Journal du jour

Armada de jeunes bénévoles du Secours catholique dans mon quartier aujourd’hui, interpellant les passants. Je leur ai demandé si ça ne les dérangeait pas de servir cette institution, en leur rappelant notamment les faits mentionnés dans ma note d’hier. Merveilleuse réponse : le Secours catholique n’a rien à voir avec l’église catholique. J’ai eu pitié d’eux, acculés à se démarquer de l’Église, comme, souvent, on demande aux musulmans de se démarquer des islamistes. La différence c’est que l’islamisme est une perversion de l’islam, nullement représentative de l’islam, alors que l’église de Rome est la représentation officielle du catholicisme et qu’elle y fait bel et bien la loi pour tous les catholiques. Et je sais bien que ces jeunes veulent bien faire, mais ils se font manipuler, en servant au nom d’une bonne cause une institution incorrigiblement criminelle.

Catholique ou pas, qui manipule les adultes, mentalement ou physiquement, est capable aussi de faire plus ignoble encore, manipuler les enfants – comme l’a multi-démontré l’église. Ils n’ont pas d’autre choix que les chaînes de la manipulation parce qu’ils se sont d’entrée de jeu excommuniés de la vérité, ils sont ligotés dans le mensonge et ne voient d’autre possibilité d’en sortir que toujours plus de manipulations, de manipulations de plus en plus ignobles. Il n’y a pire esclaves que les prisonniers du mensonge, les hypocrites, ceux qui avancent masqués, ceux qui sont cadenassés dans la loi du silence, ceux qui se sont rejetés comme de l’Éden du rapport de vérité et de confiance avec autrui. Ils feraient bien de méditer la parole du Christ « la vérité vous rendra libres » et de s’y convertir, de se détourner du mensonge, d’y renoncer en l’exprimant ouvertement et avec force, et de franchir le pas qui les sépare de la vérité en la disant, clairement.

Libé a gerbé

Barbarin et d’autres ont dû s’expliquer devant la justice pour non-dénonciation de crime. Le torchon Libération ne trouve rien de mieux à faire que de célébrer le 8 mars en publiant la lettre d’un violeur, affichée en une et dans laquelle il excuse son crime, au prétexte de l’expliquer. Libération devrait être poursuivi pour non-dénonciation de crime, et en plus pour apologie de crime, de crime contre l’humanité.
Ce journal n’est plus lu. Sa tactique est la même que celle de Charlie Hebdo quand Val en prit les commandes et fit de l’islamophobie son argument de vente. Libé choisit d’insulter les femmes, c’est moins risqué. Mais tout aussi mal calculé. La sanction sera plus lourde et plus longue que le bénéfice d’un buzz.

Screenshot_2021-03-08 Rokhaya Diallo ( RokhayaDiallo) Twitter

Screenshot_2021-03-08 Marie Turcan sur Twitter

Screenshot_2021-03-08 Libération sur Twitter(4)

Screenshot_2021-03-08 Libération sur Twitter(3)

Screenshot_2021-03-08 Libération sur Twitter(2)

Qui a falsifié Homère ?

En novembre 2000, j’ai donné dans le cadre de l’Université de tous les savoirs une conférence que j’ai intitulée « 2001, l’Odyssée d’Éros. Entre monts et merveilles, répression et régression ». J’y comparais le destin de l’humanité en ce début de vingt-et-unième siècle au voyage d’Ulysse dans un monde comparable à notre univers dit virtuel. Quelques années plus tard, alors que j’avais une relation virtuelle avec Philippe Sollers, je lui parlai de l’Odyssée. Il réagit par l’ironie – c’était sa façon de ne pas accepter que je puisse penser, de se placer très au-dessus tout en me rabaissant comme, je le compris beaucoup plus tard, il l’avait déjà fait à mon insu en embauchant des copains et copines pour dénigrer mon travail dans la presse ou à la radio (notamment pour Au corset qui tue, Quand tu aimes, il faut partir, Lilith, Ma vie douce, La Vérité nue…). Sur le moment j’ai laissé pisser, les vanités de certains bonshommes me faisant plutôt sourire, sans vraiment m’atteindre. Mais aujourd’hui je ne souris plus en songeant que le bonhomme en question pourrait bien se tenir, par l’idée, non seulement derrière Sylvain Tesson et son livre ni fait ni à faire sur Homère, mais aussi derrière cette série d’Arte qui falsifie complètement le sens de l’œuvre du poète, comme je l’ai montré hier.

Il y a très longtemps que je me désintéresse du triste Sollers, n’ayant que trop vu ce qu’il y avait derrière la façade. Mais le soupçon m’étant venu de sa manipulation autour d’Homère, j’ai fait un tour sur Google, voir où il en était. Et j’ai vu qu’il était l’auteur d’un « éloge du porc » dans lequel il dit notamment « demandez donc à ma femme de vous préparer un rôti de porc ». Tellement élégant. Il a vanté le porc au moment de #BalanceTonPorc, déclarant à France Inter (où il disait aussi, tout récemment, qu’il faut se taire sur les affaires privées, même en cas de harcèlement ou d’inceste – décidément cette radio, qui embaucha aussi Sylvain Tesson pour dire n’importe quoi sur Homère, n’est pas dégoûtée) que « la Française a baissé de niveau depuis le XVIIIe siècle ». Se sent-il donc visé comme porc, pour produire cet éloge où se mirer ? Le vieux notable se croit malin en affichant son beaufisme, ajoutant au sexisme le racisme d’une allusion aux religions qui interdisent la consommation de porc parce qu’elle serait, selon lui, érotique (l’érotisme des catholiques, il est vrai, se porte plus sur les enfants, qu’ils prennent pour des rôtis du dimanche – mais chut, il ne faut pas en parler). Quelle intention derrière cet éloge du porc, comme derrière l’affichette apposée en vitrine de tel restaurant de quartier, tout près de la Grande mosquée de Paris : « ici on aime le porc » ? La question elle est vite répondue, comme dit le génie des réseaux.

N’est-ce pas la même intention qui se cache derrière cette série d’Arte qui réussit à faire ce que Circé n’a pu faire : transformer Ulysse en porc ? Plus explicitement : transformer le pieux Ulysse en athée acharné à « libérer » les hommes du divin ? Quels esprits s’agit-il de « libérer » ainsi, en vérité d’endoctriner ? Ceux du grand public, et des collégiens auxquels la série est destinée – les collégiens non-croyants qu’il s’agit de conforter dans leur rejet de la foi et des croyants, et bien sûr les collégiens croyants, et spécialement les collégiens musulmans. La ficelle est très grossière, à l’image du manipulateur. Si ce n’est Sollers, c’est l’un de ses semblables – ils sont légion dans le milieu, où n’ont droit de cité que ceux et celles qui sont comme eux, copains comme cochons. Et trop bêtes pour se rendre compte qu’à vouloir ainsi forcer les esprits, ils ne font que la même politique que ceux qu’ils entendent combattre, les islamistes intégristes, et renforcent les autres dans le rejet de leur idéologie frauduleusement dominante. On n’instaure pas la liberté en minant le pays de pièges, en régnant par le mensonge, le mépris, les coups bas, les falsifications. On n’instaure pas la liberté, on l’invite, et pour cela on nettoie la maison, on débroussaille, on déterre les cadavres intellectuels, on fait place à la lumière, que certains écrivent Lumière – et c’est bien leur droit.

Scandale de la série « Les Grands mythes » sur Arte : Ulysse changé en porc, Homère falsifié (note actualisée)

« Ce qui reste évident, c’est la piété des personnages de L’Odyssée. » Louis Bardollet, en postface de sa traduction du poème d’Homère

Arte a produit et diffuse une série de dix heures destinée aux élèves des collèges et au grand public, dans laquelle l’épopée d’Ulysse est très explicitement présentée comme celle d’un « homme qui défiait les dieux », un homme en butte à l’opposition de Zeus et qui n’aurait eu de cesse de vouloir libérer les hommes des dieux. Un invraisemblable mensonge, une incroyable propagande idéologique, qui détourne ces œuvres capitales de la littérature mondiale que sont L’Iliade et L’Odyssée pour, grossièrement, promouvoir l’athéisme – mais qui pourrait, dans l’esprit des croyants, être aussi bien interprété comme une critique du polythéisme, et donc les renvoyer dans un monothéisme radical.

Voyons les faits. Nul n’est besoin de se livrer à une analyse détaillée des textes homériques pour démontrer la falsification que constitue la série d’Arte. Homère a parfaitement exprimé l’alliance absolue entre les hommes et les dieux, et spécialement entre Ulysse et Athéna, entre Ulysse et le divin en général. Il suffit de constater le soin avec lequel il a encadré son Odyssée sur ce sujet. Dès les tout premiers vers, il est précisé qu’Ulysse est le seul rescapé de son équipage parce qu’il est aussi le seul à avoir respecté l’interdit de manger des bœufs du dieu, malgré la faim. Puis, quelques vers plus loin, Zeus affirme son soutien à Ulysse, qu’il qualifie de « divin, si généreux en hécatombes pour les dieux », et sa volonté, dite devant l’assemblée des dieux, de faire en sorte qu’il rentre sain et sauf chez lui, comme le demande Athéna. Et voici ce que précise encore Homère dans les tout derniers vers du texte (ma traduction) :

Athéna aux yeux brillants de chouette dit à Ulysse :
« Nourrisson de Zeus, fils de Laërte, Ulysse aux mille adresses,
Retiens-toi, cesse le combat dans cette guerre commune,
Que ne s’irrite pas le Cronide, Zeus qui voit au loin. »
Ainsi parle Athéna, et il obéit, la joie au cœur.

Arte défigure le personnage d’Ulysse, inverse radicalement le sens des poèmes homériques, trahit l’auteur, Homère, qui n’est certes plus là pour se défendre mais qui a encore au moins une amie pour le faire. Ce que Circé n’a pu faire, transformer le divin Ulysse en porc, Arte le fait. La bêtise marque tout son documentaire, auquel on peut aussi reprocher ses approximations, son saucissonnage de références non référencées, et l’énorme niaiserie de son ton. Même à des tout-petits, je n’ai jamais parlé sur un ton aussi niais. La « pédagogie » qui s’en dégage, outre qu’elle est complètement dédiée au mensonge et à la tromperie, me rappelle tout ce que j’ai combattu pendant les quelques mois où j’ai été prof de lettres : le genre de pédagogie pénétrée de l’idée que les élèves sont bêtes, qu’il faut donc abêtir l’enseignement qu’on leur prodigue – et qu’on a soi-même reçu dans l’institut de formation des enseignants, d’où toute réflexion sérieuse sur le sens des œuvres est bannie, si bien que beaucoup d’enseignants l’oublient aussi.

La psychiatre Marie-France Hirigoyen rappelle dans une interview récente que les abuseurs commencent toujours par un « lavage de cerveau » pour installer sur leurs victimes l’emprise qui leur facilitera la tâche. Le lavage de cerveau que constitue cette série est le fait d’abuseurs désireux d’imposer leur emprise sur de jeunes esprits, ou sur des esprits peu informés du sujet dont il est question. La technique est la même que celle des tyrans politiques ou religieux, moyennement instruits – assez pour manipuler la pensée, pas assez pour la servir. Qu’elle passe ici par le détournement de textes majeurs, fondateurs de notre civilisation, l’apparente aux détournements qu’on a pu faire ou qu’on fait encore des textes de Nietzsche, de Marx, de la Bible ou du Coran, entre autres. En servant le mensonge, elle enrôle malgré eux des esprits innocents dans l’armée du mensonge, elle-même au service de la mort et de la négation de l’humanité. Comme les abus sexuels, les abus intellectuels peuvent détruire des vies ; avec de l’aide, on peut aussi y survivre et plus ou moins guérir, mais le processus est long et douloureux. Le mal commis est considérable.
Louis Bardollet dit aussi, à propos d’Homère :

« D’une sensation de mouvement, d’agitation sans fin, il arrive à une sensation tout interne d’un corps vigoureux, ignorant cette fatigue des muscles, des tendons, des os, croirait-on, qui est en nous la lassitude. Cette façon de transcender la sensation pure fait jaillir la poésie, et c’est ainsi qu’on accède au divin. »

Sans doute est-ce là une remarque un peu plus subtile à présenter aux élèves que l’idée d’un héros qui défie les dieux, mais c’est par la subtilité, divine qualité d’Ulysse, qu’on élève les esprits, qu’on leur apprend à penser, à penser par eux-mêmes et non pas à penser selon la pensée toute faite, toute bête, voire toute mensongère, qu’on leur sert. Et qu’on leur apprend, surtout, à respecter la vérité des faits, dont celle des textes. À respecter les êtres humains.

*
actualisation 7 mars 2021 : Je me rends compte qu’en fait, tout en prétendant, dans sa description, être « fidèle » à l’œuvre d’Homère, la thèse de cette série est issue, non de l’épopée d’Homère, mais du manga Ulysse 31, dans lequel Ulysse est en effet confronté à l’hostilité de Zeus qui veut le punir – à l’inverse, comme je l’ai aisément montré, de ce qu’il en est dans l’Odyssée. Arte ! C’est à désespérer de la télévision publique, et de son utilisation de l’argent public, qui a manifestement servi à nourrir quelques amis. Alors que quelque temps plus tôt la chaîne avait renoncé à rediffuser et distribuer sous DVD la magnifique et fidèle adaptation de l’œuvre signée de Franco Rossi, qu’on peut du coup visionner sur Youtube et que je présente ici.

*

Screenshot_2021-03-13 Le crépuscule des Dieux Les grands mythes - L'Odyssée Episode 10 ARTE - YouTubeScreenshot_2021-03-13 Le crépuscule des Dieux Les grands mythes - L'Odyssée Episode 10 ARTE - YouTube(1)