Mort sur pieds. Arlequin. Et « Crépuscule » d’Apollinaire

Le bout de bois (56x28 cm) trouvé dans la rue, une fois repeint à l'acrylique, est devenu "Arlequin"

Le thème pictural de la jeune fille et la mort, dans lequel un squelette enlace une jeune fille joliment en chair, me vient à l’esprit quand je vois dans les médias de vieilles célébrités délibérément squelettiques, dans leur désir de ressembler à de minces filles prébubères. Je dis filles car je ne vois pas d’hommes s’affamer à ce point par coquetterie. Peut-être y en a-t-il, mais ce sont essentiellement des femmes qui s’affichent en cet état morbide. On peut dire que le squelette qui enlaçait les jeunes filles dans la peinture les a soumises : comme on vend son âme au diable, elles vendent leur chair à la mort – et les deux ventes, les deux marchés, vont de pair. Faust et Dorian Gray forment couple (Macron-Trogneux, BHL-Dombasle, etc.). Ils sont deux faces d’une même médaille, comme boulimie et anorexie. Tristes modèles promus par les médias, si dommageables pour la condition des femmes, et pour la condition humaine. J’en entends un écho dans le « Crépuscule » de Guillaume Apollinaire, que voici.

Crépuscule

À Mademoiselle Marie Laurencin.

Frôlée par les ombres des morts
Sur l’herbe où le jour s’exténue
L’arlequine s’est mise nue
Et dans l’étang mire son corps

Un charlatan crépusculaire
Vante les tours que l’on va faire
Le ciel sans teinte est constellé
D’astres pâles comme du lait

Sur les tréteaux l’arlequin blême
Salue d’abord les spectateurs
Des sorciers venus de Bohême
Quelques fées et les enchanteurs

Ayant décroché une étoile
Il la manie à bras tendu
Tandis que des pieds un pendu
Sonne en mesure les cymbales

L’aveugle berce un bel enfant
La biche passe avec ses faons
Le nain regarde d’un air triste
Grandir l’arlequin trismégiste

Guillaume Apollinaire, Alcools, 1913
*

J'avais trouvé ce bout de bois peint jeté dans la rue, je l'ai récupéré, repeint

J’avais trouvé ce bout de bois peint jeté dans la rue, je l’ai récupéré, repeint


Le bout de bois (56x28 cm) trouvé dans la rue, une fois repeint à l'acrylique, est devenu "Arlequin"

Le bout de bois (56×28 cm) trouvé dans la rue, une fois repeint à l’acrylique, est devenu « Arlequin »


arlequin 2-min

Enchanteresse, l’exposition « Le rêveur de la forêt » au musée Zadkine

le reveur de la foret

Il y avait longtemps que je n’étais retournée au musée Zadkine, lieu enchanteur par lui-même, atelier et jardin du sculpteur. Cette exposition m’y a appelée, avec son intitulé (inspiré de Zadkine) et ses artistes annoncés. Et je n’ai pas été déçue : un moment de grâce dans ce petit espace légèrement retiré, auquel je vous convie par ces quelques images d’œuvres (il y en a d’autres) à contempler sur place si vous pouvez y aller, ou du moins ici.

*

le reveur de la foret 1-minDans la première pièce, la forêt des silhouettes de Zadkine

*

le reveur de la foret 2-min

le reveur de la foret 3-min

*

le reveur de la foret 4-min

le reveur de la foret 5-min

*

le reveur de la foret 6-min

le reveur de la foret 7-min

*

le reveur de la foret 8-min

le reveur de la foret 9-min

*

le reveur de la foret 10-min

le reveur de la foret 11-min

*

le reveur de la foret 12-min

le reveur de la foret 13-min

*

le reveur de la foret 14-min

le reveur de la foret 15-min

*

le reveur de la foret 16-min

le reveur de la foret 17-min

*

le reveur de la foret 18-min

le reveur de la foret 19-min

*

le reveur de la foret 20-min

le reveur de la foret 21-min

*

le reveur de la foret 22-min

le reveur de la foret 23-min

*

le reveur de la foret 24-min

le reveur de la foret 25-min

le reveur de la foret 26-min

*

le reveur de la foret 27-min

le reveur de la foret 28-min

*

le reveur de la foret 29-min

le reveur de la foret 30-min

*

le reveur de la foret 31-min

le reveur de la foret 32-min

*

le reveur de la foret 33-min Hier au musée Zadkine, photos Alina Reyes

*

Voir la présentation de l’exposition sur le site du musée

*