Collaboration, marque française déposée

Il est certes plus aisé et plus seyant de faire le procès de quelques seconds couteaux des tueries islamistes de 2015 que de faire celui des politicards et hommes d’affaires qui copinent avec le Qatar et l’Arabie Saoudite, vendant la France au détail et leur vendant des armes en gros. Les morts qu’elles font, qui les compte, qui connaît leurs noms (à part ceux des morts français évidemment, tués aussi par cette politique génératrice de terrorisme) ? Avec la complicité des médias et autres bien-pensants, c’est la France à la fois collabo et coloniale, hypocrite et criminelle, couchée et raciste, qui perdure dans ce qu’ils appellent l’esprit Charlie. Fort décrépit, Dieu merci.

Charlie Hebdo, l’esprit des planqués

 

En pantoufles à leur table, ils se moquent de ceux qui risquent leur vie et la perdent.

Ils se sont moqués des musulmans tués par les islamistes avec, notamment, leur dessin « le Coran n’arrête pas les balles » (avant d’apprendre malheureusement que leur journal non plus).

Ils se sont moqués d’un tout-petit enfant, Aylan, mort noyé avec des réfugiés.

Ils se moquent maintenant des treize soldats morts au Mali.

La lâcheté du bourgeois endurci de nulle part, sinon du cœur, révulse. Elle prépare et encourage toute une partie de la population à vivre sans honneur.

À vivre sans honneur, on met en péril la vie de tous, on pollue la société, on détruit tout esprit de fraternité, on se comporte en parasites de ceux qui agissent pour le bien et la sauvegarde de tous : on est une plaie dans un pays en paix, une ignominie dans un pays en guerre.

*

Racailles. Zineb El Rhazoui, Polanski, Macron et le Joker

 

Zineb El Rhazoui, ex de Charlie Hebdo, appelle à « tirer à balles réelles » sur les « racailles » des banlieues (oui, c’était ça, l’esprit Charlie, racisme obsessionnel et flirt masqué avec l’extrême-droite). Deux jours après, le prix Simone Veil de la région Île de France lui est décerné. Qu’a fait la ministre pour mériter une telle offense ? Être juive ?

Une cinquième femme accuse Roman Polanski de l’avoir violée quand elle était adolescente. Les vieux râlent, ils trouvent qu’on ne peut plus « aimer » (le mot qu’ils emploient pour « abuser de ») qui on veut en paix. Polanski se compare à Dreyfus persécuté. Qu’a fait le capitaine pour mériter une comparaison aussi offensante ? Être innocent ?

shivaLe fantastique film de Todd Phillips, Joker, impeccablement interprété, a été assassiné méchamment et bêtement par la vieille bande du Masque et la plume sur France Inter. Ce n’est pas seulement qu’ils et elle n’y ont rien compris. C’est que ces critiques appointés par le monde ont reçu cette œuvre comme une baffe dans leur bonne figure. En quoi ? Un détail du film suffit à le résumer : le fait que le personnage du maire de Gotham City déclare qu’il y a deux sortes de personnes, celles qui ont réussi, et les clowns. Retrouver dans un thriller, une fiction décrivant un monde cinglé, un écho à la parole cinglée de Macron – « ceux qui ont réussi et ceux qui ne sont rien » – parole prononcée dans la réalité, démultiplie l’effet révélateur du film. Qui est le Joker ? Lui-même, vivant, quand il danse, quand son charisme éclabousse le morne monde ; et figure de la mort quand il tend un miroir à ce monde infect en se grimant, en acteur incarnant « en même temps » quelque chose et son contraire, quand il montre que ce monde n’est qu’illusion, quand il en fait éclater la mauvaiseté, le mensonge et la mort. Cours, Arthur, cours ! Ris, ris le dernier ! Ce ne sont pas des cerfs qui entourent les temples, mais des bandes de petits singes agités. Ils sont morts et toi, la divinité, tu es vivant, plein de grâce.

Cette note est inspirée de la philosophie indienne (cf notamment Shiva). Ce n’est qu’un début, continuons le yoga.

*

Cercles vicieux

hall bibliotheque ste genevieve*

Après s’être acharné pendant des années sur les musulmans et les Roms, Charlie Hebdo a changé son crayon d’épaule, est passé du racisme à la xénophobie pour se foutre de la gueule des victimes d’attentat belges, des petits réfugiés morts pendant leur traversée, maintenant des victimes du dernier tremblement de terre en Italie… Il n’y a que les victimes de l’attentat contre Charlie Hebdo que Charlie Hebdo respecte. Cercle vicieux : c’est grâce à elles qu’il revit. Et s’en prendre aux puissants, c’est moins attrayant que de piétiner les malheureux, ça contente moins bien le sadisme des bonnes âmes.

Les bonnes âmes cathos ont aujourd’hui un motif de satisfaction : la canonisation de ladite mère Teresa, sadique avec les pauvres et suceuse avec les riches, par ledit pape François, qui récidive dans le révisionnisme après avoir pareillement canonisé ledit père Junipero Serra, sadique frappeur et génocidaire d’Amérindiens, malgré les supplications de ces derniers pour qu’il n’en fasse rien. Cercle vicieux : la méchanceté des prétendus saints est une façon de se venger d’une institution elle-même sadique dans laquelle ils se sont laissé enfermer.

Contre la bêtise et l’obscurantisme des idéologues et des religieux de toutes sortes, un seul remède : la recherche de la vérité. L’université y a un grand rôle à jouer. Mais en France elle est dans la misère. Exemple : pendant tout ce premier trimestre de rentrée, la bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne sera fermée le samedi « en raison de difficultés budgétaires ». L’autre grande bibliothèque du quartier latin où il est possible de travailler, la bibliothèque Sainte-Geneviève, est déjà pleine à craquer avant même la reprise des cours, et compte très peu de tables avec prise pour ordinateur. Comment vont travailler les étudiants ? Dans d’autres pays d’Europe et aux États-Unis, les bibliothèques sont ouvertes sans interruption. Les universités françaises sont absentes des bonnes places dans les classements internationaux, mais aussi dans les esprits : écoutez ce qui se dit à l’étranger, personne ne songe à les citer en exemple. Cercle vicieux, la médiocrité tel un trou noir avale tout. Résister et relever.

*

arbre bonnefoy alechinsky

photos : hier dans le hall de la bibliothèque Sainte-Geneviève, et rue Descartes le mur illustrant un poème de Bonnefoy par Alechinsky

*

Les dessinateurs moyen-orientaux et mondiaux répliquent au racisme ignoble de Charlie Hebdo

3a9e75e2af69f9eaeb699627c38793b79ca39bd6ce graffiti a été photographié à Sao Paulo, Brésil AFP PHOTO / NELSON ALMEIDA

note actualisée à mesure que je trouve de nouveaux dessins (ou textes, en bas de note)

Capture du 2016-01-18 09:13:33*

hindawi*Chatzopoulos*Capture du 2016-01-18 12:22:01*

rania* vini oliveira* curzio malapart* louay hazem* ibrahim ozdabak*
daali* hani abbas*Capture du 2016-01-17 19:48:56« J’ai pleuré quand j’ai vu le dessin de Charlie Hebdo », a dit le père d’Aylan

*

Racisme irrépressible de Charlie Hebdo. Après avoir injurié les basanés au prétexte de caricaturer Mohammed, ils utilisent un bébé mort. Inhumain.

On ne peut pas dire « cette fois ils ont publié un dessin maladroit » (et on ne peut pas dire non plus qu’ils ont voulu ainsi lutter contre le harcèlement sexuel, avec leur dessin qui le fait passer pour une vulgaire gaudriole – dont par ailleurs Charlie est friand). Cela fait des années qu’ils publient dessins et textes racistes. Comme ils sont aussi faux-culs que des curés pédophiles ou des mafieux bienfaiteurs, ils se couvrent en publiant aussi des trucs anti-FN. N’empêche : ils se sont attiré les grâces du parti néonazi grec Aube Dorée, celle d’au moins un curé intégriste, et une journaliste de Charlie va publier un livre chez un éditeur d’extrême-droite. Qui dit mieux ?

Avec le dernier dessin de Riss, qui avait déjà moqué cruellement la mort du petit Aylan à l’époque, et s’acharne maintenant en insultant sa mémoire, le monde entier s’émeut de leur cruauté raciste. Maintenant qu’on a fait dire aux Français « Je suis Charlie », voilà que ce journal fait passer les Français pour d’ignobles abuseurs de petits morts. Conséquences ?

*

Un excellent article d’Alex Lantier, en français, sur le World Socialist Website

Un autre excellent article, celui de l’avocat Gilles Devers

La réaction humaniste et vigoureuse du philosophe Driss Jaydane

L’analyse de l’écrivain et poète Richard Sudan (en anglais)

*

Préface ajoutée à « La grande illusion » suite aux révélations du jour sur l’affaire Charlie Hebdo

Aujourd’hui a paru dans Le Parisien un entretien avec Valérie M., la dernière compagne de Charb, directeur de la rédaction de Charlie Hebdo. Elle raconte que ce dernier fréquentait des hommes d’affaires et notamment « de riches dignitaires » du Moyen Orient, avec lesquels il passait des soirées, leur faisant du charme, selon ses propres mots, afin de les convaincre de lui verser l’argent dont il avait besoin pour la survie du journal.

Que la veille de l’attentat, il lui a déclaré qu’il avait obtenu deux cent mille euros.

Que le matin même, avant de partir au journal, il s’inquiéta de la présence d’une voiture aux vitres teintées stationnée au bas de son immeuble.

Et que trois jours plus tard, retournant avec quelques intimes dans l’appartement qu’elle avait quitté un moment après Charb, elle a découvert qu’il avait été « visité, mis à sac », que l’ordinateur et des dessins avaient été emportés. « Il me paraît indispensable de retrouver cet ordinateur portable qui contient sûrement des informations utiles à l’enquête. Or je m’étonne que les policiers qui ont recueilli mon témoignage n’aient pas eu l’air intéressés par cet élément », ajoute-t-elle.

La police n’a pas pris vivants les frères Kouachi, retranchés dans une imprimerie déserte, mais les a abattus. Les tueurs ne parleront donc pas, et il ne semble pas que les pouvoirs publics aient fait le nécessaire pour enquêter sur d’éventuels commanditaires de cet attentat. Qui ne faut-il pas dénoncer, ou quel partenaire commercial faut-il ménager ? Pour le dire de façon brutale et imagée : les enfants du chœur « Je suis Charlie » ne se sont-ils pas fait abuser bien profond par les fables du clergé politico-médiatique ?

*

L’ensemble du livre peut être lu gracieusement ici même.

« Les caricatures », par Shailja Patel

stillfunnies-383x209

*

Les caricatures de viol sont drôles s’il est inconcevable pour vous que vous puissiez être violé. Si vous vivez dans une bulle de privilège de genre qui vous isole de toutes les conséquences de la culture du viol.

Les blagues sur le sida sont drôles si vous n’avez jamais aimé quelqu’un qui est mort du sida. Si vous vivez dans une bulle qui vous permet de ne pas savoir que des millions d’Africains sont morts, des milliers d’hommes gays sont morts, de l’indifférence criminelle de l’Etat et du négationnisme. Parce qu’ils n’étaient, après tout, que des Noirs et des pédés. Du matériel de comédie, non des vies qui méritent le deuil.

Les caricatures d’Ébola sont drôles. Sauf si votre partenaire est un médecin de santé publique, forcé de choisir tous les jours entre traiter des patients sans vêtements de protection ou les abandonner pour sauver sa propre vie.

Les caricatures du prophète Mohammed nu, à quatre pattes, l’anus présenté comme cible, sont du fourrage à ricanement anti-clérical. Sauf si vous et la moitié des hommes et des garçons et des enfants et des bébés que vous connaissez et aimez s’appellent Mohammed.

Sauf si vous et vos frères, cousins, cousines, pères, fils et amis courez chaque jour le risque d’être arrêtés et fouillés sans raison et au hasard, de subir des palpations, des fouilles au corps et dans les orifices, au sein de la Forteresse Europe Éclairée. Because they can. Parce qu’ils le peuvent.

Sauf si votre grand-père Mohammed a été violé et castré par les Français dans leurs camps de concentration en Algérie.

Sauf si votre mère survit au harcèlement quotidien et aux menaces de violence des voyous du Front national dans sa banlieue en invoquant la miséricorde du Prophète pour les ignorants.

Sauf si tous les corps nus dans les photos de torture d’Abou Ghraib vous ressemblent. Des hommes nus à plat ventre, perdant leur sang, traînés en laisse par des soldats américains souriants. Des hommes nus empilés en sculptures de chair par de jeunes GI’s radieux, le pouce levé. Des fesses brunes de Mohammed marquées de brûlures de cigarettes comme des toiles de peau pointillistes. Des Mohammeds encagoulés et câblés, saignant de la bouche, des oreilles et de l’anus, tandis que leurs tortionnaires rient et prennent la pose. Des hommes nus violés qui vous ressemblent, qui ressemblent à votre frère, à votre père, à l’homme que deviendra votre bébé chéri.

Sauf si vous et vos amis faites circuler des témoignages tels que les sales histoires de survivants au viol anal de la CIA, également connu comme réhydratation par voie rectale. Des survivants au viol oral de Guantanamo, également connu comme gavage. Parce que vous avez besoin de témoigner avant que cela ne vous arrive à vous. Cest une règle de survie.

Sauf si votre petite sœur est rentrée en sanglots la semaine dernière et a crié qu’elle ne retournerait jamais à l’école, l’école dont vos parents rêvaient pour elle avant sa naissance. Il a fallu des heures de cajoleries et de consolation pour en tirer une explication. Le tyran qui fait de sa scolarité un enfer a trouvé une délicieuse nouvelle cruauté, qui la suit au-delà de l’école comme une étiquette électronique à la cheville. Il a mis cette caricature sur le tableau blanc de la classe et l’enseignant l’a laissée là toute la journée comme une leçon de liberté d’expression.

Texte traduit avec l’aimable autorisation de l’auteur, Shailja Patel. Le texte original en anglais est ici. Le site de la poétesse .

« Joyce Carol Oates, Russell Banks et 143 autres écrivains protestent contre le prix de la liberté d’expression pour Charlie Hebdo »

Par David Walsh

2 mai 2015

Le nombre des auteurs opposés à la décision prise par le PEN américain de décerner un prix de la Liberté d’expression au magazine satirique et anti-musulman français Charlie Hebdo, dont les bureaux à Paris ont été attaqués par des terroristes en janvier, se monte maintenant à 145.

Parmi les plus éminents des signataires se trouvent les romanciers Joyce Carol Oates et Russell Banks, l’écrivain dominicain-américain et lauréat du prix Pulitzer Junot Díaz, les dramaturges Eve Ensler et Craig Lucas, le scénariste et acteur Wallace Shawn, l’auteur de nouvelles Deborah Eisenberg, l’acteur, dramaturge et monologuiste Eric Bogosian, le poète serbe-américain Charles Simic, l’écrivain nigérian Chris Abani, l’écrivain de fiction Nell Freudenberger, l’écrivain et professeur de fiction Janet Burroway, l’historien et journaliste Russell Shorto, et l’auteur de nouvelles Lorrie Moore.

Peter Carey, Teju Cole, Rachel Kushner, Michael Ondaatje, Francine Prose et Taiye Selasi, prévus pour être chefs de table, avaient déjà annoncé qu’ils se dissociaient du dîner de gala du PEN le 5 mai prochain.

Dans leur lettre de protestation, après avoir condamné l’attaque de Charlie Hebdo comme «révoltante et tragique », les 145 soutiennent que la décision de décerner le prix de « la liberté d’expression courageuse » au magazine français ainsi que les critères utilisés par le PEN pour établir ce choix ne sont «ni clairs ni indiscutables. » Les protestataires continuent en soulignant qu’«il y a une différence essentielle entre le fait de soutenir fermement l’expression qui viole l’acceptable, et celui de récompenser avec enthousiasme une telle expression. »

Les 145 membres du PEN affirment que des éléments de « puissance et de prestige » sont présents dans la production de tout type de travail, y compris la satire. « Les inégalités entre la personne qui tient la plume et le sujet fixé sur le papier par ce stylo ne peuvent pas, et ne doivent pas, être ignorés. »

Ils continuent: «Pour une partie de la population française qui est déjà marginalisée, assiégée et victime, une population façonnée par l’héritage de diverses entreprises coloniales de la France, et qui comprend un grand pourcentage de musulmans pieux, les caricatures de Charlie Hebdo sur le Prophète doivent être considérées comme destinées à provoquer davantage d’humiliation et de souffrance « .

La lettre et la campagne d’opposition prennent un degré d’indépendance de pensée et de courage. L’attaque contre les bureaux de Charlie Hebdo a été le signal d’un vaste flot de commentaires hypocrites et égoïstes en Amérique du Nord et dans les médias européens. On nous a dit à plusieurs reprises que l’attaque terroriste islamiste à Paris représentait une menace fondamentale pour la liberté d’expression et les principes d’une société démocratique, droits et principes chers aux gouvernements occidentaux, et qu’elle a démontré, une fois de plus, que les musulmans fanatiques haïssaient nos « libertés ».

Ce déversement de camelote par les gouvernements et les institutions politiques dans le processus de déchiquetage des droits démocratiques, s’accompagna à travers l’Europe d’une accélération des efforts pour mettre en œuvre des mesures d’État policier. Les actions répressives proposées ou prises en France, au Royaume-Uni, en Italie, en Allemagne et ailleurs ont été préparées longtemps avant l‘attaque du 7 janvier, qui a simplement servi de prétexte. En outre, l’affaire Charlie Hebdo est inévitablement devenue une partie de l’argument général en faveur de l’intervention impérialiste au Moyen-Orient, destinée à « extirper » la menace terroriste.

La décision du PEN de récompenser Charlie Hebdo doit être vue dans ce contexte politique, dans le cadre de l’effort pour légitimer la bigoterie anti-musulmane et l’appui du public pour la « guerre contre le terrorisme. »

La biographie politique de Suzanne Nossel, directrice exécutive du PEN et ancienne fonctionnaire du Département d’État des États-Unis, éclaire le genre d’opération que ce doit être. Nossel est sur le dossier partisan de « combiner à la fois la puissance dure, la force militaire, la coercition avec ce qu’on a appelé la puissance douce ; la diplomatie, l’appel de la culture américaine, ses habitants, les liens économiques. » Elle prône de « choisir judicieusement entre un large éventail de différents outils », à savoir entre bombes et propagande. Le prix Charlie Hebdo est une instance de cette dernière.

Les 145 membres du PEN ont jeté des bâtons dans les roues de cette entreprise, ce qui a provoqué des cris d’indignation dans les cercles riches de l’ex-gauche et des ex-libéraux. L’action des écrivains protestataires mérite d’être félicitée et, de plus, a une certaine signification objective. Il y a un certain temps qu’un corps d’artistes ou d’intellectuels n’avait pris position sur une telle question.

La situation politique est en train de se briser. Certaines personnes prennent position ; d’autres, y compris les personnes qui prenaient une posture de «gauchistes» depuis des décennies, sont révélées pour ce qu’elles sont, un peu plus porte-parole de l’établissement et de l’appareil d’État. Une polarisation politique et morale se déroule devant nos yeux.

La défense de la récompense à Charlie Hebdo par Katha Pollitt, chroniqueuse à The Nation, est significative, sinon particulièrement choquante. Pollitt, comme tout autre apologiste de la publication française, choisit d’ignorer le contexte politique, la montée du racisme anti-musulman et la légitimation du Front national néo-fasciste en France, la «guerre contre le terrorisme» sans fin et les interventions impérialistes au Moyen-Orient.

Elle affirme benoîtement que Charlie Hebdo « est un petit magazine satirique dirigé par de vieillissants gauchistes des sixties » et qu’il « ne se moque pas des musulmans. » En fait, comme un point de vue dans le WSWS l’a noté en janvier, « Charlie Hebdo a facilité la montée d’une forme de politisation du sentiment anti-musulman qui a une ressemblance troublante avec l’antisémitisme politisé qui a émergé comme un mouvement de masse en France dans les années 1890. Dans son utilisation de caricatures grossières et vulgaires qui véhiculent une image sinistre et stéréotypée des musulmans, Charlie Hebdo rappelle les publications racistes bon marché qui ont joué un rôle important dans la promotion de l’agitation antisémite qui a balayé la France lors de la célèbre affaire Dreyfus ».

Pollitt, comme un certain nombre d’autres irrités par la protestation des 145 écrivains (l’ex-libéral, pro-guerre Nick Cohen en Grande-Bretagne, par exemple), s’identifie avec ces «vieillissants gauchistes des sixties» qui ont viré brusquement à droite et qui considèrent la population musulmane pauvre en France et la classe ouvrière dans son ensemble avec mépris. Ce sont des « oiseaux d’une plume ».

Elle suggère que la « gauche » est « désespérément confuse au sujet de l’islam: la moitié du temps nous nous rappelons les uns les autres que les fondamentalistes violents comme ceux qui ont commis les meurtres Charlie Hebdo sont une infime fraction de 1,6 milliard de musulmans dans le monde, qui sont ordinaires, des personnes non-violentes de bonne volonté, et l’autre moitié du temps, nous en parlons comme si les meurtriers étaient là pour redresser des torts réels et compréhensibles, même si la cible est mal choisie. Qu’en est-il ? « 

Il est significatif que Pollitt raille ici, tant la possibilité que la majorité des musulmans pourrait être « des personnes non-violentes ordinaires de bonne volonté » et qu’il pourrait y avoir de «réels torts» à redresser. En fait, le terrorisme est une faillite politique et une réponse réactionnaire à de «vrais torts », la longue histoire de l’oppression coloniale au Moyen-Orient et le pillage impitoyable toujours en cours de la région par les grandes puissances, ainsi que l’hostilité et la brutalité de l’institution politique française, de droite comme de «gauche», envers la population immigrée.

Si le terrorisme, en fait, n’est pas une réponse à de «vrais torts», alors qu’est-ce  que c’est ? Il doit y avoir une certaine qualité de «terroriste» inhérente à la population musulmane ou à l’islam comme religion. Est-ce ce que croit Pollitt? Elle devrait nous en dire plus. Ses références démagogiques aux « fondamentalistes violents» et aux «assassins» font écho à la langue de la presse de droite caniveau.

Les socialistes combattent l’influence de la religion sur les masses populaires par la dénonciation de, et l’opposition à, la misère sociale qui génère le retard idéologique, et non par des attaques cyniques et méprisantes « satiriques » sur ceux qui ont des croyances religieuses. Pollitt parle en tant que représentante de la petite bourgeoise américaine auto-satisfaite, bien indifférente aux conditions et aux sentiments des opprimés.

Pour être franc, Charlie Hebdo était une provocation raciste et crasseuse. Son émergence comme feuille anti-musulmane a quelque chose de commun avec l’apparition des pro-guerre, des films pro-CIA tels que ceux de Kathryn Bigelow The Hurt Locker et Dark Zero Trente, Fury de David Ayer, Sniper de Clint Eastwood et autres. Les éléments les plus corrompus salignent dans la défense de la guerre coloniale et de la violence impérialiste.

La défense de Charlie Hebdo par Pollitt est méprisable.

Sa cécité et son hypocrisie sont presque accablantes. La ligne rédactionnelle de Charlie Hebdo, commente-t-elle à moment donné, « en effet, est blasphématoire. N’est-ce pas une chose honorable pour la gauche ? « Et plus tard, elle fait valoir :  » N’avons-nous pas besoin d’écrits et d‘illustrations qui repoussent les limites de l’acceptable ? « 

Pourtant c’est la même chroniqueuse qui s’est jointe à la campagne pour salir et discréditer Julian Assange en 2010, face à de fausses allégations d’agression sexuelle visant à arrêter les révélations de WikiLeaks sur l’entreprise criminelle impérialiste des États-Unis.

Face à quelqu’un dont l’activité était véritablement « blasphématoire » et « honorable » et véritablement « repoussait la limite de ce qui est acceptable », et par conséquent était exposé à des persécutions par le gouvernement américain et ses alliés, par des forces de renseignement et de police innombrables, par les plus puissants médias, Pollitt se tint du côté des persécuteurs. Où était son zèle pour la « liberté d’expression », alors ?

Sur la base des allégations d’agression sexuelle montées de toutes pièces contre Assange par les autorités suédoises, Pollitt a écrit que «quand on en vient au viol, la gauche ne comprend toujours pas. » Incroyablement, la chroniqueuse de Nation a suggéré que le fondateur de WikiLeaks appartenait à la catégorie des «célébrités de renommée mondiale » qui tentent de rester impunies pour leurs crimes. Son hostilité à Assange a éclaté sur la page.

L’instinct de classe est infaillible. L’ex-de-gauche Pollitt a participé à la campagne contre Assange, qui a légitimement gagné l’inimitié des élites mondiales dominantes. D’autre part, elle soutient Charlie Hebdo, qui se moque des pauvres et des sans-pouvoir. Telle est la logique de son évolution et celle de toute une catégorie sociale.

J’ai traduit ce texte de l’écrivain David Walsh lu ce matin sur le World Socialist Web Site

Impuissance et sadisme

armesei

Photo AFP/Bulent Kilik

Seize soldats français accusés d’avoir violé, sodomisé des enfants affamés en Centrafrique. L’archevêque de Bangui s’empresse de minimiser l’affaire en parlant de seulement un ou deux soldats et de voler au secours… des enfants ? Non, de l’armée.

Luz déclare qu’il ne dessinera plus « Mahomet » car il ne l’intéresse plus. Ce qui l’intéressait, c’était de pouvoir, à travers « Mahomet », exercer son sadisme – comme le dit Norman Finkelstein, « Charlie Hebdo is sadism, not satire ».

D’où viennent les armes de Daech ? D’Europe, des États-Unis, de Russie, de Chine… Comme le dit par euphémisme Courrier International, « la position de certains États qui combattent l’organisation terroriste devient inconfortable. »

Le courage de la vérité, comme dit Foucault

Le PEN américain, dont le nom résonne pour le coup désagréablement, attribue un prix à Charlie Hebdo. Six écrivains anglo-saxons protestent et se désolidarisent de l’association. Ils ne veulent pas être associés à l’  « admiration » et au « respect » que le prix implique pour un journal raciste. Tel autre écrivain, emblème de la pensée correcte, les traite aussitôt de pussies, de femmelettes – racisme et sexisme ne viennent-ils pas du même fond pourri de l’homme ? Comme si on avait primé Je suis partout, avec ses caricatures de juifs qui nous menaient droit où on sait. Eh bien, il y a encore quelques écrivains résistants et je ne suis pas seule. Il est vrai qu’il y faut du courage, et que cela coûte. Difficile par exemple de trouver un éditeur également courageux pour La grande illusion, Figures de la fascisation en cours, où l’affaire Charlie notamment n’est pas traitée du point de vue politiquement correct. Mais vous pouvez lire le livre en ligne gratuitement, il est ici.

« Solidarité » de classe et d’intérêt

L’épicerie Hyper Cacher de Vincennes va rouvrir ses portes. Je n’ai entendu dire nulle part qu’elle avait bénéficié de quelque solidarité nationale. Pas plus que l’imprimerie de Danmartin, qui malgré la campagne de dons organisée par les commerçants de sa ville n’a pas encore les moyens de se relancer, les destructions, notamment de machines très chères, ayant été importantes pendant l’assaut. Comment se fait-il que la solidarité n’ait été organisée, par les politiques et les médias, que pour Charlie Hebdo, qui a engrangé des millions ? Pourquoi les gens de Charlie Hebdo ne songent-ils pas à faire bénéficier les autres victimes des attentats de janvier de l’énorme manne (en dons et en produits des ventes) qui a été dirigée vers eux ? Le faux règne dans cette histoire. D’évidence, des épiciers et des imprimeurs ne valent pas des journalistes politiquement rentables. Le peuple trime ou chôme, les faiseurs d’opinion règnent sans partage, c’est le cas de le dire. Du moins n’auront-il pas ma voix.

*

Pendant que la police interroge des enfants…

a

b c

J’ai trouvé le signalement de cette page facebook sur celle de Jean-Claude Lefort (dont j’ai repris une adresse à Manuel Valls ici sur mon blog en 2013). D’après les commentaires de ses lecteurs, en réponse à un premier signalement, Facebook a répondu que le contenu de la page (qui est tout entier de cet acabit) « n’était pas contraire à [leurs] standards ». Les signalements se sont multipliés mais la page est toujours toujours visible à cette heure.

*

Lire aussi sur le site de l’Union juive française pour la paix l’article de Schlomo Sand dont voici un passage :

« Il est bon, en effet, que dans la civilisation appelée, de nos jours, « judéo-chrétienne », il ne soit plus possible de diffuser publiquement la haine antijuive, comme ce fut le cas dans un passé pas très éloigné. Je suis pour la liberté d’expression, tout en étant opposé à l’incitation raciste. Je reconnais m’accommoder, bien volontiers, de l’interdiction faite à Dieudonné d’exprimer trop publiquement, sa « critique » et ses « plaisanteries » à l’encontre des juifs. Je suis, en revanche, formellement opposé à ce qu’il lui soit physiquement porté atteinte, et si, d’aventure, je ne sais quel idiot l’agressait, j’en serais très choqué… mais je n’irais pas jusqu’à brandir une pancarte avec l’inscription : « je suis Dieudonné ».

En 1886, fut publiée à Paris La France juive d’Edouard Drumont, et en 2014, le jour des attentats commis par les trois idiots criminels, est parue, sous le titre : Soumission, « La France musulmane » de Michel Houellebecq. La France juive fut un véritable « bestseller » de la fin du 19ème siècle ; avant même sa parution en librairie,Soumission était déjà un bestseller ! Ces deux livres, chacun en son temps, ont bénéficié d’une large et chaleureuse réception journalistique. Quelle différence y a t’il entre eux ? Houellebecq sait qu’au début du 21ème siècle, il est interdit d’agiter une menace juive, mais qu’il est bien admis de vendre des livres faisant état de la menace musulmane. »

et aussi, parce qu’il faut ouvrir les yeux sur toutes les responsabilités, celles des auteurs et celles de leurs lecteurs, et notamment parmi eux des pouvoirs publics et des médias qui les soutiennent, par exemple cette réflexion d’Yves Pagès dont voici un extrait :

« … à tout le moins l’équipe rédactionnelle de ce journal manquait de vigilance anti-fasciste (malgré sa culture libertaire d’origine) en ne dénonçant pas unanimement le discours raciste sous-jacent de Soumission. Bref c’est constater que, sur ce point précis – la vulgarisation insidieuse des discours arabophobiques – Charlie hebdo était assez conforme à l’air du temps, alimentant sans garde-fou ni discernement la confusion des esprits. »

*

Sadisme et ténèbres

Charlie, national hebdo, « ne prend pas les musulmans pour des imbéciles », dit maintenant Luz. C’est assez pitoyable, mais c’est sans doute plus vrai qu’il ne l’imagine, et si c’est le signe qu’ils renoncent à se nourrir de leur racisme, tant mieux. Je n’ai pas lu de meilleure analyse de ce qu’ils furent ces dernières années que celle de Norman Finkelstein, qui compare les caricatures de musulmans par Charlie à celles des juifs dans les années 30 par un journal antisémite allemand, évoque la situation des musulmans et dit : « Ce n’est rien d’autre que du sadisme. Il y a une très grande différence entre la satire et le sadisme. Charlie Hebdo, c’est du sadisme. Ce n’est pas de la satire. ». Oui, c’est tout à fait ça : de la bêtise et du sadisme, l’un allant avec l’autre, l’un essayant de compenser l’autre, sans jamais y parvenir, d’où le cercle vicieux, l’obsession.

Le sadisme vient de la bêtise, qui vient elle-même du ressentiment. L’imbécile est meurtri par le secret sentiment que d’autres sont plus intelligents, plus vivants que lui, ce pourquoi il lui faut les faire souffrir. C’est aussi en partie ce qui se passe entre l’Europe et la Grèce. L’Europe doit presque tout aux Grecs, au bond prodigieux qu’ils firent faire à l’humanité dans l’Antiquité et dont la pensée continue de fructifier. Voir ce pays se retrouver dans l’ombre pendant des siècles, puis le gaver d’argent comme on gâterait un enfant avant de le gifler, voilà le jeu sadique auquel s’est livrée la Troïka avec les Grecs.

La jalousie entre les civilisations du monde et le plaisir qu’elles ont à voir ou s’imaginer l’autre tomber sont les premières têtes de l’énorme Bêtise qui menace l’humanité. Cela vaut à l’échelle des continents, des pays, voire des régions, et aussi des communautés et des individus. La honte secrète de soi est le moteur du sexisme et de tous les racismes. Quant aux Grecs, leur lumière a traversé le temps à même leur langue, prête à éclairer de nouveau. Olivier Drot retweete une information selon laquelle le poète Adonis entamerait une grève de la faim pour les soutenir face à l’Europe. Barack Obama lui aussi appelle à relâcher la pression sur la Grèce. J’ai commencé à lire Le continent des ténèbres – Une histoire de l’Europe au XXe siècle, par Mark Mazower. Les ténèbres sont toujours là, attention.

*

Fiction or not fiction, that is the question

Toute fiction s’inspire du réel. De situations, de personnes, d’expériences, de faits réels. Le mot fiction vient du verbe latin fingo, qui signifie façonner, pétrir. On pétrit quelque chose, et non pas rien, comme pourrait dire Parménide. La même racine a donné les mots figure et ses dérivés, ainsi que feindre. En anglais elle a donné aussi faint (faible, vague).

L’homme a besoin de fictions comme supports à sa pensée. Les mythologies, les cosmogonies, les religions reposent sur des fictions. Figures et concepts sont étroitement alliés dans la formation de la philosophie et de la pensée. Les mathématiques elles-mêmes sont nées de figurations géométriques, elles-mêmes nées de l’observation de la nature, phusis (physique).

À oublier que la pensée naît du réel via la fiction, on tombe dans de faux processus et de faux procès. Le véritable serviteur, celui qui façonne le réel au service de la pensée, donc de l’élévation de l’humanité, qui ne peut se survivre qu’en s’élevant, en croissant (tel est aussi le sens du mot phusis, de même racine que les mots phos (lumière), phèmi (dire), et un autre phos (être humain)), s’élève, comme le dit Kafka, « d’un bond hors du rang des meurtriers ». Et cependant il est poursuivi comme un meurtrier (Le Procès). Le jugement des hommes, contraire à celui de la Vérité, les condamne, parce que les hommes ne veulent pas voir révélé le mal qu’ils font dans l’obscurité. « Et le Jugement, le voici : quand la lumière est venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises. En effet, tout homme qui fait le mal déteste la lumière : il ne vient pas à la lumière, de peur que ses œuvres ne lui soient reprochées », dit l’évangile de Jean.

Une autre inversion de ceux qui font le mal consiste à faire passer de la fiction pour la vérité. Ici nous sommes dans le système idolâtrique. Une figure du faux est présentée comme vraie et vivante. Un film sorti l’année dernière faisait ainsi passer une photographe inventée de toutes pièces pour une personne ayant vraiment existé, dont on exposa et vendit même les photos fabriquées. Vulgaire escroquerie au service de Mammon, comme on dit dans la Bible, à savoir de l’argent et du mal. Les exemples de telles escroqueries à l’art fourmillent, qui non seulement sont destinées à remplir les poches de faux artistes et de leurs producteurs et autres distributeurs, galeristes, éditeurs etc, mais aussi à établir le règne de la confusion dans l’esprit du public, afin que la vérité lui devienne indiscernable du mensonge, et que le cercle vicieux puisse continuer à tourner, l’argent à rentrer et la vérité à être occultée. Ainsi a-t-on vu de faux témoignages de partouzeuses ou de déportés dans les camps de la mort faire des succès mondiaux. Car ceux qui sont, par manque de vérité en eux, impuissants à créer des fictions qui élèvent l’être à la vérité, fabriquent des fictions qui feintent la vérité : ce n’est que parce qu’ils les font passer pour récit de vécus réels qu’ils parviennent à susciter l’intérêt du public. Leur fabrication ne tient que par la croyance au faux qu’elles exigent. Il ne s’agit pas d’art, mais de contrefaçon, tout à la fois contrefaçon de la vie et de l’art.

Le lendemain de la tuerie à Charlie Hebdo, un écrivain racontait sur sa page facebook les réactions accablantes d’une classe de banlieue dans laquelle il avait été invité à parler de théâtre. Les clichés effrayants sur les jeunes de banlieue, arabes et noirs, y éclataient si bien que les médias (dont Alain Finkielkraut) s’empressèrent de reprendre son récit. Quand la vérité fut dite par le professeur et les élèves, à savoir que les choses ne s’étaient pas du tout passées comme il l’avait prétendu, le mal était fait et personne ne se soucia de le corriger. J’avais déjà lu sur la page de cet auteur de courts récits, écrits d’une plume allègre à la première personne, comme des témoignages de choses vécues. Il était clair qu’il s’agissait en fait de fictions, et tant qu’elles ne mettaient en scène que des historiettes d’amour, peu importait que les lecteurs soient dupes ou non. Mais présenter comme le réel brut des reconstitutions fantasmatiques du réel ressort de la tromperie et participe à semer dans le monde la confusion des esprits. Soyons attentifs, auteurs comme lecteurs.

*

Le président et son gouvernement maltraitent la jeunesse de France (actualisé)

Après l’enfant de huit ans dénoncé par son école et interrogé par la police pour propos politiquement incorrects, voici maintenant l’enfant de neuf ans également dénoncé par des personnes de son école et interrogé par la police pour un Allah akbar qu’il aurait prétendument prononcé pendant la minute de silence – ce qui est totalement faux, le procureur lui-même l’affirme. On se croirait dans mon livre Poupée, anale nationale, quand la facho visite les écoles, interroge les enfants et les encourage à la délation. Dire que Hollande avait annoncé qu’il serait le « président de la jeunesse de France ». Il faudrait le rappeler aussi aux dizaines d’adolescents qui ont été arrêtés pour les mêmes motifs que ces deux petits depuis le 7 janvier. Le président et son gouvernement maltraitent la jeunesse de France. Et spécialement celle qui a déjà été maltraitée par les insultes répétées de Charlie envers ses parents, qui ont le tort d’être pauvres et issus d’une autre culture que la culture dominante, dominante à tous les points de vue.

*

ajout du 3 février : nouvelle audition d’un enfant par la police, cette fois il s’agit d’une fillette de dix ans, dénoncée aussi pour apologie du terrorisme

Police des corps et de la parole

En Palestine, la police d’occupation arrête les petits jeteurs de cailloux ; en France on fait mieux, des cailloux symboliques suffisent pour être conduit au poste. Un enfant de huit ans dénoncé par son instituteur, arrêté et interrogé par la police pour une parole incorrecte au sujet de Charlie Hebdo. Un enfant de seize ans dénoncé, arrêté, placé en garde à vue et interrogé pendant vingt-quatre heures, quoique n’ayant en rien le profil d’un djihadiste, pour avoir publié sur son facebook le dessin parodique d’une couverture de Charlie que j’ai publié moi aussi il y a quelques jours ici. Les cas d’enfants arrêtés par la police de l’État français (qui fut acclamée lors de la grande manifestation organisée à Paris par ce même État le 11 janvier) pour « apologies du terrorisme » se multiplient. Voilà ce qu’est devenu le pays de la liberté d’expression.

En Italie, c’est l’écrivain Erri de Luca qui risquait cette semaine la prison, pour avoir pris en paroles la défense d’activistes en lutte contre un projet destructeur de nature. Lui aussi est accusé d’apologie du terrorisme, puisqu’il soutient des « saboteurs ». Voilà ce que devient la liberté d’expression en Europe.

En France, Houellebecq veut entrer à l’Académie française. Finkielkraut y est déjà, et Hélène Carrère d’Encausse lui est favorable. L’Institut va-t-il prendre officiellement le relais de Charlie Hebdo, devenu emblème national ?

Au Chili, de nouvelles analyses vont être faites sur le corps de Pablo Neruda pour déterminer si oui ou non Pinochet l’a fait assassiner, quelques jours après son coup d’État du 11 septembre.

À la Bibliothèque Nationale de France, s’est tenu il y a quelques jours un colloque sur « Heidegger et les juifs ». Avec toujours les défenseurs acharnés du philosophe dont on ne peut vraiment plus nier qu’il fut nazi, et antisémite au point d’estimer que les juifs devaient être l’objet d’une « extermination totale ». C’est que l’esprit nationaliste, terrien et raciste d’Heidegger sert aujourd’hui, inconsciemment ou non, à justifier le colonialisme d’Israël et à travers Israël, du monde occidental. Bernard-Henry Lévy semble pourtant l’avoir un peu amère, cette haine des juifs de leur gourou, éclatée au grand jour. Mais comme il ne veut pas lui non plus faire machine arrière et reconnaître qu’il s’est trompé et bien aveuglé, comme il ne veut surtout pas chercher le fond nihiliste de la philosophie d’Heidegger, il se fend d’un article pour affirmer qu’il faut quand même continuer à le lire. Mais qui a jamais dit le contraire ? Il n’est pas question de placer en garde à vue les lecteurs d’Heidegger. Si seulement ils voulaient bien apprendre à lire, et à reconnaître comme dans Charlie Hebdo la bête immonde cachée derrière la façade, le monde se porterait mieux.

*

Aryens et métèques

ephese

Éphèse, photo Alina Reyes

*

Difficile de transcrire le dégoût que provoque le fait d’entendre de grands bourgeois à l’abri de tout, y compris souvent de la justice à laquelle ils auraient pourtant des comptes à rendre, faire la leçon au peuple grec, qui sans doute a commis des erreurs – mais qui n’en a pas commis ou n’en commettra jamais ? – peuple écrasé par la crise, jeté à la rue, poussé au désespoir. À les entendre se réaffirmer, au lendemain de la victoire de Syriza, inflexibles quant au paiement de la dette, ne dirait-on pas que nous sommes secrètement gouvernés par une idéologie aryenne ? Pas seulement parce que Pegida « n’est que la partie émergée de l’iceberg », comme le dit Johannes Kiess, pas seulement parce que « islamophobes et europhobes font de Charlie leur prophète », comme le dit Renaud de Chazournes, mais parce que cette affaire grecque fait signe qu’aux yeux de l’Européen du Nord, tout ce qui est du Sud est peuplé de « métèques », comme le chantait Moustaki, d’hommes de seconde catégorie, que l’on supporte de voir tomber alors qu’il n’y a pas si longtemps, à plusieurs reprises la dette de l’Allemagne a été effacée, aux dépens de ceux dont elle était débitrice, dont la Grèce – sans oublier que dans l’histoire récente, la Grèce a dû aussi subir le régime des colonels soutenu par les États-Unis, au profit de l’OTAN et aux dépens du peuple. Sans oublier que tous les peuples qui ont été soumis à la colonisation, d’une façon ou d’une autre, ou à la dictature, ne peuvent s’en rétablir sans un long travail qui comprend nécessairement ses errements.

« Finalement, le gros péril,… c’est que le plan risque de marcher,… et ce sont alors les partis de gouvernement européens qui vont prendre le relais de Bruxelles – Euh, pardon, de la Bundesbank – pour dézinguer la Grèce, car la réussite de Syriza serait leur naufrage politique. Que resterait-il au parti « socialiste », genre Hollande-Macron-Valls, si Alexis Tsipras réussit ? Mais que resterait-il aussi à nos deux autres flans de la politique, l’UMP et le FN ? », écrit Gilles Devers.

Le clivage de nos sociétés qui éclate avec cette élection grecque est en fait une actualisation de la question raciale, laquelle est une forme de la question des classes. S’il ne reste plus grand chose de la classe ouvrière, en grande partie remplacée par l’éparpillement des chômeurs, l’écart de richesses matérielles, ainsi que de capital social et de capital symbolique, entre une petite partie des hommes et les autres s’est extrêmement accru et continue de s’accroître sans mesure. Ceux qui profitent du système, d’une façon ou d’une autre, ne peuvent le faire qu’en dévaluant l’humanité de ceux qui en sont les victimes, en refusant la nécessité de reconnaître leur dignité et la nécessité de la respecter. Attention aux vents qui tournent, ils peuvent apporter le pire comme le meilleur.

*

« Le mouvement allemand anti-islamique Pegida est un vampire que nous devons tuer », par Timothy Garton Ash

5476893

Capture d’écran du site du tabloïd allemand « Bild » qui publie une photo du fondateur du mouvement anti-islam Pegida, Lutz Bachmann, posant en Adolf Hitler. (Bild.de / Francetvinfo). Suite au scandale, il a démissionné.

*

Voici ma traduction du texte de Timothy Garton Ash paru dans le Guardian le 18 janvier 2015. Les notations entre crochets […] sont de moi.

Alors que la suspicion envers les musulmans augmente en Allemagne et en France, le danger d’une spirale vicieuse est palpable. Il nous faut contrer cette xénophobie maintenant – avant qu’il ne soit trop tard.

*

« Non, non, sûrement pas. Par-dessus tout le reste, pas ça. Trois jours avant l’assassinat d’un jeune Érythréen à Dresde, une croix gammée avait été barbouillée sur la porte de son appartement. Le soir où il a été poignardé à mort, lundi dernier, le mouvement islamophobe déjà bien connu dans le monde sous le nom de Pegida avait tenu sa plus grande manifestation à ce jour dans cette belle ville sur l’Elbe. Et il n’y a pas que l’Allemagne. Alors qu’un complot terroriste islamiste a été déjoué en Belgique juste après le massacre à Charlie Hebdo, les politiciens d’extrême-droite cherchent à ramasser des votes à travers l’Europe sur la xénophobie et le rejet de l’immigration. Il y a un réel et bien présent danger de spirale descendante, dans laquelle des minorités radicalisées, musulmanes et anti-musulmanes, entraîneront des majorités anxieuses, non-musulmanes et musulmanes, dans la mauvaise direction. Seul peut l’en empêcher un effort conscient et quotidien de chacun de nous.

Heureusement le cas de Dresde n’est pas, jusqu’à présent, représentatif de toute l’Allemagne. Dresde se trouve au cœur pittoresque d’un coin tout à fait inhabituel de l’ex-Allemagne de l’Est. Contrairement à la plupart des grandes villes allemandes, elle connaît un faible niveau d’immigration, et peu d’expérience de vivre avec la différence culturelle. À l’époque communiste, on appelait ce coin « la vallée des désemparés », parce que ses habitants ne pouvaient pas recevoir les chaînes de télévision ouest-allemandes. Il semble que jusqu’à présent la plupart des participants aux manifestations de Pegida soient d’âge moyen, et donc formés par une vie abritée dans l’ancienne Allemagne de l’Est.

Depuis l’unification, la Saxe connaît un vote particulièrement élevé pour les partis d’extrême-droite, dont un choquant 9,2 % pour le NPD (Nationaldemokratische Partei Deutschlands) [parti néonazi] aux élections parlementaires en 2004.

Les manifestants ont pris le chant de la révolution de velours de 1989, Wir sind das Volk, et lui ont donné un sens tout à fait différent : non pas « Nous sommes le peuple » aspirant à l’autodétermination démocratique, mais « Nous sommes le Volk », ethniquement défini, comme dans la bouche d’Adolf Hitler [et de Heidegger]. Le titre même du mouvement a un parfum d’anachronisme. Pegida signifie Patriotische Europäer Gegen die Islamisierung des Abendlandes, habituellement traduit par : les Européens patriotiques contre l’islamisation de l’Occident.

Mais Abendland est un mot ancien très connoté, signifiant littéralement « Terre du soir » (c’est-à-dire là où le soleil se couche). Oswald Spengler l’a utilisé dans son monumental essai après la Première guerre mondiale sur le pessimisme culturel allemand, Der Untergang des Abendlandes, faiblement traduit par Le déclin de l’Occident. Le terme « Européens patriotiques » porte aussi un étrange mélange de timidité culturelle et d’affirmation de soi. Que Dieu nous aide, on sent qu’ils veulent presque dire : chrétiens. Oh oui, et blancs – blancs avec des bords bruns.

Et qui, pourrions-nous demander, sont les Européens non-patriotiques ? L’un des organisateurs de Pegida, Thomas Tallacker, a posté sur Facebook en 2013 : « Que devons-nous faire avec les hordes à 90 % incultes qui exploitent notre bien-être et saignent notre état social ? » Et, après une attaque au couteau locale : « Sûrement encore un Turc Ramadan dérangé ou affamé ». Pendant des années, Tallacker a été membre du conseil municipal de la célèbre ville où se fabrique la porcelaine de Meissen, représentant le parti d’Angela Merkel, l’Union chrétienne-démocrate.

De retour à Paris, Jean-Marie Le Pen a twitté la semaine dernière, en anglais : « Keep calm and vote Le Pen ». Le fait que le gars musulman sympathique et poli qui livrait des pizzas (comme le fit l’un des frères Kouachi) s’avère être un assassin islamiste est en lien avec la suspicion montante des gens dits ordinaires envers les musulmans. Les mosquées britanniques et les centres islamiques ont signalé une forte augmentation des messages menaçants. Selon une étude commandée par la fondation Berteslmann, une proportion choquante de 57 % des Allemands non-musulmans voit maintenant les musulmans comme une menace.

Et il y a autour de ça beaucoup de politiciens, de journalistes et d’agitateurs pour brasser cette suspicion. Nigel Farage de l’UKIP a même parlé d’une «cinquième colonne» au sein de son peuple anglais. (Ou de son Volk ?)

Tout ceci produira à son tour davantage d’angoisse parmi les musulmans européens, et si nous n’y prenons garde, davantage de radicalisation parmi une petite minorité d’entre eux. Ironie du sort, la manifestation Pegida de lundi a été annulée après ce qui semble être une menace djihadiste à l’un de ses dirigeants. Les symptômes de la radicalisation comprennent une augmentation des attaques antisémites, qui semblent maintenant venir davantage des extrémistes musulmans que de l’antisémitisme à l’ancienne des « Européens patriotiques » barbouilleurs de croix gammées. Il est horrible d’entendre des juifs français, membres de l’une des plus grandes et des plus anciennes populations juives d’Europe, dire qu’ils ne se sentent plus en sécurité en France. Ces attaques antisémites alimentent plus de suspicion et la peur des musulmans, qui à son tour…

Comment pouvons-nous arrêter la spirale vicieuse ? Traditionnellement, les partis européens de centre-droit, tels que la CDU et les conservateurs, ont viré vers la droite pour reconquérir ces électeurs.

Jusqu’à un certain point, c’est légitime. Mais au-delà de ce point, il faut faire ce que la chancelière Merkel a maintenant fait et dit : assez – n’allons pas plus loin. Les messages délivrés par les hommes politiques sont importants. De même que ceux que nous entendons de la part des responsables religieux, et que la façon dont ces histoires sont couvertes par les médias. Et pour finir, c’est nous, les citoyens, que cela concerne. Le dimanche suivant les attaques à Charlie Hebdo, plus de 3 millions de personnes ont donné dans les rues de France un magnifique exemple de la façon dont une grande nation européenne – en fait, permettez-moi de dire en tant qu’Anglais, la grande nation européenne par excellence – répond à un tel défi. Français et Françaises musulmans ont remis des roses blanches à leurs concitoyens et concitoyennes juifs, chrétiens et athées. Ensuite, ils se sont unis pour chanter la Marseillaise, l’hymne national le plus vibrant du monde.

Mais c’était seulement un dimanche. C’est sur tous les autres jours, les jours de travail et les jours gris, que la lutte pour faire une Europe de nations civiques et inclusives, sera gagnée ou perdue. À son retour de la démonstration d’unité à Paris, David Cameron a noté une pancarte qu’il avait vue. On y lisait Je suis Charlie, Je suis flic, Je suis juif. Il y manquait une ligne : Je suis Ahmed. Car l’un des policiers tués par les frères Kouachi était un musulman français nommé Ahmed. #Je Suis Ahmed a émergé comme hashtag sur Twitter pour compléter, et non pour rivaliser avec, #Je suis Charlie, et j’ai immédiatement commencé à l’utiliser ainsi.

Sans jamais transiger sur les essentiels d’une société ouverte, y compris sur la liberté d’expression, nous, Européens non-musulmans, devons continuer à envoyer ces petits signaux à nos compatriotes musulmans européens, à la fois en ligne et dans nos interactions personnelles de tous les jours. Le meilleur signal de tous est celui qui indique qu’aucun signal explicite n’est nécessaire. C’est ce qui arrive la plupart du temps dans une ville comme Londres : on prend juste pour acquis que les musulmans anglais sont aussi anglais que n’importe qui d’autre – et qu’en vérité il n’y a pas de « eux », mais seulement un plus grand, glorieusement mélangé et complexe « nous ». C’est ainsi que nous allons gagner le plébiscite chaque jour. Et c’est ainsi que nous verrons disparaître un vampire nommé Pegida. »

*

De bonnes nouvelles malgré les troubles

À Brest, la mosquée a été recouverte d’une guirlande de cœurs par des habitants, de façon anonyme, en signe de fraternité avec les musulmans. L’opération a été reprise par l’association Coexister sur d’autres mosquées (17 dans 8 villes), comme à Clichy, au Kremlin-Bicêtre, à Angers, et sur la mosquée et la synagogue de Strasbourg.

Au Mans, deux prêtres sont allés spontanément « garder » la mosquée vendredi en se postant devant son entrée, dans la rue, pendant toute la prière.

La nationalité française a été accordée à Lassana Bathily, musulman malien qui avait spontanément mis à l’abri les clients de l’épicerie casher porte de Vincennes.

À Paris, une étudiante de l’École des Barreaux, agressée verbalement – parce qu’elle était voilée – par un avocat venu donner un cours de droit, a été soutenue par tous ses camarades. Le directeur de l’école a aussitôt congédié l’avocat hystérique.

À Paris, la manifestation islamophobe qui devait se tenir ce dimanche, organisée par Riposte Laïque en lien avec le mouvement allemand Pegida (qui a causé la mort d’un homme), a été interdite, suite aux appels du MRAP et de militants antifascistes.

Plus de 60 millions de Français ne se sont pas précipités pour acheter Charlie Hebdo, le dérisoire credo de ces temps.

La Cour Pénale Internationale ouvre un « examen préliminaire » à une enquête pour crimes de guerre israéliens l’été dernier en Palestine.

J’en oublie sûrement, et les mauvaises nouvelles sont plus visibles, mais bon, ce qui est bon est bon.

*

Le chagrin des pauvres, et Charlie, au bout de sa morgue

Des morts. Des dizaines de blessés. Des manifestants en colère. Des drapeaux français brûlés. Tout ça pour quoi ? Était-il vraiment nécessaire de heurter les musulmans une fois de plus, ils ne souffrent pas assez dans ces pays, ils ne sont pas assez opprimés, il faut vraiment les enfoncer encore, du haut de notre prospérité ? Il fallait vraiment satisfaire l’orgueil des dessinateurs et autres revanchards, ça vaut plus que tout ? Plus que le chagrin des pauvres, plus que la vie ? Je l’ai dit, je ne considère pas que le blasphème doive être jugé par les hommes, mais ici en vérité c’est moins la question du blasphème qui est en jeu que celle de l’arrogance d’une petite bande d’Occidentaux, de Français ex-colons, qui s’arrogent le droit de se moquer, à travers leur Prophète, d’hommes et de femmes qui sont humiliés depuis très longtemps par les tribulations de l’histoire, particulièrement à vif en ce moment. Et nous aussi les Français nous sommes pris en otage par le petit jeu puéril et malsain d’une élite parisienne médiatico-intellectuelle pleine de mépris pour ce qui n’est pas comme elle, et qui ne veut pas voir plus loin que le bout de sa morgue, et s’obstine dans des attitudes et des agissements qui n’amènent que du malheur.

*

La vie d’un homme ne vaut-elle pas celle d’un autre ?

Si un seul des caricaturistes de Charlie Hebdo avait été tué, l’émotion aurait été considérable aussi. Toute la presse en aurait parlé, toute la classe politique se serait emparée du sujet. Rappelons-nous par exemple l’émotion suscitée par l’assassinat de Daniel Pearl. Car ces assassinats sont aussi symboliques : à travers des dessinateurs de presse ou des journalistes, c’est la liberté d’expression qui est visée.

Au début de cette semaine à Dresde, un jeune réfugié érythréen et musulman a été poignardé à mort par des néo-nazis. La presse allemande et la presse britannique en parlent longuement, mais en France personne n’en parle. Ni les médias généralistes, ni même les médias musulmans (je n’en ai trouvé référence que sur une page d’antifas, Soyons sauvages). Cet assassinat n’est-il pas pourtant lui aussi hautement et dramatiquement symbolique ?

Pourquoi ce mutisme ? Les Français seraient-ils pris d’une frénésie de ne pas voir ? De se raccrocher, pour ou contre, à un seul mot d’ordre et de ne plus rien voir qui n’entre pas dans le cadre de ces œillères ? Nous avons beau chanter, ou refuser de chanter, la Marseillaise, nous ne pouvons pas, saisis par la peur malgré nos dénégations, nous replier sur nous. Il nous faut voir le tableau de plus loin. La montée des néo-nazismes dans toute l’Europe. Ne pas voir l’assassinat de Khaled Idris est un signe de xéno-indifférence, d’indifférence à ce qui ne touche pas directement la France, à ce qui ne semble pas nous toucher directement, de quelque bord que nous soyons dans ce drame. De la xéno-indifférence à la xénophobie, il n’y a qu’un pas. Ouvrons les yeux, toute l’Europe marche sur la même falaise, et le bord n’est pas loin.

*