Le Crif, infréquentable et pourtant très couru

Clément Méric, jeune étudiant mort le 5 juin 2013 sous les coups de néonazis armés de coups de poing américains.

Rémi Fraisse, jeune militant écologiste mort le 26 octobre 2014, tué par la police qui harcelait depuis des semaines, armée d’explosifs, les zadistes de Sivens, victimes parmi tant d’autres des violences policières, qui tuent régulièrement.

Khaled Idris, jeune réfugié érythréen musulman, poignardé à mort le 12 janvier 2015 à Dresde après une manifestation du mouvement islamophobe Pegida. Des croix gammées avaient été peintes sur sa porte.

Mohamed El Makouli, ressortissant marocain mort le 15 janvier 2015 à Carpentras sous les coups de couteau d’un homme qui l’a tué en faisant référence à la religion de sa victime.

Deah Shaddy Barakat, Yusor Abu-Salha, Razan Abu-Salha, étudiants musulmans tués le 10 février 2015 à Chapel Hill, en Caroline du Nord, par un ennemi des religions.

Profanation du cimetière juif de Sarre-Union et de cimetières chrétiens par des non-musulmans, profanation d’un nombre toujours grandissant de mosquées par des fascisants de toutes sortes, sauf musulmans.

Lassana Bathily, jeune sans-papiers musulman sauveur de juifs à l’Hyper Cacher de Vincennes le 9 janvier 2015.

« Toutes les violences aujourd’hui sont commises par de jeunes musulmans. » Roger Cukierman, président du Crif, stigmatiseur de musulmans le 23 février 2015 sur Europe 1. Par ailleurs selon lui, Marine Le Pen est « irréprochable », quoiqu’elle soit « infréquentable » à cause de son père. Sarkozy, Hollande et autres huiles seront présents ce soir au traditionnel dîner du Crif, institution décidément infréquentable.

*

État du monde en trois faits

http://youtu.be/99DVHs2ybTU

« Quelle raison a bien pu entraîner autant de violence contre l’enfant ? La réaction des agents de sécurité surprend tant elle est largement disproportionnée à l’infraction constatée : le jeune voyageait sans ticket dans le train.
Un témoin de la scène a affirmé au quotidien suédois Sydsvenskan que les images ne rendaient pas toute la violence de l’interpellation. « On ne peut pas ressentir ce que font les cris du garçon implorant à l’aide, sa prière et le bruit sourd de son crâne contre le sol en pierre », a-t-il raconté. » L’article entier sur saphirnews.com

*

« Le 18 janvier, deux jours après la sortie de American Sniper, le dernier film de Clint Eastwood, Michael Moore a tweeté : « Mon oncle a été tué par un sniper durant la Seconde guerre mondiale. On nous a appris que les snipers étaient des lâches qui vous tirent dans le dos. Les snipers ne sont pas des héros. Et les envahisseurs sont encore pires », suivi de : « Mais si vous êtes sur le toit de votre maison pour la défendre contre des envahisseurs qui ont fait 10 000 bornes, vous n’êtes pas un sniper, vous êtes un brave, un voisin ». La riposte de la droite ne s’est pas faite attendre. »
Michael Moore : « J’ai écrit ce que j’ai écrit parce qu’on commémorait ce week-end-là l’assassinat de Martin Luther King, et j’ai trouvé déplacé qu’un film intitulé American Sniper sorte au moment où nous honorions la mémoire d’un grand homme, justement tué par un sniper. Et si vous n’avez pas de problème avec ça, demandez-vous comment vous vous sentiriez si American Sniper 2 était présenté un 22 novembre [date de l’assassinat de Kennedy par un sniper]. » L’article et l’interview entiers à lire sur vice.com

*

« “En tant que juive, c’est douloureux de voir les limites de ce pays : l’absence de politique sociale, le racisme très fort, le gouvernement de droite dure, les disparités de classe, le système scolaire inégal… Dans ce petit pays, les jeunes cumulent trois boulots pour payer leurs études, c’est un pays rude où la plupart des gens sont dans la survie.” Il n’existe aucun chiffre officiel concernant les retours en France, mais Miléna connaît nombre de yerida – la “descente”.
“En général, les gens ne le disent pas trop quand ils rentrent, mais autour de moi il y a une quantité impressionnante de retours.” Pour sa part, elle poursuit sa quête. Elle ne se voit pas rester en Israël. Elle n’imagine pas non plus revenir en France, “un pays trop vieux, élitiste et hiérarchisé. Un pays rongé par une morosité terrible. Je n’ai pas envie de me sentir frustrée et enterrée à 26 ans. Après Jérusalem, je ne sais pas où j’irai… » L’article entier à lire sur lesinrocks.com

*

Tueurs tués

Le terroriste de Copenhague a été tué. Comme Merah, comme les frères Kouachi, comme Coulibaly. Qui est le plus satisfait de n’avoir pas à faire de procès ni de vérité sur ces affaires ? Les États occidentaux qui dirigent la police exécutrice, ou les commanditaires des terroristes, qui leur imposent un comportement suicidaire ?

Les terroristes œuvrent dans le même sens que les caricaturistes et autres auteurs qui alimentent l’islamophobie comme leurs pères dans les années 30 alimentèrent l’antisémitisme : ils détournent l’attention des vrais problèmes qui frappent les peuples, crise, chômage, corruption, sur lesquels un petit nombre prospère toujours plus. Sans bouc émissaire, la situation serait explosive. Il faut donc sans cesse convaincre les Européens « de souche » que la faute vient, non pas des puissants, mais des petites gens issues de l’immigration. On canalise leur angoisse, leur colère, leur ressentiment, contre l’islam – pendant que d’autres apportent à certains musulmans, selon le même principe, l’antique dérivatif européen de l’antisémitisme.

L’Europe s’étant stoppée elle-même, par ses horreurs incommensurables, dans sa « liberté d’expression » de l’antisémitisme, les juifs n’ont heureusement plus à supporter caricatures et livres ouvertement antisémites. Mais l’antisémitisme n’est pas mort. Certains l’exercent au prétexte de l’antisionisme, bien que antisionisme et antisémitisme ne soient aucunement équivalents. D’autres l’exercent contre les musulmans, autres sémites – et pour ne pas être taxés de racisme anti-Arabes, c’est-à-dire anti-Sémites, ils l’appellent islamophobie ou critique de l’islam. De là à pleurer sur l’éventualité de voir s’amenuiser les possibilités d’appeler à cette nouvelle haine antisémite, appelée liberté d’expression… Allons, les attentats terroristes, qui prétendent la combattre, la décuplent. Les djihadistes tueurs et les idéologues islamophobes, de même que les potentats pétroliers arabes, les industriels occidentaux et les colons israéliens, servent la même cause, celle des puissants pilleurs et accapareurs, qui cyniquement divisent les peuples pour mieux étouffer leurs possibilités de refuser la corruption, la tromperie et les abus des pouvoirs en place.

*

Liberté d’oppression

Certains craignent que le terrorisme islamiste conduise les créateurs à l’autocensure. Crainte justifiée. Mais c’est surtout au cœur des hommes que ces terroristes font du mal, en attisant l’islamophobie, le racisme, le rejet de ceux dont ils se prétendent les frères. Quant à la liberté d’expression, elle subit l’oppression d’un bien plus puissant et plus occulte terrorisme, celui de la doxa, comme dit Parménide, de l’opinion dominante, organisée pour entraver la marche et la manifestation de la pensée.

*

Fascisation en cours

Rêvé cette nuit que j’allais être interrogée, et possiblement emprisonnée, comme tous les musulmans de ce pays. Il fallait que je réfléchisse et prépare un autre mode de résistance.

Les arrestations de musulmans et d’enfants de musulmans pour « apologie du terrorisme », sur dénonciations, fussent-elles calomnieuses, l’attaque médiatique contre le lycée Averroès, lycée privé musulman élu en 2013 meilleur lycée de France pour l’excellence de ses résultats, l’enlèvement d’enfants à leurs parents musulmans sans enquête préalable des services sociaux, sont le résultat du 11 janvier, journée « Je suis Charlie » prétendument d’union nationale : accroissement antidémocratique de la stigmatisation, volonté d’intimidation et même de terrorisation d’une partie de la population. Avant la tuerie de musulmans perpétrée par la police à Paris le 17 octobre 1961, le pouvoir français avait décrété pour eux le couvre-feu. Le couvre-feu prend aujourd’hui une autre forme.

Quand je vivais dans le Sud-Ouest, en plein dans la période active de l’ETA, qui faisait de nombreuses victimes innocentes, il était de bon ton, dans toutes sortes de milieux, de soutenir leur action terroriste. Ceux qui approuvaient leur action ne s’en cachaient pas, la parole s’exprimait sans problème et d’autant mieux qu’elle ne rencontrait pratiquement pas de réplique – s’en prendre à l’ETA était même plutôt mal vu, vous faisait plutôt passer pour une sorte de conformiste politique. La police poursuivait bien sûr les membres de l’ETA, mais en aucune façon il n’était question de s’en prendre à l’ « apologie du terrorisme » qui s’exprimait sans complexe parmi les habitants. Ce qui se passe aujourd’hui avec les musulmans est clairement marqué du sceau du racisme d’État. Mais c’est aussi une guerre contre les pauvres. Pourquoi le pape a-t-il déclaré l’autre jour qu’il était beau qu’un père frappe ses enfants pour les punir ? Les enfants sont aussi, dans une société fascisante, le peuple qu’il faut réduire à l’état d’enfant, et d’enfant à « dresser » par la violence – toujours abusive.

Je me suis levée en chantant dans ma tête le beau chant pyrénéen avec son refrain « les montagnards sont là ». J’ai fini de lire cette nuit le très beau livre de Reinhold Messner, La montagne nue, dont je donnerai bientôt quelques passages, incha’Allah.

*

« De plus en plus de convertis à l’islam depuis les attentats »

La police et la justice continuent à arrêter abusivement des musulmans sur dénonciation ; l’édition, les médias, la librairie poussent à l’achat de livres islamophobes ; et ça marche. Ça flatte l’islamophobie avouée ou inavouée de beaucoup, mais ça a aussi d’autres conséquences. L’iniquité flagrante de ces procédés ne peut que pousser les justes à se ranger du côté des victimes de ce racisme, du racisme de tant de personnes au pouvoir, associées dans leur mauvais combat. Les convertis à l’islam sont de plus en plus nombreux. Les chiffres de délivrance d’attestations ont pu doubler, mais il faut compter aussi avec les convertis qui, comme moi, ne sont pas comptabilisés, n’ayant pas demandé l’attestation, qui n’est pas du tout obligatoire. « Nulle contrainte en religion », proclame le Coran, et c’est pourquoi, entre autres, je l’aime.

*

Délation et mensonge, persécution d’enfants, de Roms et de musulmans : le visage hideux d’une certaine France aujourd’hui

Des dizaines d’enfants, dont certains âgés de moins de dix ans, dénoncés par leur école et emportés par la police pour être interrogés. Un enfant de six ans, fils d’une convertie à l’islam, contraint de jouer le rôle de Kouachi abattant un policier. Les mensonges et les dénégations des adultes autour de ces affaires quand elles sont dévoilées. Le numéro 2 de l’UMP accusant faussement des dizaines d’enfants d’être en retard chaque matin à l’école à cause de la mosquée à laquelle leurs parents les emmèneraient. Un prêtre médiatique accusant sur une grande radio les classes populaires et les immigrés de se reproduire comme des lapins. Cinq enfants, dont deux bébés, enlevés brutalement à leur mère au motif que leur père est soupçonné de vouloir faire le djihad – alors qu’il cherche à s’installer dans son pays d’origine, la Tunisie, avec sa famille. À ces persécutions des musulmans, il faut ajouter celles faites aux Roms, obstinément chassés de leurs bidonvilles et jetés à la rue avec leurs enfants. Affaires emblématiques du maire refusant le permis d’inhumer un bébé rom au cimetière de sa commune, ou encore de l’ancien résistant rom de 89 ans, rescapé des camps de la Seconde guerre mondiale, violenté gratuitement par la police (affaire classée sans suite), de l’absence de représentation des Tziganes lors de la commémoration de la libération d’Auschwitz… Ce n’est pas l’histoire qui repasse les plats, c’est une partie des hommes qui s’obstine dans l’indignité. Et l’indignité commence avec l’indignité du discours. Le racisme et l’islamophobie, serinés à longueur de médias par des Zemmour, Charlie, Houellebecq, Finkielkraut et bien d’autres, ne sont pas des opinions, qui mériteraient respect et liberté d’expression. Ce sont des appels à la persécution, et elle ne manque pas de s’ensuivre, en premier lieu de la part des pouvoirs publics.

*

Pendant que la police interroge des enfants…

a

b c

J’ai trouvé le signalement de cette page facebook sur celle de Jean-Claude Lefort (dont j’ai repris une adresse à Manuel Valls ici sur mon blog en 2013). D’après les commentaires de ses lecteurs, en réponse à un premier signalement, Facebook a répondu que le contenu de la page (qui est tout entier de cet acabit) « n’était pas contraire à [leurs] standards ». Les signalements se sont multipliés mais la page est toujours toujours visible à cette heure.

*

Lire aussi sur le site de l’Union juive française pour la paix l’article de Schlomo Sand dont voici un passage :

« Il est bon, en effet, que dans la civilisation appelée, de nos jours, « judéo-chrétienne », il ne soit plus possible de diffuser publiquement la haine antijuive, comme ce fut le cas dans un passé pas très éloigné. Je suis pour la liberté d’expression, tout en étant opposé à l’incitation raciste. Je reconnais m’accommoder, bien volontiers, de l’interdiction faite à Dieudonné d’exprimer trop publiquement, sa « critique » et ses « plaisanteries » à l’encontre des juifs. Je suis, en revanche, formellement opposé à ce qu’il lui soit physiquement porté atteinte, et si, d’aventure, je ne sais quel idiot l’agressait, j’en serais très choqué… mais je n’irais pas jusqu’à brandir une pancarte avec l’inscription : « je suis Dieudonné ».

En 1886, fut publiée à Paris La France juive d’Edouard Drumont, et en 2014, le jour des attentats commis par les trois idiots criminels, est parue, sous le titre : Soumission, « La France musulmane » de Michel Houellebecq. La France juive fut un véritable « bestseller » de la fin du 19ème siècle ; avant même sa parution en librairie,Soumission était déjà un bestseller ! Ces deux livres, chacun en son temps, ont bénéficié d’une large et chaleureuse réception journalistique. Quelle différence y a t’il entre eux ? Houellebecq sait qu’au début du 21ème siècle, il est interdit d’agiter une menace juive, mais qu’il est bien admis de vendre des livres faisant état de la menace musulmane. »

et aussi, parce qu’il faut ouvrir les yeux sur toutes les responsabilités, celles des auteurs et celles de leurs lecteurs, et notamment parmi eux des pouvoirs publics et des médias qui les soutiennent, par exemple cette réflexion d’Yves Pagès dont voici un extrait :

« … à tout le moins l’équipe rédactionnelle de ce journal manquait de vigilance anti-fasciste (malgré sa culture libertaire d’origine) en ne dénonçant pas unanimement le discours raciste sous-jacent de Soumission. Bref c’est constater que, sur ce point précis – la vulgarisation insidieuse des discours arabophobiques – Charlie hebdo était assez conforme à l’air du temps, alimentant sans garde-fou ni discernement la confusion des esprits. »

*

Infamie

spiegelman-maus

*

Cette nuit j’ai eu du mal à m’endormir, à cause de ce que j’avais lu et entendu avant de me coucher. Entendu l’abbé de La Morandais, ce prêtre mondain qui écume les plateaux télé depuis une éternité, réduire les immigrés à des animaux, selon le raisonnement suivant : le premier organe sexuel de l’homme est le cerveau, contrairement aux animaux, qui l’ont plus bas. Or dans les milieux populaires, sans éducation, on « baisouille comme des lapins ». Les immigrés, précisait-il quelques minutes plus tard, baisent comme des lapins, d’où la nativité importante en France, mais comme on ne fait pas de statistiques ethniques on ne prend pas assez garde à la nature de cette croissance démographique, c’est un problème dont l’Europe devrait se soucier davantage. Voilà, c’était dit sur Europe 1, à combien de centaines de milliers ou de millions de gens ? * Et ce que j’ai lu, c’est l’histoire suivante : un jeune type entre dans une boulangerie, grille la file d’attente pour se faire servir. S’ensuit un accrochage verbal avec l’un des clients. Une fois le type parti avec son pain, et le client lui aussi servi, ce dernier va raconter à des CRS en poste devant la synagogue d’en face que le jeune type a dit des choses interdites, du style apologie du terrorisme. Quelques jours plus tard, la police retrouve le type dénoncé, il prend dix mois de prison ferme. Quoique les clients de la boulangerie nient les propos incriminés, parlant d’une simple dispute. Racisme le plus infect étalé sans état d’âme, délation et diffamation, assister chaque jour à cela dans son pays, c’est extrêmement triste. J’ai pensé à Maus, d’Art Spiegelman.

* Les paroles exactes de l’abbé de La Morandais : «La démographie européenne est menacée. On n’a pas le droit de demander quelle est la part des immigrés dans le taux de natalité français. Sujet tabou ! Et pourtant c’est une vraie question parce qu’eux ils se reproduisent comme des lapins.»

« Le mouvement allemand anti-islamique Pegida est un vampire que nous devons tuer », par Timothy Garton Ash

5476893

Capture d’écran du site du tabloïd allemand « Bild » qui publie une photo du fondateur du mouvement anti-islam Pegida, Lutz Bachmann, posant en Adolf Hitler. (Bild.de / Francetvinfo). Suite au scandale, il a démissionné.

*

Voici ma traduction du texte de Timothy Garton Ash paru dans le Guardian le 18 janvier 2015. Les notations entre crochets […] sont de moi.

Alors que la suspicion envers les musulmans augmente en Allemagne et en France, le danger d’une spirale vicieuse est palpable. Il nous faut contrer cette xénophobie maintenant – avant qu’il ne soit trop tard.

*

« Non, non, sûrement pas. Par-dessus tout le reste, pas ça. Trois jours avant l’assassinat d’un jeune Érythréen à Dresde, une croix gammée avait été barbouillée sur la porte de son appartement. Le soir où il a été poignardé à mort, lundi dernier, le mouvement islamophobe déjà bien connu dans le monde sous le nom de Pegida avait tenu sa plus grande manifestation à ce jour dans cette belle ville sur l’Elbe. Et il n’y a pas que l’Allemagne. Alors qu’un complot terroriste islamiste a été déjoué en Belgique juste après le massacre à Charlie Hebdo, les politiciens d’extrême-droite cherchent à ramasser des votes à travers l’Europe sur la xénophobie et le rejet de l’immigration. Il y a un réel et bien présent danger de spirale descendante, dans laquelle des minorités radicalisées, musulmanes et anti-musulmanes, entraîneront des majorités anxieuses, non-musulmanes et musulmanes, dans la mauvaise direction. Seul peut l’en empêcher un effort conscient et quotidien de chacun de nous.

Heureusement le cas de Dresde n’est pas, jusqu’à présent, représentatif de toute l’Allemagne. Dresde se trouve au cœur pittoresque d’un coin tout à fait inhabituel de l’ex-Allemagne de l’Est. Contrairement à la plupart des grandes villes allemandes, elle connaît un faible niveau d’immigration, et peu d’expérience de vivre avec la différence culturelle. À l’époque communiste, on appelait ce coin « la vallée des désemparés », parce que ses habitants ne pouvaient pas recevoir les chaînes de télévision ouest-allemandes. Il semble que jusqu’à présent la plupart des participants aux manifestations de Pegida soient d’âge moyen, et donc formés par une vie abritée dans l’ancienne Allemagne de l’Est.

Depuis l’unification, la Saxe connaît un vote particulièrement élevé pour les partis d’extrême-droite, dont un choquant 9,2 % pour le NPD (Nationaldemokratische Partei Deutschlands) [parti néonazi] aux élections parlementaires en 2004.

Les manifestants ont pris le chant de la révolution de velours de 1989, Wir sind das Volk, et lui ont donné un sens tout à fait différent : non pas « Nous sommes le peuple » aspirant à l’autodétermination démocratique, mais « Nous sommes le Volk », ethniquement défini, comme dans la bouche d’Adolf Hitler [et de Heidegger]. Le titre même du mouvement a un parfum d’anachronisme. Pegida signifie Patriotische Europäer Gegen die Islamisierung des Abendlandes, habituellement traduit par : les Européens patriotiques contre l’islamisation de l’Occident.

Mais Abendland est un mot ancien très connoté, signifiant littéralement « Terre du soir » (c’est-à-dire là où le soleil se couche). Oswald Spengler l’a utilisé dans son monumental essai après la Première guerre mondiale sur le pessimisme culturel allemand, Der Untergang des Abendlandes, faiblement traduit par Le déclin de l’Occident. Le terme « Européens patriotiques » porte aussi un étrange mélange de timidité culturelle et d’affirmation de soi. Que Dieu nous aide, on sent qu’ils veulent presque dire : chrétiens. Oh oui, et blancs – blancs avec des bords bruns.

Et qui, pourrions-nous demander, sont les Européens non-patriotiques ? L’un des organisateurs de Pegida, Thomas Tallacker, a posté sur Facebook en 2013 : « Que devons-nous faire avec les hordes à 90 % incultes qui exploitent notre bien-être et saignent notre état social ? » Et, après une attaque au couteau locale : « Sûrement encore un Turc Ramadan dérangé ou affamé ». Pendant des années, Tallacker a été membre du conseil municipal de la célèbre ville où se fabrique la porcelaine de Meissen, représentant le parti d’Angela Merkel, l’Union chrétienne-démocrate.

De retour à Paris, Jean-Marie Le Pen a twitté la semaine dernière, en anglais : « Keep calm and vote Le Pen ». Le fait que le gars musulman sympathique et poli qui livrait des pizzas (comme le fit l’un des frères Kouachi) s’avère être un assassin islamiste est en lien avec la suspicion montante des gens dits ordinaires envers les musulmans. Les mosquées britanniques et les centres islamiques ont signalé une forte augmentation des messages menaçants. Selon une étude commandée par la fondation Berteslmann, une proportion choquante de 57 % des Allemands non-musulmans voit maintenant les musulmans comme une menace.

Et il y a autour de ça beaucoup de politiciens, de journalistes et d’agitateurs pour brasser cette suspicion. Nigel Farage de l’UKIP a même parlé d’une «cinquième colonne» au sein de son peuple anglais. (Ou de son Volk ?)

Tout ceci produira à son tour davantage d’angoisse parmi les musulmans européens, et si nous n’y prenons garde, davantage de radicalisation parmi une petite minorité d’entre eux. Ironie du sort, la manifestation Pegida de lundi a été annulée après ce qui semble être une menace djihadiste à l’un de ses dirigeants. Les symptômes de la radicalisation comprennent une augmentation des attaques antisémites, qui semblent maintenant venir davantage des extrémistes musulmans que de l’antisémitisme à l’ancienne des « Européens patriotiques » barbouilleurs de croix gammées. Il est horrible d’entendre des juifs français, membres de l’une des plus grandes et des plus anciennes populations juives d’Europe, dire qu’ils ne se sentent plus en sécurité en France. Ces attaques antisémites alimentent plus de suspicion et la peur des musulmans, qui à son tour…

Comment pouvons-nous arrêter la spirale vicieuse ? Traditionnellement, les partis européens de centre-droit, tels que la CDU et les conservateurs, ont viré vers la droite pour reconquérir ces électeurs.

Jusqu’à un certain point, c’est légitime. Mais au-delà de ce point, il faut faire ce que la chancelière Merkel a maintenant fait et dit : assez – n’allons pas plus loin. Les messages délivrés par les hommes politiques sont importants. De même que ceux que nous entendons de la part des responsables religieux, et que la façon dont ces histoires sont couvertes par les médias. Et pour finir, c’est nous, les citoyens, que cela concerne. Le dimanche suivant les attaques à Charlie Hebdo, plus de 3 millions de personnes ont donné dans les rues de France un magnifique exemple de la façon dont une grande nation européenne – en fait, permettez-moi de dire en tant qu’Anglais, la grande nation européenne par excellence – répond à un tel défi. Français et Françaises musulmans ont remis des roses blanches à leurs concitoyens et concitoyennes juifs, chrétiens et athées. Ensuite, ils se sont unis pour chanter la Marseillaise, l’hymne national le plus vibrant du monde.

Mais c’était seulement un dimanche. C’est sur tous les autres jours, les jours de travail et les jours gris, que la lutte pour faire une Europe de nations civiques et inclusives, sera gagnée ou perdue. À son retour de la démonstration d’unité à Paris, David Cameron a noté une pancarte qu’il avait vue. On y lisait Je suis Charlie, Je suis flic, Je suis juif. Il y manquait une ligne : Je suis Ahmed. Car l’un des policiers tués par les frères Kouachi était un musulman français nommé Ahmed. #Je Suis Ahmed a émergé comme hashtag sur Twitter pour compléter, et non pour rivaliser avec, #Je suis Charlie, et j’ai immédiatement commencé à l’utiliser ainsi.

Sans jamais transiger sur les essentiels d’une société ouverte, y compris sur la liberté d’expression, nous, Européens non-musulmans, devons continuer à envoyer ces petits signaux à nos compatriotes musulmans européens, à la fois en ligne et dans nos interactions personnelles de tous les jours. Le meilleur signal de tous est celui qui indique qu’aucun signal explicite n’est nécessaire. C’est ce qui arrive la plupart du temps dans une ville comme Londres : on prend juste pour acquis que les musulmans anglais sont aussi anglais que n’importe qui d’autre – et qu’en vérité il n’y a pas de « eux », mais seulement un plus grand, glorieusement mélangé et complexe « nous ». C’est ainsi que nous allons gagner le plébiscite chaque jour. Et c’est ainsi que nous verrons disparaître un vampire nommé Pegida. »

*

Sales paroles, sales actes

10923726_1032734206753215_9117980019799614376_n

La mosquée d’Aix-les-Bains, incendiée le 8 janvier dernier. Les actes islamophobes ont augmenté de 110% au cours des deux dernières semaines

*

Obama appelle l’Europe à mieux intégrer sa population musulmane, et à ne pas se contenter de répondre aux problèmes par la force. « Notre principal avantage, dit-il, est que notre population musulmane n’a pas de problème à se sentir américaine (…) Il y a certaines parties de l’Europe où ce n’est pas le cas. Et c’est probablement le plus grand danger auquel l’Europe doit faire face. » Faudra-t-il que les Américains refassent un « débarquement » sur nos plages pour venir au secours de l’Europe rongée par ses démons ? Le fait est que les chiens sont lâchés, et qu’ils sont décidés à sauter à la gorge, encore et encore, de tous ceux qu’ils perçoivent comme des étrangers s’approchant de la propriété privée de leurs maîtres – migrants violentés par la police (la même que les manifestants acclamaient le 11 janvier dernier à Paris), réfugiés internés, roms chassés, et concitoyens musulmans. Les sales actes étant accompagnés et soutenus par les sales paroles de nombre d’intellectuels. Chaque jour en apporte son lot. Aujourd’hui je lis qu’Alain Finkielkraut a déclaré sur Itélé que « l’islamophobie est la moindre des choses dans la situation actuelle ». Imaginons quelqu’un déclarer à la télé, quand Israël bombarde Gaza, que l’antisémitisme est la moindre des choses dans la situation actuelle ; ou bien, quand on rapporte la multiplication d’achats d’enfants illégalement nés de mères porteuses, que l’homophobie est la moindre des choses à l’heure actuelle. Etc. Personne ne pourrait se permettre de telles déclarations contre une partie de la population, mais contre les musulmans, elles se multiplient. Michel Houellebecq, en Allemagne où il est reçu en star (et où sévit le puissant mouvement islamophobe Pegida (lancé maintenant en France par l’écrivain Renaud Camus), qui a tué un réfugié musulman la semaine dernière), déclare que son livre n’est pas islamophobe (n’hésitant pas à se dédire puisque précédemment il avait déclaré « j’utilise le fait de faire peur » avec l’islam), mais qu’on a le droit d’écrire un livre islamophobe (remplacez islamophobe par antisémite et sachez que vous n’aurez jamais l’occasion de voir l’auteur d’un tel livre dans les médias). L’explosion des déclarations et des actes islamophobes n’empêche pas Michel Onfray de déclarer sur son blog que « la France est islamophile au-dedans ». Quelque part sur facebook, un internaute commente : « BHL, Finkielkraut, Onfray, ces « philosophes » sont un indicateur que la France est devenue fasciste ». Disons que si l’on ajoute à cette banalisation de la parole et des actes haineux et stigmatisants les alertes lancées par Amnesty International, Human Rights Watch et la Ligue des Droits de l’Homme contre les dizaines d’arrestations qui ont eu lieu ces deux dernières semaines pour « apologie du terrorisme », certaines suivies de plusieurs mois de prison ferme, comme pour ce débile léger ayant déclaré, ivre, que l’attentat à Charlie l’avait fait « bien rigoler », il y a en effet de quoi s’inquiéter de la pente sur laquelle ce pays est en train de glisser. Oui, le voilà, le plus grand danger. Le retour de l’antisémitisme qui vise aujourd’hui ces autres sémites que sont les musulmans, et qui jadis dirigé contre les juifs, conduisit l’Europe à la mise en œuvre du nihilisme total.

*

De bonnes nouvelles malgré les troubles

À Brest, la mosquée a été recouverte d’une guirlande de cœurs par des habitants, de façon anonyme, en signe de fraternité avec les musulmans. L’opération a été reprise par l’association Coexister sur d’autres mosquées (17 dans 8 villes), comme à Clichy, au Kremlin-Bicêtre, à Angers, et sur la mosquée et la synagogue de Strasbourg.

Au Mans, deux prêtres sont allés spontanément « garder » la mosquée vendredi en se postant devant son entrée, dans la rue, pendant toute la prière.

La nationalité française a été accordée à Lassana Bathily, musulman malien qui avait spontanément mis à l’abri les clients de l’épicerie casher porte de Vincennes.

À Paris, une étudiante de l’École des Barreaux, agressée verbalement – parce qu’elle était voilée – par un avocat venu donner un cours de droit, a été soutenue par tous ses camarades. Le directeur de l’école a aussitôt congédié l’avocat hystérique.

À Paris, la manifestation islamophobe qui devait se tenir ce dimanche, organisée par Riposte Laïque en lien avec le mouvement allemand Pegida (qui a causé la mort d’un homme), a été interdite, suite aux appels du MRAP et de militants antifascistes.

Plus de 60 millions de Français ne se sont pas précipités pour acheter Charlie Hebdo, le dérisoire credo de ces temps.

La Cour Pénale Internationale ouvre un « examen préliminaire » à une enquête pour crimes de guerre israéliens l’été dernier en Palestine.

J’en oublie sûrement, et les mauvaises nouvelles sont plus visibles, mais bon, ce qui est bon est bon.

*