pour la rentrée. J’ai vu dans la presse que la mode continuait des livres d’ « exofiction », à savoir des romans basés sur la vie de personnages célèbres. Ah, donc la littérature dépend de la mode, comme les fringues. Cette courte vue me fait sourire comme l’affirmation dans les médias, il y a quelques jours, que certain tweet était le plus aimé de l’Histoire, avec une grande H. Oui, au cours des millions d’années de l’histoire de l’humanité, pas un tweet n’avait été autant liké !

mouffetard

J’ai photographié le reflet dans la librairie, et le street art sur le muret d’en face, il me semblait que l’espace vide me disait que je manquais sur les rayons. Bien sûr que non et j’ignore si la littérature manque, mais peut-être les forces de mort seraient-elles moins réveillées si les forces de vie étaient moins assoupies.

wrdsmth mouffetard

Les travaux continuent et je reviendrai, toujours dansant

anges mouffetard

chat mouffetard

danseuse mouffetardcet après-midi rue Mouffetard à Paris, photos Alina Reyes

*

L’argument de tous les abuseurs. Un enseignement pour les élèves

l'autre jour à Paris 1er, photo Alina Reyes
l'autre jour à Paris 1er, photo Alina Reyes

l’autre jour à Paris 1er, photo Alina Reyes

E. Macron après avoir manœuvré afin de se faire élire grâce à la presse, et notamment la presse people, une fois élu porte plainte contre un photographe de presse posté dans la rue de sa résidence de vacances.

Roman Polanski est accusé par au moins une troisième femme de l’avoir violée alors qu’elle était adolescente.

D. Trump justifie le meurtre d’une manifestante antifasciste par des manifestants néonazis à Charlottesville par l’argument de tous les abuseurs : « Il y a eu des torts des deux côtés. »

Trois exemples qui ne font qu’illustrer la masse des comportements œuvrant à la confusion des valeurs afin de toujours restaurer la loi du plus fort. L’une de ces constantes que la littérature peut aider à repérer. Les professeurs de lettres, dont je suis dans quelques semaines, doivent aider leurs élèves à repérer, plus encore que la forme des textes, dont l’étude est trop privilégiée par les programmes, leur fond (que même certains professeurs agrégés, faisant passer les concours, ne voient pas). Voir note précédente sur l’écorce et le noyau de l’arbre vus par Rûmî, poète mystique du treizième siècle qui rappelons-le avait entre autres aperçu, de façon beaucoup plus élaborée que Démocrite, le fonctionnement nucléaire et la fission de l’atome, avec ses conséquences.

*

Sensation d’été

vignette

Sensation d’été

Les reins d’une reine ondulent

dans l’ombre à mes pieds

*

sethje marche dans la ville, de temps en temps je vais voir où en est cette œuvre de Seth, avec l’herbe qui pousse à ses pieds

camionje rencontre un camion stylé

camion,

toujours dans le treizième, vaste arrondissement dont je photographie depuis longtemps les murs peints, au détour d’une rue une nouvelle œuvre du collectif Lézarts de la Bièvre :

lézarts

et puis cet immeuble dont j’aime bien les couleurs :

immeubleaujourd’hui à Paris 13e, photos Alina Reyes

*